Le parti de l’aigle lâche cinq IMBONERAKURE responsables de plusieurs assassinats de leurs camarades

imbonerakureTrois jeunes Imbonerakure de la zone Musaga sont incarcérés à la prison centrale de Mpimba depuis un peu plus d’une semaine. Ils sont accusés d’être responsables de la mort de cinq des leurs et de l’attaque à la grenade qui a coûté la vie à deux chauffeurs de bus quelques jours après. Des sources internes au sein de cette ligue du parti CNDD-FDD indiquent que des chicaneries entre dirigeants de la ligue des jeunes à Gikoto seraient la cause de tous ces meurtres.

Le 1er juillet dernier, le Président Nkurunziza a décoré le Commandant du Camp Muha en guise de « remerciement » pour avoir ramené la sécurité à Musaga.

A ce moment, le Commandant du Camp militaire n’aurait pas manqué de souligner au président  que certains des jeunes Imbonerakure du quartier Gikoto en Zone Musaga ne lui facilitent pas la tâche dans sa mission, comme le témoigne un Imbonerakure qui avait été convié à ces cérémonies de la célébration du 55ème anniversaire de l’indépendance du Burundi.

« Il s’est plaint auprès du Président d’un groupe rebelle des Imbonerakure qui ne lui facilite pas la tâche surtout dans le quartier Gikoto », assure notre source.

Ce groupe « rebelle » des Imbonerakure qui refuse de se soumettre aux ordres de l’officier sont  Mabiya, Samson et Maize qui constituent les leaders ; ainsi que Cédric de Gikoto, Guide, Mugisha, Irakoze ainsi que Donatien surnommé Bagaza, révèle notre source.

Le même jour du 1er Juillet 2017, cinq jeunes Imbonerakure ont été arrêtés et conduits au cachot du Service national des Renseignements en Mairie de Bujumbura. Au bout de six jours de détention, tous ont été libérés sauf Samson. Néanmoins, leur liberté n’a pas duré longtemps puisqu’en date du 13 Juillet, ils ont été à nouveau arrêtés.

« Jeudi 13 Juillet 2017, on était au Parquet pour les soutenir à leur audition. Ils ne portaient pas de chaussures et on est resté là dans l’attente qu’ils soient libérés », ajoute notre source membre de la ligue Imbonerakure.

Ayant pris conscience des lourdes charges retenues contre eux, le groupe des cinq imbonerakure aurait tenté de contacter certaines autorités, mais sans effet.

« Le juge les a conseillés de convaincre une des plus hautes autorités du pays afin qu’elle autorise à les relâcher, ce qu’ils ont d’ailleurs fait mais ils ont été étonnés que personne ne décroche à leur appel. C’est là que Mabiya et Samson ont compris que leurs chefs les avaient lâchés », indique notre source.

Vers 17 heures, ils ont tous été embarqués à bord d’un véhicule de police à destination de la prison centrale de Mpimba. Les chefs d’accusation retenus contre eux sont « assassinat » des cinq imbonerakure et l’attaque à la grenade au parking des bus à Musaga où deux rabatteurs ont succombé à l’attaque qui a fait également douze blessés.

« La goutte qui a fait déborder le vase c’est la grenade qui a été lancée tout près de la commune à côté de la station de Musaga. Après enquête, il s’est avéré que Samson, Mabiya et Washushe étaient parmi les commanditaires », explique notre source.

Cette criminalité qui a emporté les vies de certains imbonerakure à Musaga prend source dans la mésentente qui régnait entre l’ancien chef des Imbonerakure de Gikoto et son adjoint. Ce conflit est lié au partage du butin des rackets opérés auprès de la population de cette zone considérée comme contestataire du 3ème mandat par le régime et victime de graves répressions.

« Samson était le numéro deux de la ligue des jeunes Imbonerakure après Audifax. Ils ne s’entendaient plus sur le partage du butin volé à la population ; mais aussi dans la gestion et la coordination de cette ligue des jeunes de Gikoto. Audifax était un agent des renseignements, il était souvent en compagnie d’un certain Joe Dassin et avait toujours un pistolet sur lui. Le jour où il a été tué, le même pistolet a été retrouvé chez Mabiya avant que ce dernier ne soit arrêté », précise notre source.

Les Imbonerakure Mabiya, Samson et Washushe sont donc détenus depuis plus d’une semaine à Mpimba ; à l’exception d’une jeune femme du parti CNDD-FDD prénommée Viviane qui n’a pas été mise sous les verrous puisqu’elle a l’obligation de se lancer à la rechercher d’un certain Maize. Ce dernier, également membre de la ligue Imbonerakure, est introuvable depuis le 6 Juillet 2017, jours de sa libération par le Service national des Renseignements.

Même si ce groupe des Imbonerakure est déjà inculpé pour ces crimes, le porte-parole de la police n’a pas encore déclaré qu’il s’agit de ces jeunes du parti au pouvoir qui seraient responsables des assassinats. Pierre Nkurikiye s’est contenté de d’évoquer des « terroristes » qui tuent les gens à l’aide de grenades.

lundi, 24 juillet 2017 07:50, http://www.rpa.bi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s