Communiqué de presse de la famille du Roi MWAMBUTSA IV Bangiricenge sur sa ré-inhumation

Pge 001Pge 002

Publicités

3 commentaires sur “Communiqué de presse de la famille du Roi MWAMBUTSA IV Bangiricenge sur sa ré-inhumation

  1. En espérant que mon propos ne sera pas censuré comme c’est hélas souvent le cas, j’aimerais rappeler que la Mme Iribagiza (Rosa Paula) et Csrt étaient partie dans la cause qui les a opposés, devant la justice suisse, à Mme Kamatari en rapport avec les restes de Mwambutsa. La partie succombante a eu l’occasion d’exposer les faits. Elle était représenté par des grands avocats et l’Etat burundais a également une juriste de haut rang à Genève, l’ancienne ministre de la Justice du Burundi (et Présidente de la Cour suprême durant plusieurs années, pour dire la Crème de la crème de ce que le Burundi peut compter en juristes).
    Faut-il le rappeler, toute cette armada d’avocats a été payé par nous, les contribuables burundais. S’il faut ajouter les frais dus aux pompes funèbres pour les cinq ans que le conflit a duré, je pense que cette famille, avec tout le respect que nous lui devons, devrait avoir pitié des Burundais, qui peinent à se trouver de quoi manger, à se faire soigner, etc.
    Je ne vois nulle part où Mme Iribagiza parle du testament de son père, Mwambutsa. Quelle valeur donne-t-elle à ce document? C’est pourtant les dernières volontés de Mwambutsa qui ont prévalu et fait que le Tribunal fédéral (suisse) rejette le recours.
    C’est assez surprenant que subitement, l’Etat burundais s’approprie la question des restes de Mwambutsa alors même qu’il se fout de toute autre question en rapport avec la famille royale. Quid de Ndizeye Charles, de la famille de Rwagasore, … On aurait compris si des efforts étaient consentis en vue de retrouver les restes du premier (i.e. Ndizeye).
    Le cas – qui n’est pas de la famille royale mais tout aussi important – de Ndadaye montre bien que le pouvoir de Bujumbura n’a cure que les mystères des politiciens disparus soient résolus. Par ailleurs, il ne s’agit pas que des politiciens, même les journalistes, des religieux, des représentants des organisations internationales, etc. disparaissent et chaque fois, on connaît la chanson: « amatohoza yatanguye » ou mieux « amatohoza aracabandanya ».

    J'aime

  2. Une proposition:
    Entre temps même si son corps est en Suisse on peut faire appel à la participation pour construire un centre (musée) historique et touristique du Burundi. Ce centre s’appellera Mwambutsa IV Bangiricenge et sera le point de départ pour réécrire la véritable histoire du Burundi avec tous ceux qui l’ont dirigé et tous les objets d’art qui ont marqué le pays depuis l’antiquité.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s