Rôle des institutions de médiation dans la consolidation de la paix et la prévention des conflits à travers le monde

DD-7Zi3WAAA6zckPour la consolidation de la paix, la concorde et la cohésion sociale

Les différentes institutions des ombudsmans doivent collaborer pour le bien-être de leurs populations respectives. Les institutions de l’ombudsman doivent, à cet effet, s’impliquer davantage dans les missions de médiation internationale et de prévention des conflits. Tout cela pour la protection des citoyens contre la mauvaise gouvernance avec comme arrière fond l’instauration et la consolidation de la paix, la concorde et la cohésion sociale.

Le Deuxième vice-président de la République, Joseph Butore, qui a représenté le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, a procédé, le jeudi 6 juillet 2017, au lancement des activités de la Conférence internationale sur « la paix et le rôle des institutions de médiations dans la consolidation de la paix et la prévention des conflits à travers le monde».

Il a, dans son discours, fait savoir que l’initiative de l’institution de l’Ombudsman de la république du Burundi rentre dans le cadre d’une série d’autres activités de portée internationale. Et contrairement aux informations mensongères qui circulent dans certains milieux, et dont le but inavoué est la déstabilisation du Burundi, il a tenu à rassurer que toutes les institutions de la République fonctionnent dans la paix et la tranquillité. Cette paix et la tranquillité règnent non seulement à Bujumbura, mais également sur tout le territoire national. Et n’eussent été des agendas suffisamment chargés des participants à cette conférence, les autorités burundais les aurez invités à un séjour plus long pour en profiter et visiter le Burundi, « Pays des mille collines» ; pays où coulent le lait et le miel afin qu’une fois de retour dans leurs pays respectifs, ils puissent être nos ambassadeurs et fidèles portes-parole en disant, à qui veut l’entendre, qu’il n’y a pas péril en la demeure burundaise.

Certes, le Burundi ne peut pas oublier que pendant la période électorale de 2015, un mouvement insurrectionnel a désespérément tenté de plonger le pays dans le chaos, sans y parvenir. Il a ainsi souhaité que les participants à ladite conférence puissent être de véritables centres de gravité dans la gestion de nos sociétés respectives.

L’institution de l’ombudsman burundais fait partie de grands ensembles régionaux

L’ombudsman burundais, Edouard Nduwimana, avait auparavant laissé entendre qu’à la demande de président de la République burundaise, l’institution de l’ombudsman peut participer à toute action de conciliation entre l’administration publique, les forces sociales et professionnelles. Aussi, le président de la République peut également confier à l’ombudsman des missions spéciales de rapprochement et de réconciliation sur des questions générales concernant les relations entre les forces politiques et sociales.

C’est dans ce cadre que l’institution de l’ombudsman burundais vient d’organiser le café politique. Il peut aussi lui confier des missions particulières relatives aux questions de conciliation et de paix au niveau régional et international. L’institution de l’ombudsman burundaise s’est vite forgé une image honorable et une place d’avant-plan en occupant le fauteuil de vice-président au sein de l’association des ombudsmans et médiateurs de l’Afrique (A.O.M.A) et de l’association des ombudsmans et médiateurs francophones (A.O.M.F). Elle vient de concrétiser sa demande d’adhésion à l’institut international des ombudsmans.

Pour lui, les dividendes de cette ouverture sur le monde ne sont point à chercher dans les étoiles. Grâce à cette ouverture, des cadres de l’institution de l’ombudsman burundais ont pu bénéficier de stages de formation en Belgique, France, Maroc, Chine, Sénégal et ailleurs. C’est dans ce même contexte que la capitale Bujumbura héberge ladite conférence, mais aussi une formation des cadres des institutions des ombudsmans et médiateurs de la région de l’Afrique centrale, en marge desquelles les ombudsmans et médiateurs de cette dernière se sont rencontrés en session ordinaire.

La conférence donne de l’opportunité de prévenir des conflits

Selon M. Nduwimana, dans le souci de renforcer le statut et rôle de l’ombudsman et médiateur en général et africain en particulier, l’institution de l’ombudsman de la république du Burundi a initié cette conférence afin de donner l’opportunité aux participants de réaliser qu’au-delà de leurs missions internes, les institutions de l’ombudsman doivent s’impliquer davantage dans les missions de médiation internationale et de prévention des conflits. Tout cela pour la protection des citoyens contre la mauvaise gouvernance avec comme arrière fond l’instauration et la consolidation de la paix, de la concorde et de la cohésion sociale.

La présidente de l’association des ombudsmans et médiateurs africains, Fozia Amin, a quant à elle noté que l’institution de l’ombudsman doit promouvoir la démocratie, la justice, la paix et le développement sans oublier l’indépendance de chaque pays. Ainsi, l’institution de l’ombudsman doit se mettre à l’écoute de la population. Elle a demandé que toutes les différentes institutions des ombudsmans puissent collaborer pour le bien-être de leurs populations respectives.

Masta SHABANI, http://www.ppbdi.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s