PARCEM: Dix dans l’EAC, quel bilan pour le Burundi ?

DD4KTBwXoAAV5JBDix dans l’EAC, quel bilan pour le Burundi ?

1. Introduction

Le Burundi a pris une décision historique et stratégique d’adhérer à la communauté Est Africaine. Cela fut concrétisé le 01 juillet 2007. Voila dix ans que le Burundi a intégré cette communauté. Commencée sous forme de zone de libre échange, l’EAC a franchi d’autres étapes classiques d’intégration régionale : l’union douanière et le marché commun. Aujourd’hui, elle se prépare à franchir l’étape de l’union monétaire. L’ultime étape de l’intégration étant la fédération politique. Cependant, intégrer une organisation d’intégration économique régionale est une chose, mais savoir et pouvoir y tirer du profit nécessaire en est une autre. Et le Burundi se doit d’en tirer profit autant que faire se peut car sa contribution dans l’organisation est trop couteuse : 6 millions de USD annuellement. S’il ya arriéré d’une année, le coût est de 12 millions USD ce qui n’est pas moindre pour un pays comme le Burundi aujourd’hui en crise des devises.

2. Quelles dividendes à tirer de l’intégration régionale ?

L’intégration régionale doit permettre à un pays membre d’accélérer sa croissance économique à travers l’augmentation des exportations et par conséquent la réduction du chômage. Bref, l’amélioration du bien être des citoyens. Outre cela, le pays bénéficie quelquefois des infrastructures dans le cadre des projets ambitieux sous-régionaux, des bonnes réformes lui permettant d’avancer dans différents secteurs et d’une stabilité politique à travers les mécanismes sous régionaux de résolution des conflits surtout que pour EAC par exemple l’ultime étape d’intégration est la fédération politique.

3. Quel bilan pour le Burundi ?

Le bilan de l’intégration du Burundi au sein de la Communauté Est Africaine reste largement mitigé pour ne pas dire dérisoire à tel point qu’il ya risque de prendre le Burundi comme mauvais élève de la communauté.

Tenez : Au moment où l’EAC est réputée être l’une des organisations dynamiques d’Afrique de part sa croissance, seul le Burundi a un taux de croissance faible en moyenne de 4%(2005-2014), aujourd’hui négatif et nul alors que les autres pays en arrivent à plus de 7%. Au niveau du PIB/hab., seul le Burundi a un PIB /habitat de moins de 300 USD alors que les autres arrivent à plus de 700 USD/ habitat. Au niveau du commerce, le Burundi en commerçant avec l’EAC, n’a fait qu’augmenter ses importations et sa balance commerciale n’a pas changé.

Exemple : le Burundi et le Rwanda sont 2 petits pays adhérés tardivement à l’EAC.
Au moment où les exportations du Burundi dans la communauté oscillent à 30 millions USD, celles du Rwanda ont déjà atteint 340 millions d’USD alors qu’elles étaient à 81 millions d’USD au départ. Par ailleurs, le Burundi reste le pays le moins intégré au niveau des infrastructures dans la communauté et le chômage s’amplifie au lieu de reculer. Au niveau de l’IDE (Investissements Directs étrangers), c’est le Burundi qui reçoit le moins de l’IDE.

Au niveau politique, seul le Burundi et le Sud-Soudan récemment adhéré sont considérés comme pays fragile. Le Burundi a fait déferlé des milieux de refugiés dans les autres pays membres de la communauté.

4. Qu’en est- il du motif ?

D’abord l’intégration régionale est l’un des piliers de la vision 2025. Mais le pays manque d’appropriation nationale de la stratégie d’intégration assortie des réformes nécessaire pour favoriser l’intégration et d’une volonté politique de soutien au secteur privé car celui- ci doit être l’alfa et l’oméga de l’intégration. Même les entreprises solides qui, potentiellement, pouvaient profiter de l’intégration ne l’ont pas fait.

Exemple, la SOSUMO dont la production actuelle ne peux pas couvrir les besoins des burundais et inonder le marché de l’EAC alors que celui-ci est un marché de 130 millions d’habitants. Le secteur touristique est resté paralysé malgré les potentialités dont dispose le pays.

Tout cela est du aux problèmes qui bloquent le développement du secteur privé à savoir :
– La corruption de l’administration
– Manque d’infrastructure de soutien à la production. Exemple énergie.
– Faible accessibilité au crédit par les entrepreneurs ;
– Inefficacité du partenariat public privé (PPP) ;
– La surtaxation ;
A cela s’ajoute les effets de la crise politique.

5. Quelles perspectives pour le Burundi ?

Il existe toujours des faiblesses et menaces qui pèsent sur le processus d’intégration du Burundi.

1) Une vitesse de l’intégration très rapide qui nécessite des efforts soutenus pour les pays qui ont adhéré tardivement et qui ne partagent pas le même passé linguistique et colonial avec les autres membres.
2) Une intégration à deux vitesses qui permettent aux pays capables d’avancer plus vite que les autres dans certains projets. Ex. visa touristique, chemin de fer Kenya-Ouganda-Rwanda, signature des APE
3) Contribution couteuse : 6 millions d’USD annuellement. S’il y a des arriérés, ça devient difficile de s’en sortir prochainement
4) La crise politique qui sévit encore au Burundi et qui lui prive des opportunités de financements importants
5) Le Burundi éprouve une crise d’énergie alors que jusqu’à maintenant il n’y a pas de mécanismes sous-régionaux palliatifs. Même le Burundi compte sur le méga projet éthiopien du BHE (Barrage Hydroélectrique) de plus de 1000Mw

6. Recommandations

Face à cette situation, PARCEM recommande au Gouvernement de :

1) Tenir en urgence une réunion d’évaluation sérieuse du processus d’intégration, ses implications, ses effets à l’issue de laquelle des plans de redressement seront élaborés avec une feuille de route à cet effet.
2) Manifester la volonté politique à travers des actes concrets pour trouver solution aux obstacles qui bloquent le développement du secteur privé et la promotion des exportations car les potentialités existent.
3) Accélérer la fin de la crise politique au Burundi pour s’atteler aux défis du développement économique et de mobilisation des moyens à cet effet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s