Le MSD propose une période de transition « sans Nkurunziza » pour préparer un environnement propice à des élections crédibles

Alexis Sinduhije, Président du MSDLe parti MSD a établi une feuille de route proposée pour un retour à la paix après deux ans de crise. Cette feuille de route est en train d’être défendue par le président du parti MSD Alexis Sinduhije dans sa tournée dans les pays européens et africains.

Une fois identifiée correctement la nature de la crise burundaise actuelle, le parti MSD indique que les participants aux négociations devraient pouvoir aller directement à la discussion sur des « questions pertinentes » en rapport avec les solutions envisagées pour sortir de la crise.

La feuille de route que propose le MSD montre les étapes que le parti juge « réalistes » pour que le processus de négociations envisagées sous la conduite de la médiation des États de la communauté Est-africaine puisse aboutir à un retour à la paix au Burundi. Pour ce parti, les négociations ne doivent pas être une occasion de « rediscuter » l’accord d’Arusha et la Constitution qui en est issue ; mais de se convenir sur les moyens de mieux se conférer à leur contenu et à leur esprit.

Pour le parti MSD, la crise actuelle est non seulement la conséquence de la violation de l’accord d’Arusha et de la Constitution concernant le mandat présidentiel, mais « surtout et fondamentalement l’absence d’élections aux standards internationaux ».

« Cette volonté de Pierre Nkurunziza d’étouffer toute expression démocratique des élections a pris racine avec les élections de 2010 qui ont été boycottées par l’opposition après les tricheries aux élections communales », lit-on dans le document établi par le parti MSD.

Le MSD estime que le Président Nkurunziza a encore une fois refusé toutes les démarches faites tant par l’opposition que par la communauté internationale, « en organisant une comédie électorale dénoncée par l’ensemble des observateurs internationaux ».

Pour le parti MSD, l’enjeu réel de la crise actuelle n’est donc rien d’autre que la possibilité d’organiser des élections crédibles conformes aux standards internationaux « non contrôlés par Pierre Nkurunziza », et la « capacité réelle » de la médiation-facilitation de la communauté internationale à imposer de telles élections.

Le parti de Sinduhije estime ainsi que cette élection doit « exclure Pierre Nkurunziza », car tant qu’il aura une main mise directe et indirecte sur ce processus il n’y aura pas d’élection crédible.

Les négociations envisagées doivent aboutir à la mise en place des « institutions de transition », poursuit le MSD dans sa proposition de feuille de route, mais dans le strict respect des équilibres consacrés par l’accord d’Arusha.

« À l’issu d’un accord sur les institutions de transition sans Pierre Nkurunziza, les négociations devront se convenir sur le délai qui mènera aux élections et à la fin de la transition », lit-on encore dans le document.

Les négociations devront définir les actions à mener pour créer un environnement politico-sécuritaire et socio-économique favorable à la tenue des élections à l’issue de la transition, conclut le MSD dans sa proposition de feuille de route.

http://www.rpa.bi

Publicités

3 commentaires sur “Le MSD propose une période de transition « sans Nkurunziza » pour préparer un environnement propice à des élections crédibles

  1. 1) »Une fois identifiée correctement la nature de la crise burundaise actuelle, le parti MSD indique que les participants aux négociations devraient pouvoir aller directement à la discussion sur des « questions pertinentes » en rapport avec les solutions envisagées pour sortir de la crise. »
    2) »Pour le parti MSD, l’enjeu réel de la crise actuelle n’est donc rien d’autre que la possibilité d’organiser des élections crédibles conformes aux standards internationaux « non contrôlés par Pierre Nkurunziza » »
    Dites directement que vous avez déjà identifié correctement la nature de la crise burundaise actuelle: c’est son Excellence Pierre Nkurunziza .
    Mais veuillez vous rassurer si le peuple burundais est d’accord avec votre position.On ne peut pas parler d’élections si le peuple n’existe pas.

    J'aime

  2. Le MSD ainsi que d’autres sindumuja n’ont qu’à demander pardon au peuple burundais et à son Excellence Nkurunziza, il n’y a pas d’autres issues mr Sinduhije! Le vieux du nord et les neocolonialistes vous ont trompé: le Burundi a changé, ce n’est plus comme au temps ds régimes hégémonistes. Rentrez ou restez tranquillement là où vous êtes. Faire du tourisme dans quelques pays avec ton plan farfelu ne fera que continuer à te ridiculiser, l’affaire Ndadaye ne se répétera plus.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s