Les représentants de la classe politique et de la société civile, réunis pour discuter sur l’avenir du Burundi

DC6zgHnXcAEnHqJL’institution de l’Ombudsman de la république du Burundi a organisé une retraite politique à l’intention des présidents des partis politiques et des leaders politiques du 22 au 23 juin 2017 à Kayanza. Lors de l’ouverture des travaux de ces assises, le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, a fait savoir que le gouvernement partage l’intérêt du dialogue avec l’Ombudsman. Il a laissé entendre que le gouvernement du Burundi est convaincu que seuls les Burundais proposeront et adopteront des solutions qui répondent le mieux à leurs problèmes. Edouard Nduwimana, ombudsman burundais, a quant à lui fait remarquer que le but de la retraite politique est de donner au pays l’élan dont il a besoin.

La retraite politique de Kayanza a vu la participation des présidents de différents partis politiques et des leaders politiques burundais. C’est ainsi qu’à côté des représentants des partis politiques, étaient également présents des représentants du Forum national des femmes, les responsables de différentes organisations de la société civile burundaise, ainsi que des membres de différentes confessions religieuses. Il importe de signaler la présence des ambassadeurs de certains pays comme la France et la Belgique ainsi que des chefs des missions diplomatiques accrédités à Bujumbura.

Dans son discours, l’ombudsman burundais, Edouard Nduwimana, a rappelé que le café politique qui avait eu lieu le 12 mai 2017 a permis de dégager quelques recommandations. Parmi lesquelles, l’organisation d’une retraite politique à l’intention des présidents des partis politiques et des leaders politiques. Et d’ajouter que c’est le moment offert à toutes les forces vives de la nation d’échanger sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour donner au pays l’élan dont il a besoin pour arriver à un développement et une démocratie durables.

Le gouvernement du Burundi soutient fermement le dialogue en vue de trouver des solutions à la burundaise

Dans son discours d’ouverture des travaux de cette retraite, Gaston Sindimwo, Premier vice-président de la République, a rappelé aux participants que le gouvernement du Burundi a pris les devants dans l’organisation des séances de dialogue interne et soutient le dialogue des Burundais de l’extérieur. « Nous leaders politiques du Burundi, notre responsabilité est engagée, et nous n’avons pas le droit à l’erreur. Nous devons conjurer, par le dialogue, le mauvais sort qui pourrait entraver la marche décisive vers cet horizon de toutes les attentes, de tous les espoirs tant pour les Burundais que pour la communauté internationale », a déclaré M. Sindimwo.

S’adressant aux participants, le Premier vice-président de la République leur a demandé d’être conséquents, de ne pas se perdre dans les calculs mesquins, de faire courageusement face à l’Histoire, de prendre le taureau par les cornes et de faire des propositions défendables et réalistes. Et d’ajouter que les militants, fidèles et adeptes ainsi que le pays tout entier ont les yeux tournés vers cette retraite et attendent des propositions qui permettent au pays d’avancer dans la paix et la quiétude. Et ainsi construire une démocratie adaptée à notre Histoire, d’organiser des élections libres, apaisées et transparentes afin de consacrer toutes les forces au développement de la nation.

Amédée Habimana, http://www.ppbdi.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s