Controverse autour du projet de fusion de la SOBUGEA et Air Burundi

SOBUGEA BDILe gouvernement burundais projette de « redresser » la compagnie publique Air Burundi en la fusionnant avec la Société Burundaise de Gestion Aéroportuaire, SOBUGEA de droit privé. Cette fusion est très controversée par le personnel de cette dernière, qui craint le renvoi de nombreux de son personnel. Le projet viole la loi régissant les sociétés privées à participation publique, selon des experts, et peut entraîner la faillite de la SOBUGEA.

La SOBUGEA et Air Burundi, que le gouvernement burundais veut fusionner, n’ont pas la même santé financière. « La première est en très bonne santé, tandis que la seconde est sous perfusion », estiment plusieurs experts.

La fusion de ces deux sociétés a été confiée à une commission dite « multisectorielle » composée de 13 membres. Cependant, le personnel de la SOBUGEA a été surpris de constater qu’aucun de ses employés n’a été convié dans la commission.

L’avocat-conseil qui a analysé le projet de fusion sur demande du syndicat du personnel de la SOBUGEA estime que « tout projet qui pourrait toucher cette société sans consultation ni verbale, ni écrite préalable des dirigeants ou du personnel est de nature à spolier clandestinement les intérêts de la SOBUGEA ».

L’Avocat rappelle que la SOBUGEA est une « société mixte de droit privé » dont l’autorité de tutelle est l’Assemblée Générale des actionnaires ; alors qu’Air Burundi est une société « entièrement publique ». Conséquemment, le gouvernement burundais devrait prendre à sa charge la responsabilité administrative qui résultera des actes de ses agents à l’encontre des actionnaires potentiels et du personnel de la SOBUGEA protégés par la loi régissant les sociétés privés à participation publique ; ainsi que les dispositions pertinentes du code du travail burundais.

Maître Rémy Kururu, qui a analysé le projet, précise que « la fusion dans de telles conditions présente des inconvénients et des risques liés à la faillite, au licenciement du personnel, à la grève, au contentieux judiciaire et autres ».

Il ajoute que « la faillite de la société fusionnée sera prématurée et inévitable, ce qui occasionnera la perte de l’impôt que l’Etat burundais perçoit régulièrement de la SOBUGEA ».

Maître Kururu conseille au gouvernement burundais de « redresser » la société Air Burundi « sans la fusionner avec la SOBUGEA », afin de sauvegarder les prestations et services aéroportuaires d’assistance des avions au sol par des privés.

mardi, 30 mai 2017 07:09, http://www.rpa.bi/

Publicités

2 commentaires sur “Controverse autour du projet de fusion de la SOBUGEA et Air Burundi

  1. La SOBUGEA est société d’Air Burundi à nonante pourcentage,raison pour laquelle
    de mener une enquête sur ceux que vous venez d’écrire si non on est entrain de vous plonger dans des erreurs
    Voila comme conseille

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s