L’union libre et le concubinage dans le viseur du gouvernement

34530570842_827695dd8f_zAprès un discours du président burundais Pierre Nkurunziza le 1er mai, qui a demandé que tous les couples du pays en union libre se marient, mais aussi, que les hommes mariés qui vivraient avec une concubine, mettent un terme à cette relation, l’administration du Burundi n’a pas tardé à mettre en marche une « campagne de moralisaiton de la société » qui passe notamment par des pressions exercées sur ces couples. Comment cela se traduit-il concrètement sur le terrain? Témoignages recueillis par télépone par RFI sur la colline de Rusuguti, dans la province de Ngozi, dans le nord du pays.

La pression est énorme sur ces couples qui vivent en union libre ou en concubinage, surtout à l’intérieur du pays. Mais pour le moment, on en est encore au stade des menaces. L’administration promet des mesures de rétorsion d’ici la fin de l’année pour ceux qui ne vont pas se conformer à cette nouvelle directive.

Pierre, 27 ans, vit en union libre depuis cinq ans. « Ils ont dit que celui qui ne légalisera pas son union dans les délais sera passible d’une amende, et en plus, sa femme ne bénéficiera plus de la gratuité pour son accouchement et enfin, l’enfant né de cette union ne bénéficiera plus de la gratuité des études et des soins ».

En attendant, l’administration burundaise n’hésite pas à proposer des mesures d’accompagnement, notamment la gratuité de l’acte de mariage si un couple accepte de se faire enregistrer à l’état-civil.

Et pour ceux qui parlent de violation de leurs droits, ce chef de colline met en avant les avantages qu’ils tireront de cette légalisation. « L’appel a été suivi d’effet, mais pas tout à fait comme on le voudrait. Et oui, on les oblige à se marier mais c’est une obligation qui leur sera bénéfique car cela va leur évite beaucoup de problèmes dans l’avenir ».

Il s’agit notamment des questions liées à l’héritage. Très souvent au Burundi, la famille d’un mari défunt n’hésite pas à chasser veuve et orphelins de leur propriété, si le couple n’était pas marié légalement.

le 25-05-2017 à 22:38, http://www.rfi.fr/afrique

Publicités

3 commentaires sur “L’union libre et le concubinage dans le viseur du gouvernement

  1. 1) »Témoignages recueillis par télépone par RFI sur la colline de Rusuguti, dans la province de Ngozi, dans le nord du pays. »
    RFI est mal placée pour parler de cette situation parce qu’en France, on peut avoir des documents légaux pour concubinage, union libre, mariage avec séparation de biens, etc.
    C’est peut-être les droits de l’homme.
    2) »Très souvent au Burundi, la famille d’un mari défunt n’hésite pas à chasser veuve et orphelins de leur propriété, si le couple n’était pas marié légalement. »
    Je n’ai jamais vu ni entendu ça au Burundi.
    Cela existe chez quelques ethnies au Gabon . Mais cela est condamné par la loi du Gabon.

    J'aime

  2. Çà c est vraiment magnifique c est parce que les hommes sont des égoïstes au moin on a un président sometimes qui pense au malheur des femmes courage les femmes c est pour vos bien

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s