Mais de quoi le président Nkurunziza a-t-il peur ? (par Terence Nahimana)

34566166456_3b65dcbe4a_zMais de quoi (ou de qui) le président Nkurunziza a-t-il peur ?

Trois faits saillants ont marqué la crise politique burundaise actuelle: les manifestations, le coup d’état manqué, et la tiédeur de la communauté internationale. Le président Nkurunziza a maté les premières dans le sang, déjoué le deuxième de façon magistrale, et habilement exploité la dernière.

Mais pourquoi refuse-t-il toujours d’aller à Arusha alors qu’il a, ainsi, réussi à saper tous les espoirs d’une opposition informe, il est vrai, et fragile depuis le début, s’assurant, du coup, un rapport de force largement en sa faveur? Éviterait-t-il le risque de crédibiliser des détracteurs on ne peut plus déboussolés? Pourtant, en annonçant la révision de la constitution et l’éventualité de sa candidature en 2020, il a clarifié les véritables enjeux de la crise en cours et montré qu’il les maîtrise parfaitement.

Par ailleurs, pourquoi n’a -t-il pas quitté le pays depuis deux ans, tout en affirmant à qui veut l’entendre que la crise est derrière nous et que la paix règne partout? Craindrait-il un autre coup d’état cette fois plus efficace? Pourtant, en divisant savamment les forces de défense et de sécurité et en réprimant impitoyablement ceux de ses membres opposés à son troisième mandat, il a semé la méfiance et la peur en leur sein, rendant un coup d’état une aventure hautement hasardeuse.

Bien plus, en se faisant appeler « Mukorumbone » (qui s’y frotte s’y pique) par ses partisans, le président est convaincu que personne -à moins d’être suicidaire ou inconscient- n’osera prendre un tel risque en le sachant présent au Burundi. Dans ce cas, en effet, monsieur Nkurunziza devrait être neutralisé d’une façon ou d’une autre et ses Imbonerakure, chauffés à blanc, provoqueraient l’apocalypse.

Néanmoins, il ne me paraît pas très sage de se fier totalement à un tel scenario; il devrait penser à ces paroles attribuées à Napoléon: « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis, quant à mes ennemis je m’en charge ».

Il serait donc mieux inspiré de s’asseoir à la table du dialogue avec une « opposition » à laquelle sa seule magnanimité pourrait éviter de passer sous les Fourches caudines tout en récoltant les lauriers de faiseur de paix. Quitte à rassurer tout le monde en décrétant un service civique obligatoire, sous les drapeaux, pour tous les jeunes affiliés aux paris politiques.

A moins qu’il ait peur de son ombre!

Terence Nahimana

Publicités

4 commentaires sur “Mais de quoi le président Nkurunziza a-t-il peur ? (par Terence Nahimana)

  1. Si vous saviez les étapes de l’histoire du burundi vous n’auriez pas raconté cą!!! Par contre nous Avons besoin de connaitre notre passé pour comprendre toutes ces manoeuvres jouée par l’ opposition.parmis ceux qui ont compris son excellence fait parti

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s