Enlèvement de l’honorable NTASANO Oscar: NININAHAZWE Pacifique donne sa version des faits

La rédaction de l’Agence BUJUMBURA News demande aux burundais et amis du Burundi de faire très attention à ces rapports d’enquêtes supposés. Certains exilés, rongés par la haine contre le pouvoir en place, tentent d’endosser tout les malheurs qui arrivent dans notre pays à une seule personne: NKURUNZIZA Pierre.

La « Section Investigation » de notre Agence a pourtant des éléments qui contredisent ces faux rapports. Nous allons les publier bientôt. D’ores et déjà, nous pouvons vous confirmer que ce n’est pas seulement le pouvoir de Bujumbura qui tue au Burundi, l’opposition tue aussi.

Nous publions cette version des faits rédigée par NININAHAZWE Pacifique uniquement dans le but de mettre en garde nos lecteurs sur la véracité des faits. Un seul élément met à nu cette fausse enquête: le dénommé Lambert Bitangimana (acteur principal dans ce récit) n’a jamais mis les pieds dans l’hôtel Alléluia au moment des faits. Un de nos correspondants dans le nord du pays séjourne souvent dans cet hôtel et n’a jamais eu vent de cet incident.

Tout porte à croire que cet enlèvement (qui a mal tourné) avait pour finalité une demande de rançon et que dans la foulée un des ravisseurs a choisi de prendre sa part en décidant d’aller vendre la voiture soit en Tanzanie ou au Rwanda contre l’avis du reste du groupe.

Ne prenez jamais pour parole d’Évangile ce qu’une personne faisant partie d’un conflit dit de son adversaire … doutez toujours ! Sur ce bonne lecture.

La Rédaction


Lambert BitangimanaLambert Bitangimana, le crime qui rappelle le vrai visage de Pierre Nkurunziza à la veille du 45ème anniversaire d’ « IKIZA de 1972 ». (par NININAHAZWE Pacifique)

Ngozi, Hôtel Alléluia, samedi 22 avril 2017, 21 heures. Un jeune homme crie au secours, des hommes en tenue de police le tirent de force alors qu’il vient de commander son repas au restaurant de l’hôtel. Des clients reconnaissent des hommes du Service National de Renseignement (SNR) parmi ceux qui tirent le jeune homme. A 75 kilomètres de là (vol d’oiseau), au quartier Kigobe de la capitale Bujumbura, une jeune femme de 22 ans vient de recevoir un texto « NSENGERA » (prie pour moi). Anxieuse, la jeune femme appelle rapidement son mari, le téléphone décroche mais personne ne répond, il entend son mari crier « muntwaye he? Nakoze iki? » (où m’amenez-vous, qu’est-ce que j’ai fait?). Puis le téléphone est éteint, pour toujours. Le lendemain, une camionnette double cabine blanche est découverte à Gashoho, sur le croisement des routes Ngozi-Muyinga et Ngozi-Kirundo. La camionnette semble avoir fait un accident, un corps sans vie se trouve à côté (certains disent à l’intérieur), la plaque du véhicule sur le corps de la victime, une carte d’identité de Thierry Ngendabanka et une carte sim rwandaise à l’intérieur de la camionnette. Le véhicule est vite identifié par la police: c’est la camionnette de l’Honorable Oscar Ntasano, ancien parlementaire du CNDD-FDD (sénateur de 2005 à 2010, député de 2010 à 2015) et patron de l’Hôtel Nonara Beach, porté disparu depuis jeudi 20 avril 2017. L’identification de la victime n’a pas non plus tardé le même dimanche, il s’agit de Lambert Bitangimana, le jeune homme arrêté la veille par le SNR à l’Hôtel Alleluia de Ngozi.

Jusqu’en octobre 2016, Lambert Bitangimana a vécu au Kenya où, bible à la main, il se présentait souvent comme un militant anti-troisième mandat recherché par les agents de Nkurunziza. Mais, curieusement, il avait été vu à plusieurs reprises avec des éléments de l’Ambassade du Burundi à Nairobi. La réalité est que Lambert se trouvait dans une mission du service de renseignement privé de Pierre Nkurunziza; il infiltrait les opposants et surveillaient en même temps les « pro-Nkurunziza ». Il était revenu au Burundi en octobre 2016, s’affichait ouvertement cette fois-ci avec des agents du renseignement burundais et habitait une villa de luxe à Kigobe sans que son emploi soit connu. Le 17 avril 2017, il s’est présenté à l’Honorable Oscar Ntasano comme « un vacancier burundais résidant au Canada » qui voulait investir au Burundi: ainsi il voulait louer une parcelle non exploitée de Ntasano. Le jeudi matin, 20 avril 2017, Oscar Ntasano accompagné de deux de ses employés (dont Thierry Ngendabanka) est allé montrer sa parcelle à Lambert Bitangimana. Depuis, Oscar Ntasano et ses deux employés sont introuvables. selon des sources, pendant cette opération, Lambert Bitangimana est resté en communication avec l’OPC1 Gaston Uwimana, chef du bureau renseignement de la police nationale.

Vendredi 21 avril 2017 à 23 heures, Lambert Bitangimana a reçu l’appel du Major Noël Banyiyezako, chef du renseignement privé de Pierre Nkurunziza. L’officier l’invitait à se rendre immédiatement à Ngozi (donc la même nuit) car une mission « très onéreuse » l’attendait le lendemain matin. L’épouse de Lambert se serait opposé à ce déplacement de nuit et Lambert a promis de s’y rendre le lendemain matin. A 1 heure, un autre appel du Brigadier Jonas Ndabirinde (le terrible bourreau au service de Nkurunziza) fait savoir que ce dernier attendait Lambert Bitangimana à côté des bureaux de la PAFE. Encore une fois, Lambert a refusé de se déplacer nuitamment et a formulé la même promesse de partir à Ngozi très tôt le matin de samedi. Comme promis, Lambert Bitangimana a pris le bus de 5h45 à la Gare du Nord à Kamenge et est arrivé à Ngozi deux heures plus tard. Rapidement reçu par le Major Noël Banyiyezako, Lambert a été logé à l’Hôtel Alleluia en attendant le retour du Major « qui aurait été appelé pour une urgence à Bujumbura ». La journée, Lambert l’a passé en conversations téléphoniques avec beaucoup de ses proches: il était heureux, il était dans un bel hôtel, il était proche des puissants. Las d’attendre un Major qui ne venait pas, il a commandé son repas à 21 heures et l’attendait au restaurant de l’hôtel quand des éléments du SNR l’ont amené de force. Il a crié au secours, mais en vain. Dans un hôtel baptisé « Alleluia », on ne porte pas du secours à des gens enlevés par le SNR…En effet, au Burundi depuis 2005, « Alleluia » signifie « appartenant à Nkurunziza ». Il n’y a pas que des hôtels, il existe aussi des équipes sportives « Alleluia ». Chez Nkurunziza, on joue et on tue la Bible à la main.

Lambert Bitangimana est hutu. A 30 ans, il est mort étranglé dans la nuit du 22 au 23 avril 2017. Un accident de véhicule a été simulé par ses assassins, mais les traces de la corde sont restées dans sa gorge. Dimanche, un communiqué du porte-parole adjoint de la police l’a fait passer pour le chauffeur de l’Honorable Oscar Ntasano; mardi le porte-parole a rectifié qu’il s’agissait de Lambert Bitangimana. Sa famille n’a pas été informée officiellement du décès de Lambert; au contraire dès dimanche sa femme a été convoquée à expliquer au SNR la disparition de son mari. Elle n’a appris qu’elle était devenue veuve que mercredi matin. Le corps de Lambert Bitangimana n’a pas été remis à sa famille. De même, la famille n’a pas pu organiser le deuil car dès que la veuve a appris la mort de son mari, des éléments du SNR sont venus la chercher. La nuit, le tristement célèbre Mathias-Joseph Niyonzima alias « Kazungu » a fouillé la maison à la recherche de l’épouse de feu Lambert Bitangimana. Elle n’avait plus de choix, elle a fui le Burundi. Lambert s’était marié en décembre 2015, il laisse un bébé de 7 mois.

par NININAHAZWE Pacifique

Publicités

7 commentaires sur “Enlèvement de l’honorable NTASANO Oscar: NININAHAZWE Pacifique donne sa version des faits

  1. Pour posséder de tels détails et précisions sur cette affaire, de deux choses l’une: on est dans le coup, ou alors on est en contact avec une personne qui est dans le coup.
    Moralité: c’est encore une fois un coup des rebellions.

    J'aime

  2. A QUI PROFITE CE CRIME? COMMENT SE FAIT IL QUE PACIFIQUE SEMBLE CONNAITRE TANT DE CHOSES SUR CE CRIMES CRAPULEUX, LUI QUI EST HORS DE SON PAYS DE NAISSANCE. BIZARRE! PAR RESPECT POUR CE JEUNE VICTIME ET POUR SA FAMILLE, VEUILLEZ MESURER VOS MOTS…

    J'aime

  3. Pacifique Nininahazwe is known well as an expert in propagating fictions and wrong(amaremantanya) and as a Champion of ethnism(Amacakubiri). Nothing true or good can come from him. He will always invent stories to make the elected and popular government of Burundi look bad.

    J'aime

  4. Toutes mes condoléances aux familles éprouvées. Nous remercions Pacifique Nininahazwe pour le pas fait; quiconque qui peut informer le publique sur cette tragédie serrait le bienvenu. En attendant nous retenons ce qui est publié. Bujumbura news devrait contredire immediatement pour desinformer le publique.

    J'aime

  5. Voici mon conseil qui est une remarque :

    Si vous insistez à dire la vérité sur quelqu’un dans le but de faire du bien à plusieurs vous serez honoré .Car la vérité honore toujours ceux qui la pratiquent.
    Si vous insistez à monter des mensonges pour salir quelqu’un vous serez méprisé . Le mensonge dure un temps et quand il est découvert il déshonore ceux qui le pratiquent.

    J'aime

  6. Je souscris à votre conseil de garder le doute.
    Néanmoins bujanews garde le mérite de donner la parole à toutes les tendances. Pour le cas de hon ntasano, je vous défie de faire la version de veuve lambert. Là vous aurez démenti pacifique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s