L’icône du tambour enterré sur les terres sacrées de l’Ingoma à Gishora

17991626_10212819188014141_8017858294896053688_oInhumation ce lundi 17 Avril 2017 du célèbre tambourinaire burundais Antime Baranshakaje. Il a été enterré au site du sanctuaire des tambours sacrés à Gishora dans la province Gitega en présence de milliers de tambourinaires venus lui rendre un dernier hommage. Le Ministre de la jeunesse, des sports et de la culture était également présent à ces cérémonies, une présence qui a beaucoup choquée les proches de cette icône du tambour burundais.

Feu Antime Baranshakaje a été inhumé ce lundi au site du sanctuaire des tambours sacrés de Gishora sur la Colline Masasu en Commune Giheta de la Province Gitega.

Après une messe en sa mémoire à la Cathédrale Christ Roi de Gitega, un long cortège des tambourinaires venus de différents coins du pays a suivi sa dépouille depuis le centre-ville de Gitega jusqu’à Gishora. Une foule nombreuse, dont les villageois de la Colline natale du défunt, s’étaient également rassemblés au lieu d’enterrement.

Deux représentants des tambourinaires de Gishora ont pris la parole. Le premier a déclaré qu’avant sa mort, Antime Baranshakaje a demandé aux tambourinaires de « sauvegarder le sanctuaire des tambours sacrés de Gishora » et de bien accueillir les visiteurs de ce sanctuaire. Le second a indiqué qu’Antime Baranshakaje a insisté sur le « respect strict de la tradition » qui interdit aux filles et aux femmes de battre du tambour par les filles et les femmes. Les tambourinaires présents ont promis de suivre les consignes de leur modèle.

Dans ces cérémonies d’inhumation, le gouvernement du Burundi était représenté par le Ministre de la jeunesse, des sports et de la culture. Dans son discours, le ministre a parlé d’Antime Baranshakaje comme « promoteur du tambour burundais », au point que l’Ingoma est devenu patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Ministre de la jeunesse, des sports et de la culture a promis de faire construire « un monument » de Feu Antime Baranshakaje et d’initier une semaine dédiée au tambour qui sera célébrée chaque année.

Toutefois, plusieurs personnes présentes ont semblé regretter que les honneurs accordés au disparu par le gouvernement ne soient donnés à titre posthume ; alors que la famille de Feu Antime Baranshakaje avait demandé un appui au tout début de la maladie du grand tambourinaire afin qu’il puisse se faire soigner à l’étranger.

le mardi, 18 avril 2017 09:31, http://www.rpa.bi

Publicités

2 commentaires sur “L’icône du tambour enterré sur les terres sacrées de l’Ingoma à Gishora

  1. « Le second a indiqué qu’Antime Baranshakaje a insisté sur le « respect strict de la tradition » qui interdit aux filles et aux femmes de battre du tambour par les filles et les femmes. »
    Je ne sais pas si c’est tout à fait une bonne chose. Car les temps changent, comme disait MC Solar.
    En effet, il y a une monarchies dans laquelle il n’y a pas longtemps, les filles n’avaient pas le droit d’entrer dans la succession au trône. Cette règle a été modifiée pas le parlement pour permettre l’égalité entre les genres.
    Actuellement dans cette monarchie une fille entre bien dans l’ordre de succession légitimiste au trône.

    J'aime

    • Les temps changent Monsieur BANZUBAZE, mais vers le positif, pas vers le négatif.
      Aujourd’hui, il y a des Africains qui préfèrent être vêtu de peau de bêtes, et vivre dans la nature, avec une paix totale comme lieurs ancêtres
      La civilisation a l’européenne, les a transformes des sauvages et immoraux.
      Heureusement un noir a tout imite, sauf donner un baiser a un chien comme un blanc. Va vérifier c’est la vérité.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s