Bâtissons une société plus unie et solidaire

Louis KamwenubusaSur le plan religieux, l’événement tant attendu s’est produit le dimanche 16 avril 2017 : la célébration de la fête de Pâques, une des fêtes les plus importantes du calendrier chrétien qui rappelle, annuellement, à tous les chrétiens du monde entier la résurrection du Christ. Vêtus d’habits de fête et transportés par leur foi, les chrétiens, tôt dans la matinée, s’étaient rassemblés en grand nombre dans leurs lieux du culte respectifs pour partager la prière et chanter alléluia dans la joie et l’allégresse après quarante jours de jeûne, de prière et de pénitence. Les portes des lieux du culte étaient grandement ouvertes à tous les chrétiens en état de physique normal. Et, pour tous, riches ou pauvres, gouvernants ou gouvernés avec la même attitude d’adoration devant Dieu, le même sentiment d’égalité dans le cadre de l’obéissance aux préceptes divins, la même conviction d’appartenir à une même communauté chrétienne qui empêche le mal et ordonne le bien, et dont l’unité et l’indivisibilité doivent être sauvegardées, en renforçant ses liens et en combattant les mauvais comportements.

En cette période pascale, les questions ne peuvent pas manquer : qu’avons-nous fait du carême, sachant que sera récompensé dans l’autre monde, le croyant qui, surmontant cette tendance exécrable à tout subordonner à son plaisir et à son intérêt strictement personnels, aura allégé les souffrances des autres en posant des actes de solidarité et de charité ? Avons-nous le sentiment d’avoir amélioré notre comportement humain et d’avoir renforcé notre conscience morale ? Avons-nous le sentiment de vivre en paix avec les autres, de mettre en avant le langage de la vérité, de la justice, du pardon, de la réconciliation, du respect de soi et des autres, de la protection de l’environnement, de la sexualité responsable, de la justice et du sens du bien commun ?

En cette période pascale et même au-delà, qu’est-ce que le pays qui nous a tant donné peut attendre de ses fils et de ses filles ? Les exemples qui suivent peuvent nous aider à y répondre. Il sied de souligner qu’à la veille de la fête pascale, des actes de solidarité et de généricité ont été posés notamment par le Président de la République Pierre Nkurunziza qui a envoyé aux populations nécessiteuses des provinces du nord du pays 17 tonnes de vivres pour leur permettre de fêter Pâques dans la dignité en tant qu’êtres humains créés et sauvés par le Christ ressuscité. D’autres actes de solidarité ont été posés par les Forces de défense nationale qui ont envoyé également des vivres aux populations des provinces de Bubanza et Kirundo affectées par le changement climatique. Une délégation du parti Uprona en mairie de Bujumbura a également agi dans le même sens en visitant, au quartier Rohero II, un centre d’accueil hébergeant des personnes âgées et des orphelins auxquels une assistance a été apportée. D’autres gestes de solidarité sont certainement attendus en cette période pascale.

La fête de la résurrection du Christ signifiant le triomphe du bien sur le mal, sachons en tirer profit en nous débarrassant de nos mauvais penchants pour construire une société plus unie et plus solidaire d’où jailliront les composantes fondamentales de la paix : la justice et l’amour entre frères et sœurs, le service affectueux envers les membres les plus faibles parce que petits, malades ou âgés, l’aide mutuelle devant les nécessités de la vie, la disponibilité à accueillir l’autre, et si nécessaire, à lui pardonner. La période pascale n’est–elle pas une occasion propice pour l’apprentissage et la pratique de la culture du pardon, de la paix et de la réconciliation ? En cette période qui n’est pas ordinaire, exprimons l’ardent souhait de voir les sentiments fraternels que se vouent de voir les composantes de la société burundaise dans la ferveur d’une même foi et l’attachement indéfectible aux idéaux de paix, d’unité, de démocratie et de réconciliation, s’exprimer avec encore plus de vigueur pour une meilleure maîtrise des problèmes complexes auxquels sont, de nos jours, confrontés l’Homme et la société dans tous les pays du monde.

Louis Kamwenubusa

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s