Démarrage de la démolition des habitations illégales au périmètre du palais présidentiel

001 13042017 115245Le ministère burundais de l’Urbanisme et des Travaux Publics, a démarré mercredi la démolition des habitations illégales au périmètre du palais présidentiel à Bujumbura.

Au cabinet du ministre burundais de l’Urbanisme, Célestin Ndayizeye, et de celui son homologue des Travaux Publics, Jean-Bosco Ntunzwenimana, on explique que ces opérations de démolitions des constructions « érigées illégalement » sur le site du futur palais présidentiel, sont intervenues longtemps après des « avertissements » à l’endroit des aux propriétaires des habitations visées par la décision présidentielle portant sur le dégagement d’une superficie des 40 hectares du site en question.

Selon Nadine Gacuti, la gouverneure de la province de Bujumbura, qui s’exprimait en compagnie d’un contingent policier requis à cet effet, ces démolitions porteront dans un premier temps, sur 23 constructions d’habitations.

« On n’a pas assisté à du rififi parce que les populations locales et environnantes comprennent aisément le bien-fondé de ce projet d’intérêt général », a expliqué la gouverneure Gacuti.

Cependant, elle a demandé à ces mêmes populations, de « faire preuve de retenue », en attendant l’aménagement et la distribution de nouvelles parcelles des maisons d’habitation sur le périmètre de la localité de Maramvya, sise en commune Mutimbuzi dans la province de Bujumbura-rural (ouest).

En revanche dans les rangs des propriétaires des maisons démolies, on déplore que leurs habitations aient été démolies avant qu’ils aient été indemnisés.

« Cela équivaut, ni moins, ni plus, à nous jeter dans la rue sans autre forme de procès pour qu’on devienne des sans abri », a déclaré sous couvert d’anonymat, une des victimes de ces démolitions.

Toutefois, à leurs niveaux, les services du ministère des travaux publics déployés dans ces opérations de démolition à l’aide des bulldozers, ont indiqué que les occupants de cet espace de 40ha « sont considérés comme ayant déjà été indemnisés ».

Ces services procéderont bientôt à une analyse des dossiers ad hoc, « dossier par dossier, afin de vérifier si personne n’aurait été lésé sur le volet indemnisation ».

French.china.org.cn |  le 12-04-2017

Advertisements

Un commentaire sur “Démarrage de la démolition des habitations illégales au périmètre du palais présidentiel

  1. ça c’est la malédiction que le pouvoir est en train de s’attirer comme il en a l’habitude et la régularité. Il tue, torture les gens, violent les femmes, laissent mourir les gens par la famine ( en faisant fi des conditions, pourtant philanthropiques, posées par les bailleurs) et maintenant ils détruisent des maisons qu’ils n’ont pas construites sur des terrains qui ne leur appartiennent pas et qui n’appartiennent pas à l’Etat. Tôt ou tard ces gens seront indemnisés si ils parviennent à survivre à ces difficultés sans nom causées par les tueurs, gens corrompus jusqu’à la moelle qui ne soucient de personne. Je fais allusion à l’oligarchie du dd. 15 ans après le maquis, ils le vivent dans leurs cœurs.
    Il faut au moins avoir le courage de lire le code foncier en vigueur que vous êtes censés vous-mêmes avoir mis en place, pauvres analphabètes politiques!

    art 424:L’indemnité d’expropriation doit compenser intégralement le préjudice subi par l’exproprié. Elle est négociée à l’amiable entre les parties intéressées ou, à défaut, par la juridiction compétente au sens de
    l’article 428 du présent Code, saisie par une des parties.

    Article 426 : Les Ministres ayant les terres dans leurs attributions fixent par Ordonnance conjointe le niveau minimal des tarifs d’indemnisation des immeubles par nature et par incorporation, après avis de
    la Commission Foncière Nationale. Ces tarifs doivent être régulièrement actualisés.

    Article 427 : La décision d’expropriation fixe le délai de déguerpissement. En cas d’urgence constatée et dans tous les cas après paiement de l’indemnité d’expropriation, l’autorité compétente peut ordonner le déguerpissement préalable de l’exproprié.

    Article 428 : Les personnes expropriées peuvent également saisir la juridiction compétente
    pour contester le bien-fondé de l’expropriation, la consistance de l’indemnité ou le délai de déguerpissement

    Article 433 : L’indemnité d’expropriation doit être fondée sur la valeur du bien exproprié appréciée à la date du jugement. Elle doit être acquittée avant l’enregistrement de la mutation et au plus tard dans les quatre mois suivant l’accord amiable des parties ou la signification du jugement irrévocable y relatif.

    Cette liste d’articles en faveur des personnes expropriées sans indemnisation ou avec indemnisation qui n’est ni juste ni préalable n’est pas exhaustive et est très longue.

    Tout le monde y compris ces gens au pouvoir spolié comprennent que ces gens auront gain de cause quand le pouvoir judiciaire sera réhabilité.

    Il faudra une loi claire pour une action récursive conséquente, pas celle mise en place par dd taillée sur mesure.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s