L’opposition crée à NYAMATA une nouvelle plate-forme: La CMAP

IMG_20170412_115217Après l’ADC, puis le CNARED, l’opposition crée à Nyamata une nouvelle plate-forme autour du « connaisseur » Radjabu: la CMAP

A chaque crise électorale sa coalition: après l’ADC Ikibiri en contestation des communales de 2010, le CNARED est né pour rejeter le processus électoral de 2015. Mais, selon des sources sûres d’Ikiriho, face à l’essoufflement de la coalition dirigée par Charles Nditije, l’ensemble des poids lourds de l’opposition se sont retrouvés dans la ville rwandaise de Nyamata pour mettre en place une nouvelle plateforme: la Convention des Mouvements Armés et Partis politiques de l’opposition – CMAP en sigle.

Alexis Sinduhije l’avait dit dans ses révélations sur les violences pré-électorales de 2015: pour le Président du MSD, la seule option viable pour la démocratie au Burundi, c’est la guerre contre Nkurunziza “pour l’empêcher de rester au pouvoir et de tuer son pouvoir”. Après avoir posé ce constat, Sinduhije indiquait la voie à suivre pour la suite: “… maintenant, nous voulons que ceux qui en savent plus que nous, nous ne savons pas comment mener la guerre, nous voulons que ceux qui en savent plus chapeautent ça, pour que nous nous les appuyions autrement.”

Son vœu a été rapidement exaucé, puisque l’ensemble des poids lourds de l’opposition se sont retrouvés fin de la semaine passé dans la ville de Nyamata, au sud du Rwanda, dans le district du Bugesera frontalier avec le Burundi. Selon trois sources ayant participé dans la réunion, plusieurs figures de l’opposition s’y trouvaient.

En plus d’Alexis Sinduhije lui-même, des leaders du CNARED comme Bernard Busokoza s’y trouvaient, mais aussi les anciens présidents du CNDD-FDD comme Jérémie Ngendakumana et Manassé Nzobonimpa, ou encore la patronne de la Maison Shalom, Marguerite Barankitse. Les représentants des mouvements armés Forebu et Tabara faisaient partie de la réunion, de même que des contacts à Bujumbura et Makamba.

Objectif de cette réunion: mettre de côté les egos des uns et des autres et bâtir un seul mouvement solide autour “des gens qui savent” comme l’avait demandé Sinduhije. D’évidence, le nom le plus expérimenté dans la gestion des rebellions s’est imposé en la personne de Hussein Radjabu, ancien Secrétaire Général du CNDD-FDD, mobilisateur et stratège du parti encore en rébellion.

Le Rwanda + anciens leaders du CNDD-FDD

Le CMAP arrive donc comme le tombeur du CNARED sur la scène politique burundaise, après les défections en série au sein de la coalition aujourd’hui dirigée par Charles Nditije.

On se souviendra que Radjabu avait quitté le CNARED moins de 9 mois après sa création, dénonçant “beaucoup d’irrégularités et défaillances dans la définition de l’ossature structurelle”, “la distribution des rôles par clientélisme et égocentrisme”, dans une ambiance de “course effrénée au positionnement pour une visibilité individuelle” avec “une multiplication désordonnée des structures et postes de responsabilité au sein du CNARED qui a créé une lourdeur qui compromet son fonctionnement”, alors que “la communication a été défaillante et désordonnée, car fondée généralement sur des rumeurs”, etc.

Le CMAP vient aussi une mutation du CNDD-FDD: ses hommes forts sont des anciens leaders de l’actuel parti au pouvoir, ayant l’expérience de la lutte armée. Réussiront-ils là où “les révolutionnaires urbains” de Sinduhije ont échoué ?

Enfin, la création du CMAP fragilise les ambitions du dialogue inter-burundais que soutient la Communauté Internationale. Des sources à la Présidence burundaise insistent que “Bujumbura n’a jamais été dupe. Alors que le facilitateur Mkapa demandait de bonne foi l’immunité en faveur des politiciens accusés d’avoir trempé dans le putsch de 2015, ceux-ci planifiant de renforcer l’option armée”.

Ce qui est encore plus grave avec la création de la CMAP, c’est l’ombre du Rwanda, de nouveau derrière la manœuvre. Au Ministère des Affaires Étrangères du Burundi, c’est l’incompréhension totale: “Nous pensions que l’heure de la détente approchait, mais ce n’est pas le cas. Comment comprendre un voisin qui commémore un génocide en aidant à préparer une guerre ?”

Le soutien rwandais au nouveau souffle de l’opposition radicale burundaise explique d’ailleurs la violente campagne médiatique déployée les deux dernières semaines pour faire comprendre au monde que le Burundi est au bord d’un génocide “comme au Rwanda en 1994”. Il ne fallait que les chants obscènes de certains Imbonerakure pour nourrir ladite campagne.

12 April 2017 10:08

Publicités

7 commentaires sur “L’opposition crée à NYAMATA une nouvelle plate-forme: La CMAP

  1. Ceci a odeur d’un montage! Pensez-vous que ces gens auraient été si imprudents de laisser des élément qui les trahiraient participaient à leur réunion! Je n’ y croie pas pour le moment! Sûrement un montage de Nyamitwe pour justifier ce qui a circulé sur les médias à propos d’ un plan d’élimination des Généraux à Bujumbura pour devancer une attaque rebelle soutenue par le Rwanda.
    Anyways Abarundi n’Uburundi turarushe.

    J'aime

  2. le monde doit commencer à se poser de vraies questions sur ce pouvoir rwandais à l’origine de pratiquement toutes les guerres dans la région. FPR, AFDL M23…..et maintenant CMAP.
    c’est à se demander si ce pouvoir est vraiment blanc, même dans le génocide rwandais.

    J'aime

  3. Détrompez-vous, Radjabu n’est pas un bon stratège, mais il est plutôt un vrai opportuniste qui sait à quel moment il faut sauter sur l’occasion. Franchement, parler de BUSOKOZA dans les devants de CMAP ou de SINDUHIJE c’est dire à tous les HUTUS de ne pas adhérer au CMAP. Le Burundi souffre des impacts socio-politiques légués par ce Radjabu:= Corruption, le vol, le Détournement, la Torture, le Viol, rancunes etc… à cet effet c’est dire à tous les autres Burundaiset surtout à tous les TUTSIS de ne pas adhérer au CMAP.

    Parmi ces gens ci-hauts cités, l’Homme Intègre c’est Mzee Manassé NZOBONIMPA si c’est bien lui qui chapeaute le CMAP, j’adhère mais le reste ne sont guidés que par des ambitions tribalo-égocentriques.

    Franchement, je ne soutiens pas le Gouvernement de Bujumbura, mais si la CMAP est née au Rwanda, elle n’est qu’une mauvaise graine qui donnera certainement des mauvais fruits. Le Rwanda a ses propres problèmes internes qu’il ne parvient pas à résoudre, il veut en profiter pour semer la zizanie au Burundi et étendre son influence dans la Région et ainsi s’éterniser au pouvoir..

    J’invite toutes les personnes pieux qui veulent la Paix dans notre pays et dans la Région à prier le Bon Dieu pour qu’il fasse un Miracle comme il a fait pour les Juifs à la traversée de la Mer.

    Sinon l’opposition comme le Gouvernement de Bujumbura personne ne cherche la paix durable car TOUS SONT DES PÉCHEURS qui ne veulent pas se repentir.

    J'aime

    • @Bazohinyuka
      « Détrompez-vous, Radjabu n’est pas un bon stratège, mais il est plutôt un vrai opportuniste  »
      Justement, un bon stratège est opportuniste. En langage politiquement correct, on dit qu’il est pragmatique.
      Par ailleurs Radjabu est doué, je dirais même surdoué. Car avec son background de formation, il a pu dribler d’éminents docteurs en divers disciplines.
      Mais avec Nkurunziza, il est tombé sur un os! On trouve toujours plus malin que soi.

      J'aime

      • Même ce NKURUNZIZA que tu ventes, il finira comme les autres tyrans tels que MOBOTU du Zaïre, Anastase SOMOZA et Tcheousisco (je m’excuse de l’orthographe) et bien d’autres qui sont morts comme des chiens alors qu’ils venaient de diriger leur pays pendant des décennies.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s