Avril au Burundi: un mois de recueillement et de réflexion

agenocideburAvril au Burundi: un mois de recueillement et de réflexion

« Au Burundi, le négationisme consisterait à ne pas reconnaître le génocide d’avril 1972. Aujourd’hui, chacun doit se réjouir qu’un tel fléau ,n’est heureusement , plus envisageable ».

Avant l’avènement  de la démocratie  dans notre pays, le mois d’Avril a  toujours été un cauchemar pour une frange de la population Burundaise qui, par l’évocation du génocide déclenché le 29 Avril 1972, s’est toujours sentie, à tort ou à raison, encore une fois en danger. C’est en effet durant ce mois , qu’on a régulièrement enregistré, le plus d’abandons scolaires et  de fuites de Burundais vers les pays voisins; l’administration de l’époque n’étant pas en mesure de rassurer les « victimes » de ce sentiment d’insécurité.

 Ansi, durant les années 70, 80 et même 90, chaque fois en avril, notre pays vivait au rythme  des rumeurs persistantes, de nouvelles arrestations , d’un nouveau massacre de masse, dirigé contre cette frange bien ciblée de la population.  Les tenants du génocide, dans l’armée, la gendamerie  l’admmnistration…..  de cette période,  et dont certains sont encore là, trouvaient que ladite frange augmentait  trop vite, dans les écoles, l’enseignement supérieur, administration, commerce….et qu’il  fallait que 1972 soit périodiquement renouvelé.

Il semblerait que, feu Président BAGAZA et d’autres dirigeants de son équipe, se soient, à maintes reprises, opposés à cette idée de renouvellement de 1972, malgré de nombreuses pressions dans leur camp. Cependant, lui aussi, malgrè son charisme et sa volonté manifeste de privilégier le dévloppement économique,  n’a pas pu inverser la tendance faisant que l’administation, les services de défense et de sécurité, sans oublier les finances et les affaires, soient l’apanage de la seule autre frange de la population.

Cela dit, au moment de la commémoration ce 29 avril 2017, du 45è anniversaire du génocide au Burundi, il faudra éviter toute globalisation, de nature à raviver les tensions. Chacun ayant souffert  de ces erreurs étatiques du passé , il serait encore plus condamnable de les évoquer aujourd’hui, comme justicatif à un quelconque dérapage.

Revenant à ce mois d’avril qui nous a apporté bien de malheurs, il faut dire que les concepteurs du mouvement SINDUMUJA de 2015, n’ont pas été bien inspirés en déclenchant leur mouvement, précisément au mois d’avril. Les dérapages que leur mouvement a connu à NYAKABIGA, MUSAGA , MUTAKURA et ailleurs,…ont fait dire à certains observateurs, qu’il s’agissait d’autre chose, que d’une simple contestation de mandat.

L’autre erreur de ce mouvement , dont c’est aussi forcément l’anniversaire, est d’avoir lancé dans les médias,  l’imminence d’un génocide; chose impensable dans le Burundi d’aujourd’hui ; cela peut même être assimilé à  une sorte de  provocation. Il y a eu certes des morts et assassinats forts regretables, et pour cela, l’impunité , d’où qu’elle vienne,doit être combattue. Mais, s’il s’agissait d’une stratégie de certains pour reprendre le pouvoir, en utilisant un terme  si lourd de souvenirs, on peut parler de cynisme caractérisé.

Par ailleurs , il faut noter un contraste saisissant entre le  zèle  affiché aujourd’hui  par  certains  activistes nationaux et onusiens des droits de l’homme , et leur silence  s’agissant du génocide de 1972.  Or, dans l’objectif de lutte contre l’impunité, la priorité nationale, est de faire reconnaître par les Nations Unies, les évenements de 1972, comme un génocide.   Ceci permettrait par la suite, un meilleur environement de travail, pour ces commissions qui sont entrain d’être mises en place.

A mon avis, C’est aussi en ce mois d’avril symbolique,  que les responsables SINDUMUJA, dans leur diversité,  ne devraient plus rester campés dans leur position.  S’ils veulent que leur combat ait encore un certain sens,  ils doivent montrer que, eux aussi , soutiennent le projet de reconnaissance internationale du génocide de 1972 et  dénoncent l’impunité dont ses auteurs ont jusqu’aujourd’hui bénéficié.

De son côté, le gouvenement doit rester vigilant, s’assurer qu’il n y ait pas de dérapages , empêcher aussi  que des responsables, services et organisations dans le pays, puissent réitérer des actions ou discours vendicatifs et provocateurs.

 Enfin,  dans la foulée de la commémoration du génocide Rwandais, au moment où des  puissances occidentales et les Nations Unies s’émeuvent et s’indignent, avec raison, de leur inaction au Rwanda,  il serait cohérent que ces mêmes puissances  et Nations, s’emeuvent aussi pour ce qui  est arrivé au Burundi en 1972 et reconnaissent cet autre  génocide.

Anatole BACANAMWO

Advertisements

6 commentaires sur “Avril au Burundi: un mois de recueillement et de réflexion

  1. Abarundi ni twemere ko twahenzwe, kandi twari ibijuju.
    Turahendwa turaryana nk’ibikoko.
    Nitubone ko duteye isoni
    Hanyuma twiyamirize uko kuryana nk’ibikoko.
    Les propos comme « Que Dieu change les cœurs des Burundais pour plus de compassion. »
    Seulement les Burundais ?
    Le reste du monde entier, y compris vous, a beaucoup de compassion ?
    Dieu change le coeur de celui qui décide d’aller vers Lui (Dieu). Tous les pécheurs y compris les Burundais devraient reconnaître qu’ils ont agi comme des insensés.

    J'aime

  2. « Que Dieu change les cœurs des Burundais pour plus de compassion » ceci est bien dit, il n’y a pas une autre voie que la Voie Divine qui peut nous sauvons, acceptons de part et d’autre qu’il y a eu dérapage avec des crimes abominables qui continuent jusqu’à présent d’une manière sporadique; mais quant il y a un burundais assassiné c’est toujours un acte abominable à éradiquer. Dans nos tentatives d’approches pour une cohésion sociale, soyons réconciliant et réconciliés.

    Prions sans cesse pour chasser ces mauvais esprits diaboliques, démoniaques et sataniques au nom de Jésus Christ. Amen.

    J'aime

  3. Article assez constructif. A noter quand même une différence entre le génocide rwandais 94 qui a emporté aussi bien des tutsi que des hutu, et le génocide burundais de 72 qui n’a emporté globalement que des hutu instruits ou commerçants. En plus, au Rwanda, le génocide a été exécuté principalement par des miliciens, alors qu’au Burundi c’était plus une affaire étatique et administrative.
    Mais tous les deux sont condamnables au même titre.

    J'aime

  4. Ce qui se passe aujourd’hui n’a rien à voir avec les événements macabres de 1972.On a enterré la tâche de guerre.Des problèmes subsistent certes, des assassinats surviennent ici et là, mais plus jamais le génocide d’une telle ampleur.Certains veulent faire croire qu’un autre génocide est imminent.Ça fait bientôt deux ans qu’ils l’ attendent.La vigilance doit rester de mise. Les autorités burundaises doivent être maîtriser leurs troupes afin de parer à toute manipulation surtout celle de la jeunesse.

    J'aime

  5. La seule solution pour le Burundi est l’Etat de droit. La violence contre des innocents tutsis et hutus, nous avons déjà essayé depuis 50 ans, c’est inhumain et cela ne résout rien. Dans un Etat de droit, il n’existe ni hutu ni tutsi mais des citoyens. C’était le sens même des Accords de paix d’Arusha. La démocratie instaurée en 2005 avait été saluée avec enthousiasme et on disait même que le tribalisme était mort et enterré. Hélas, Arusha n’avait pas prévu que la démocratie pouvait être détournée par des malfaiteurs, une faction mafieuse (dixit Ntibantunganya) ou des kleptocrates violents (Transparency International). L’immense majorité des Burundais voulait la paix et la concorde nationale. Tout est détruit désormais. Nous devons désormais réinventer l’avenir.

    J'aime

  6. C’est dommage qu’il y ait eu de choses pareilles au Burundi. Vraiment cet image est très interpellant pour ce qui s’est passé dans le passé et ce qui se passe aujourd’hui. Que Dieu change les cœurs des Burundais pour plus de compassion.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s