KABURAHE Antoine plaide pour l’asphyxie du Burundi

Antoine KaburaheAntoine Kaburahe, le Directeur du groupe Iwacu, plaide pour l’asphyxie du Burundi

Le pouvoir de Bujumbura devrait faire attention, les belges sont des professionnels dans la diplomatie démagogique. Un wallon namurois a dit : « Qui ne connait pas le belge, l’héberge ». Cela est d’autant vrai que d’une part les diplomates belges font sortir des mots doux envers le pouvoir de Bujumbura et en même temps au niveau du Senat et de la Chambre des Représentants, on affiche l’hostilité et la méfiance belges envers le gouvernement du Burundi.

L’un des espions de la Belgique est Antoine Kaburahe directeur du groupe de presse Iwacu, invité à la Chambre des Représentants (Parlement belge), devant la Commission des relations extérieures au coté de Didier Ryenders, voici le rapport de son audition.

Audition de M. Antoine Kaburahe (Iwacu)

1. Exposé introductif

M. Antoine Kabuhare, directeur du groupe de presse Indépendant Iwacu, dernier groupe de presse encore en activité au Burundi, rappelle qu’en mai 2015, tous les médias indépendants ont été détruits. M. Kabuhare a dû quitter le Burundi en novembre 2015 suite aux menaces du régime, qui l’accuse d’avoir participé à l’organisation d’un coup d’État. Il y a aujourd’hui plus de cent journalistes en exil. Il en va de même pour de nombreux représentants de la société civile et de partis de l’opposition.

En avril 2015, malgré les appels à la raison de la communauté internationale et de la société civile burundaise, le président Nkurunziza a décidé de briguer un troisième mandat. Depuis lors, le pays a sombré dans une grave crise. Le régime burundais se ferme toujours davantage vis-à-vis de l’étranger et multiplie les arrestations, actes de torture, violations des droits de l’homme et assassinats ciblés. Une telle situation est d’autant plus déplorable que le pays était sur une bonne lancée démocratique.

L’orateur salue la position de la Belgique dans la défense des textes fondamentaux que sont la Constitution burundaise et les accords d’Arusha. La Belgique a été un des premiers pays à déclarer que le troisième mandat du président Nkurunziza est anticonstitutionnel. Pour la première fois dans l’histoire et malgré les liens qui unissent la Belgique et le Burundi, l’ambassadeur belge a été déclaré persona non grata. La communauté d’Afrique de l’Est a fait plusieurs tentatives de médiation mais le régime burundais multiplie tous les obstacles pour éviter de réelles négociations à Arusha. Or, le Burundi dépend pour plus de 55 % de son économie de l’aide étrangère. Le régime burundais a proposé d’organiser un “dialogue national” avec comme seul objectif l’organisation d’un référendum pour consacrer la révision de la Constitution et supprimer la limitation du nombre de mandats présidentiels.

Le président Nkurunziza fonde son pouvoir sur des éléments mystiques. Il est convaincu d’avoir été élu par la volonté de Dieu et chaque rencontre officielle commence par une prière publique ; son épouse est pasteur d’une église évangélique. M. Kabuhare estime que la seule solution pour la communauté internationale est de continuer à maintenir la pression et de prendre des sanctions plus sévères tant sur le plan économique que diplomatique (restriction de visas, …). Les sanctions prises par les États-Unis, visant à bloquer les comptes bancaires de quatre officiers, sont totalement inefficaces car ces personnes ne sont même pas titulaires d’un compte aux États-Unis et ne voyagent pas à l’étranger. La Belgique doit utiliser son expertise et sa connaissance du pays pour imposer des sanctions là où cela fait mal. Le régime burundais a implanté la terreur dans le pays. Grâce à l’accord de paix signé à Arusha le 28 août 2000, la question ethnique a été réglée. Aujourd’hui, l’opposition est purement politique et est menée par les hutus (ethnie majoritaire au Burundi). Les Burundais n’ont plus rien à perdre ; il faut donc tout faire pour faire plier le régime.

2. Questions des membres

M. Peter Luykx (N-VA) constate que le Parlement et le gouvernement belges ont adopté une attitude ferme face aux événements récents au Burundi, mais les sanctions prises ont-elles un réel effet ? Comment le gouvernement peut-il réellement peser sur les autorités burundaises ? M. Stéphane

Crusnière (PS) insiste sur l’importance du rôle d’une presse et d’une société civile actives et libres. Quelle est la situation actuelle de la presse écrite et des médias audiovisuels ? Est-il exact que les médias tolérés par le pouvoir sont tenus de défendre les points de vue du régime ? La plupart des ONG sont empêchées d’agir par le pouvoir, qui leur a coupé toute forme de financement. Le membre souhaite aussi savoir quel est le rôle joué par l’armée. Beaucoup de Burundais ont déjà quitté leur pays pour se réfugier dans les État voisins. L’Union européenne a fourni une aide complémentaire. Comment la situation évolue-t-elle ? Enfin, M. Crusnière demande si les sanctions doivent viser directement l’État ou plutôt toucher des acteurs de l’État de manière individuelle. Ne faut-il pas veiller à limiter l’impact sur la population ?

3. Réponses de M. Antoine Kabuhare

M. Antoine Kabuhare souligne l’impuissance des interlocuteurs internationaux face à la situation au Burundi. Le régime actuel semble imperméable aux sanctions et n’a pas peur de renoncer aux aides financières. Il a décidé de garder le cap, quitte à appauvrir la population et à s’aliéner le monde entier. Il ne faut en tout cas pas relâcher les pressions. Certains mouvements, tels que RED-TABARA et FOREBU, envisagent le recours à la force pour se débarrasser des dirigeants du pays. Si le régime a l’impression que la communauté internationale s’essouffle, cela va renforcer le souhait de certains de recourir à la force.

Le Burundi est un des pays les plus pauvres du monde. Il faut donc espérer que les sanctions puissent pousser le pouvoir à négocier. Des troupes burundaises participent actuellement à une force d’intervention internationale en République centrafricaine. Les Burundais vivent très mal le fait que le gouvernement vend l’image d’un pays qui aide à maintenir la paix à l’extérieur de ses frontières alors que la violence est monnaie courante sur son propre territoire. Si la communauté internationale oblige le Burundi à retirer ses troupes, cela aurait un impact financier non négligeable pour le régime. Par ailleurs, des sanctions ciblées pourraient être imposées à certaines personnalités proches du régime.

Pour ce qui est des médias, M. Kabuhare confirme qu’une station de radio a été rouverte mais elle a dû signer un “acte d’engagement”. La liberté de presse est donc très contrôlée. Iwacu et SOS Médias Burundi travaillent dans des conditions très hostiles et difficiles. Selon les dernières statistiques, entre 250 000 et 300 000 Burundais ont fui leur pays. Plus de cent journalistes vivent en exil. Les réfugiés peuvent compter sur l’aide du Haut -Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et de l’Union européenne. La situation sur le terrain continue à se détériorer si bien qu’il n’est pas possible d’envisager un retour à court terme des réfugiés. Le pouvoir burundais minimise les problèmes et les médias sont muselés. Les milices armées (Imbonakure) sont actives sur l’ensemble du territoire.

M. Kabuhare craint que la situation en RDC ne détourne l’attention de la communauté internationale. Alors que le Burundi était cité en exemple pour avoir résolu pacifiquement le conflit en 2000, le pays est aujourd’hui en train de reculer sur tous les plans. La communauté internationale ne peut donc abandonner la population burundaise à son sort.

Marc Masango, https://www.burundi-forum.link/

Advertisements

10 commentaires sur “KABURAHE Antoine plaide pour l’asphyxie du Burundi

  1. Plus la Belgique s’associe aux opposants burundais 1)Elle donne l’impression d’être derrière l’ingérence, qui, comme vous le savez, n’est plus soutenue par certaines nouvelles administrations.2) La Belgique, dans sa stratégie, faut faire profil bas, juste le temps d’installer ses pions.Ce qui permettra de ronger le Burundi de l’intérieur afin s’abattre le régime sans difficulté.

    J'aime

  2. A toi MAVYI « Tu dis que Celui qui appelle à l’asphyxie du Burundi n’est pas digne d’être compté parmis ses enfants . » et moi je te dirais que ton CNDD qui a fait pire que ca au temps de maquis est le meme qui a pousse les gens a avoir le sentiment de revanche . esperons qu il recoltera ce qu il a seme. Quand a toi ton nom en dit assez sur toi continue a etre ce que tu es car izina niryo muntu en attendant ta destinee,

    J'aime

  3. « M. Kabuhare estime que la seule solution pour la communauté internationale est de continuer à maintenir la pression et de prendre des sanctions plus sévères tant sur le plan économique que diplomatique (restriction de visas, …). Les sanctions prises par les États-Unis, visant à bloquer les comptes bancaires de quatre officiers, sont totalement inefficaces car ces personnes ne sont même pas titulaires d’un compte aux États-Unis et ne voyagent pas à l’étranger. La Belgique doit utiliser son expertise et sa connaissance du pays pour imposer des sanctions là où cela fait mal »
    Et après ?
    Je me souviens que la Belgique a déjà dirigé le Burundi.
    Le résultat a été tel que les accords d’Arusha ont interdit de parler de l’administration belge du Burundi
    Si la Belgique a mieux dirigé le Burundi, alors elle peut nous aider; dans le cas contraire ……
    .

    J'aime

  4. Je crois que cette position de Monsieur KABURAHE n’est pas bonne pour quelqu’un qui aime ses compatriotes. Asphyxier le Burundi tel que vous le dites ça serait asphyxier la population. Or la population n’a rien à gagner dans les querelles politiciennes. Elle mange grâce à sa sueur.
    Et puis, la sécurité s’est nettement améliorée sur tout le territoire national. Vos Belges qu’ils viennent voir la réalité sur le terrain, Monsieur Antoine.

    J'aime

  5. Yoshwuwa nawe none ntubona ko ariryo yakoresheje, atari hamwe hamwe yihenze R akandika H , nawe urakavya, kwihenda nibisanzwe wabo na Titre yayanditse neza! Warubuze ico uri bumwagirize cankwa ngo ukosore!Urigize umwarimu rero!Abazi ubwenge babitahuye!Emweeeeee!

    J'aime

  6. M. Masango, Antoine s’appelle « KABURAHE » et non le nom que vous utilisez. Si vous l’avez fait sciemment, votre article est un mensonge !

    J'aime

  7. Kaburahe joue de l’opportunisme, les belges ont tout fait pour étouffer le pouvoir de Nkurunziza mais ça n’a pas réussi et ça ne réussira jamais!!! Les sindumuja ont tout tenté mais leur échec a été cuisant, comment un type comme kaburahe pense arriver à quelque chose? Des discours vides ne font plus peur au CNDD, il a pris beaucoup de temps pour qu’ils arrivent au pouvoir et ce n’est pas les crialleries de certains journalistes en carton qui les feront partir. Celui qui appelle à l’asphyxie du Burundi n’est pas digne d’être compté parmis ses enfants, c’est le peuple qui souffre et non Nkurunziza.

    J'aime

    • @Mavyi
      « Celui qui appelle à l’asphyxie du Burundi n’est pas digne d’être compté parmi ses enfants,… »

      Lorsque quelqu’un se sent asphyxié par son propre pays, il peut avoir le sentiment de revanche. C’est humain. Cela m’est arrivé il y a quelques années.
      Par ailleurs j’espère que votre pseudo n’est pas prémonitoire. Si oui vous pouvez vous attendre à un avenir pas très enchantant.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s