Les limites du CNARED ont atteint leur point culminant

Les limites du CNARED ont atteint leur point culminantLes limites du CNARED ont atteint leur point culminant

Le directoire du CNARED-GIRITEKA a procédé à l’élection de nouveaux organes le 28 février dernier. Charles Nditije président du parti Uprona non reconnu par le régime de Bujumbura a été élu pour succéder à Jean Minani du Frodebu Nyakuri. Tout comme Jean Minani, Charles Nditije est élu pour un mandat de neuf mois.

Signalons en passant que cette pseudo plateforme de l’opposition burundaise, créée le 1er août 2015 aura l’Honorable Léonard Nyangoma comme son premier Président élu. Sa présence à la tête du CNARED-GIRITEKA a été de courte durée si pas éphémère suite aux querelles byzantines dues essentiellement aux chicaneries et à l’insoumission de certains membres du directoire qui ont voulu faire du CNARED-GIRITEKA une plate-forme politique dont l’objectif primordial consiste en la collecte de fonds et autres avantages matériels et financiers auprès des partenaires financiers et de la diaspora burundaise. Ce comportement est l’une des rares causes réelles de la décadence que connait le CNARED-GIRITEKA dès sa naissance à ce jour.

Outre que le CNARED-GIRITEKA peine à convaincre en terme de légitimité, la légèreté et le manque de consistance tant au niveau de la vision qu’au niveau de la forme suscite quelques interrogations. L’organisation se dit engagée à défendre les Accords d’Arusha et la Constitution de la République du Burundi, mais depuis sa création, il a brillé par l’absence du leadership et des divisions internes. La plupart des partis de l’opposition qui faisaient partie de cette plate-forme politique ont du quitter avant même qu’il ne commence à s’organiser. Aujourd’hui, la position du CNARED-GIRITEKA par rapport au dialogue d’Arusha est plus qu’ambiguë. D’un côté, la direction déclare ne pas vouloir participer et menace même les membres qui veulent prendre part â ces assises de sanctions, d’autres part la même plate-forme envoie des délégations à Arusha. Le CNARED-GIRITEKA donne l’impression de ne pas savoir sur quel pied danser, réclame et revendique une chose et son contraire à la fois. Ce qui est plus inquiétant et même toujours ridicule, c’est quand on est une organisation politique qui passe son temps à convaincre les burundais de placer leur confiance en lui, alors qu’il n’a pas les capacités requises pour défendre leurs droits et leurs intérêts. Quelle aberration?

Aujourd’hui, d’aucuns s’imaginent si réellement le CNARED-GIRITEKA a la capacité de faire face à la crise burundaise perdurant depuis plus de deux ans. Quand on essaie d’analyser les résultats déjà obtenus, la réponse à cette interrogation nous amène à confirmer avec amertume l’incapacité et la fragilité du CNARED-GIRITEKA. C’est aussi une certitude tirée de la douche froide essuyée récemment par un cadre de cette coalition politique à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Animant une conférence publique devant un parterre constitué par des burundais et quelques journalistes, ce dignitaire du CNARED-GIRITEKA va briller par  une prestation de bas étage, au rabais de ce que devrait réaliser un cadre de son rang. Sa conférence publique devrait donc naturellement se terminer en queue de poisson, avant que son animateur ne soit hué par le public et que la crédibilité du CNARED-GIRITEKA ne tombe définitivement à l’eau, vis-à-vis de ces participants à cette conférence publique qui n’aura fait que l’effet d’un feu de paille!

L’autre question qu’on peut se poser par rapport à la pertinence des actions du CNARED-GiRITEKA concerne sa gestion. Comment une équipe qui est censé se pencher sur les problèmes aussi épineux que ceux que traversent le Burundi actuellement, peut avoir un mandat de neuf mois? Que peut-on faire en moins d’une année et comment assurer la continuité? Le directoire de cette plate-forme fait penser à des politiciens sans vision qui attendent que neuf mois passent pour se disputer la présidence. Comme le disait si bien un internaute, ils se plaisent d’être appelés « président d’une structure qui n’existe qu’en théorie, » juste pour le plaisir de se sentir président, puisqu’à défaut de ce qu’ils veulent, ils se contentent de ce qu’ils ont au grand dam de la population.

Comme nous l’avons déjà souligné ci-haut, aujourd’hui, plusieurs sources concordantes s’interrogent sur la destination finale des fonds collectés auprès de la diaspora burundaise sous prétexte de trouver des moyens nécessaires en vue de faire tomber le régime illégal de Pierre Nkurunziza. A cet effet, il sera constitué une ASBL de droit belge portant la dénomination CNARED, avant d’être liquidé, trois mois seulement après sa création! D’aucuns se demandent si le CNARED-GIRITEKA ne serait qu’une carapace sous laquelle il s’organise plusieurs activités mafieuses au parfum politico-financier, pour faire semblant de lutter contre le régime en place à Bujumbura alors qu’en réalité, il n’a aucune intention ni capacité pour forcer Pierre Nkurunziza à passer le témoin à une autre personnalité, à la fois légale, légitime et compétente! Surtout que les gros cylindrés de cette plate-forme en perte de vitesse étaient des proches collaborateurs et alliés politiques de Pierre Nkurunziza durant toute une décennie de décadence et de dictature sans nom (2005 – 2015).

Une certaine opinion nationale et internationale estime aujourd’hui que le CNARED-GIRITEKA devrait arrêter de désorienter et de distraire l’opposition tout en laissant travailler ceux qui ont des objectifs et une vision claire pour sauver, redresser et développer le Burundi. Par conséquent, si le CNARED-GIRITEKA et ses membres ne veulent pas disparaître sur la scène politique burundaise, ils devraient tout au moins se ressaisir et suivre ceux qui sont capables, déterminés et engagés réellement pour la paix et la démocratie au Burundi.

SHAKISHA Théopiste pour la Rédaction

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s