Les étudiants lancent un préavis de grève direct au Président Nkurunziza

33391734346_b1ded5bb58_kLes étudiants de l’Université du Burundi ont lancé ce préavis de grève pour demander l’abrogation du décret présidentiel 100/18 du 1er Février 2017 portant réorganisation du système des bourses et des stages. Ces étudiants exigent que ce décret soit abrogé endéans 2 semaines, sinon ils suspendront toutes les activités académiques.

Dans ce préavis de grève adressé au Président de la République, les étudiants sont revenus sur les conclusions des états généraux de l’éducation de 2014. Ils évoquent aussi les réclamations et indignations soumises au Président Nkurunziza dans une pétition du 5 Décembre 2016 demandant la « suspension de l’approbation du projet de loi portant réorganisation du système de gestion des bourses et des stages », qui pouvait engendrer la discrimination des étudiants provenant des familles pauvres à l’enseignement supérieur, la division des étudiants, la réduction massive des intellectuels qualifiés.

Le même préavis de grève rappelle une correspondance adressée à la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique lui demandant le « retrait du projet de loi ». Cependant, rien n’a été fait et le projet de loi a été appuyé par le décret présidentiel au début du mois de février.

Les délégués de classe de l’Université du Burundi et de l’Ecole Normale Supérieure ont tous apposé leurs signatures sur le préavis de grève. Ils menacent d’entamer leur mouvement de suspension des activités le 4 Avril 2017, si le Président Nkurunziza ne retire pas son décret.

POLEMIQUE AUTOUR DU PREAVIS DE GREVE

Avec le bras de fer engagé entre les étudiants et le Chef de l’Etat, deux blocs se dégagent au sein de la communauté estudiantine.

Deux groupes de représentants des étudiants, le 1er choisi par leurs camarades et le 2ème par le recteur de l’Université du Burundi, ne s’entendent pas sur la réaction à donner au décret réorganisant l’octroi de la bourse. Le second groupe est accusé par le 1er d’accepter toutes les décisions prises par le rectorat ou par le gouvernement à leur encontre.

Selon un des représentants du 1er groupe, le décret présidentiel les divise : « le nouveau décret viole l’article 53 de la constitution de la République du Burundi, dans ses alinéas 1 et 2 qui accorde à tout citoyen le droit à l’éducation ; alors que le décret risque d’éliminer d’avance les étudiants provenant des milieux modestes à l’enseignement supérieur », explique notre source.

Au moment où le 1er groupe de représentants des étudiants a lancé le préavis de grève, le second groupe a sorti un communiqué signé par un certain Syldie Barutwanayo. Il demande le retrait du préavis de grève, car selon lui « la voie de la grève ne résout jamais les problèmes », peut-on lire dans ce communiqué appuyé justement par le Recteur de l’UB.

Beaucoup affirment que ce dernier groupe est composé d’étudiants qui se laissent manipuler par le gouvernement.

Toutefois, le 1er groupe des représentants d’étudiants a décidé de maintenir la suspension des activités académiques, si le nouveau décret présidentiel sur la gestion des bourses et stages n’est pas abrogé.

La présidence de la République, via son porte-parole Jean Karerwa, a déjà annoncé qu’elle ne reviendra pas sur ce décret. Un bras de fer s’est donc engagé entre le Président Nkurunziza et les plus de dix mille étudiants Burundais.

le lundi, 27 mars 2017 07:52, http://www.rpa.bi

Publicités

6 commentaires sur “Les étudiants lancent un préavis de grève direct au Président Nkurunziza

  1. Abarundi barayamaze bati, ukuramba nukubona!!!
    Ntare we urashobora kuba utuye dans in monde, in autre monde qui n’est pas celui que nous connaissons
    Atterisse s’il te plait sur cette planete terre et fait une fouille minitieuse et apprend des sources sur. Apres tout cela tu pourras avoir des elements de comparaison des gens et then you can draw conclusions

    J'aime

  2. « Un bras de fer s’est donc engagé entre le Président Nkurunziza et les plus de dix mille étudiants Burundais. »
    Je retrouve cette expression dans belga.be

    Réfléchissons un peu :
    Bras de fer entre le Président Nkurunziza et plus de 10.000 étudiants ?
    Les 170 étudiants qui ont écrit représentent-ils la position des 11.000 étudiants ?
    Le décret signé par le Président de la République passe par plusieurs étapes avant d’arriver dans son bureau: Réflexion universitaire, Ministère de l’Enseignement supérieur, Gouvernement, Assemblée nationale, Sénat etc.
    Ce bras de fer est mal placé.
    Messieurs les étudiants,
    Vous voulez imposer au Président de la République de désavouer tous ses collaborateurs, de se mettre dans son coin pour rédiger un autre décret qui annule le premier pour satisfaire à votre volonté ?
    Cela ne signifierait-il pas que vous avez un pouvoir au-dessus des institutions de la République ?
    EST-IL POSSIBLE ?

    J'aime

    • @Ntahitangiye

      « Les 170 étudiants qui ont écrit représentent-ils la position des 11.000 étudiants ? »

      Je croyais que les 170 étudiants signataires étaient des délégués!

      J'aime

  3. Je demande à ces étudiants de faire attention, ils pourraient commencer le grève pensant que c’est un jeu mais il faut qu’il sache qu’il n’y a plus de jeux au Burundi. Une bourse d’étude n’est pas un droit sinon ceux qui étudient chez les privés devraient en bénéficier, vous commencez votre grève mais vois ne savez pas comment elle va finir!!! Le pouvoir de Nkurunziza pourrait vous laisser faire votre grève et vous oublier par suite et stopper vos études pour un temps illimité. Si vous n’étudiez pas même le prêt bourse ne vous sera accordé, qui perdrait selon vous? Nkurunziza pourrait utiliser cet argent pour d’autres fins!!!! Il y a beaucoup de burundais qui veulent étudier je vous préviens! Si vous êtes assez intelligents vous devriez demander comment ça se passe au Rwanda: tout le monde est passé au prêt bourse (si tu as la chance de l’obtenir), le système des bourses gratuites restait au Burundi seulement!

    J'aime

  4. J’aime la fermeté de ce Président, Il est Patriotique, et aime les burundais.
    Nous avons mille et une chance d’avoir eu un Président qui ouvre la Bible, qui, en partie la croit.
    Aucun autre pays au monde qui a eu ce privilège.

    Micombero disait chaque fois dans ses pauvres discours (NGO HAKUBA INDURA WOBA IMVA).

    BUYOYA Pierre son cousin disait le contraire et disait: (HAKUBA IMVA WOBA INDURA)

    Aujourd’hui, dans le slogan de notre cher President, il dit: Vous les colonisateurs, qui sont venu nous diviser, je vous prie de respecter notre culture, notre tradition, et surtout AGATEKA K’UMURUNDI.

    Vraiment ni RWAGASORE WA KABIRI. Sindamukubita ijisho, ariko Imana n’imuhezagire imwongere umugisha, arwanye ihonyabwoko n’ayandi mabi yose yokwaduka.

    Il est vraiment le second RWAGASORE, et c’est tout.

    J'aime

    • @NTARE Sshalom.
      « Aucun autre pays au monde qui a eu ce privilège. »

      Wewe birumvikana ko hari ico ugira umusabe! Agati?
      Pour vous tous les pays du monde voudraient avoir un chef d’Etat comme le nôtre!
      Je n’ai rien contre lui mais, je trouve que vous poussez le bouchon un peu trop loin!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s