La fin d’une ère : Le supermarché Dimitri met la clé sous la porte

DimitriLe supermarché Dimitri est l’un des plus anciens supermarchés au Burundi. Longtemps implanté sur le marché, ce géant de la vente des produits mixtes  serait en plein processus de mettre la clé sous la porte. Reportage.

Il est 11h43, les portes du supermarché Dimitri sont fermées. Dehors, plusieurs personnes  attendent, discutent, les autres continuent d’arriver. Quelques minutes après les portes s’ouvrent encore, c’est le tour de 10 autres personnes  d’entrer. Il semble que l’entrée au supermarché est régulée, ils évitent tout débordement.

A voir l’alignement des gens qui attendent sous un soleil de plomb, il y a lieu de se demander pourquoi ils trouvent l’intérêt de venir  massivement. On approche une cliente impatiente d’avoir son tour de faire ses achats, elle ne cache pas son engouement. «Une amie m’a signalé qu’ici il y a solde sur tous les produits de 40%. Je n’ai pas hésité  une seconde» nous assure-t-elle.

Arrivée à l’intérieur, c’est  une ambiance différente de l’extérieur. Les clients courent dans tous les sens, le personnel assistant  les suit avec des caddies pleins d’achats. Dans les rayons des appareils électroménagers et ustensiles de cuisine  les clients s’entassent. Certains se diraient que c’est la fête de Pâques qui a fait baissé les prix jusqu’à 40%. Mais la raison la plus plausible est que le géant a touché le fond.

« Les réductions sont intéressantes quand même. Je ne pourrais pas rater une occasion qui peut ne pas revenir » se confie une cliente sans quitter l’œil de son caddie. Les caissières, toutes exténuées n’ont même pas une minute pour souffler.  La patronne, dans tous ses états, fait des va-et-vient, nous évite, appelle des travailleurs pour aider les clients.

Point de repos pour  les travailleurs dudit  supermarché, « depuis le matin, je cours dans le magasin, je soulève des cartons très lourds, j’essaie de rester gentille malgré la fatigue. Les clients ne nous donnent pas un instant » nous raconte une des travailleuses.

La liquidation de ce supermarché semble être un secret de polichinelle. Tout le monde semble savoir pourquoi il est là. Toutefois, si certains clients achètent à la hâte tout ce qui est  disponible, d’autres en revanche, s’inquiètent pour les travailleurs. «Je pense à ces travailleurs, où vont-ils aller ? » nous  avoue un client.

Nous avons approché la patronne du supermarché, mais elle s’est gardée de tout commentaire. Le supermarché Dimitri occupe une grande place pour avoir été l’une des alimentations pionnières dans la ville de Bujumbura. Et le fait que ce supermarché figure dans les manuelles d’enseignement de l’école primaire fait de ce dernier une légende. Pas la peine d’habiter à Bujumbura pour connaitre ce géant de la vente de divers produits, qui au-delà du temps révolu avait gardé sa place.

, Miranda Akim’, http://akeza.net

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s