Kazoza, le futur ombragé

Kazoza, le futur ombragéKAZOZA
(LE FUTUR OMBRAGÉ)

Depuis 1965, les gouvernements successifs ont pris une partie de la jeunesse comme bouclier en l’impliquant dans les crimes odieux. Cette jeunesse n’a rien gagné dans cette entreprise orchestrée par des hommes en cravate et aujourd’hui plusieurs d’entre eux vivent une vie insupportable tandis que leurs anciens chefs ont vécu dans l’opulence.

En 1972, le parti UPRONA, du héros prince Louis Rwagasore a modifié le cours d’histoire du pays en créant une jeunesse et en l’utilisant pour opprimer le peuple. Le héros ne voyait pas en jeunesse une force d’oppression, mais plutôt une jeunesse patriote vouée au développement de la Patrie. Les malintentionnés ont utilisée les JRR ’’Jeunesse révolutionnaire Rwagasore’’ dans l’optique de tuer et spolier des biens des citoyens innocents. Après 1976, cette jeunesse trompée et trempée dans les crimes a été liquidée, et en effet elle n’existe plus.

En 1993, le parti FRODEBU, du héros Melchior Ndadaye est premier président élu démocratiquement, a aussi instauré une jeunesse à l’image de l’UPRONA et vision de Rwagasore, mais le FRODEBU l’a orientée vers une vengeance cachée sous prétexte que l’armée était mono-ethnique (ce qui était vrai), car 98% des militaires pourraient faire partie d’une seule composante ethnique. En effet, la JEDEBU (Jeunesse démocratique du Burundi) désarmait les Policiers en pleine journée et en plein meetings et en présence des autorités d’alors comme les Imbonerakure le font actuellement, et merveilleusement elle n’existe plus.

En 1994, 95 et 96, un groupe d’extrémiste de l’armée FAB et des partis à majorité tutsie dont l’Uprona étaient responsables de la formation des milices en mairie de Bujumbura et dans tous les centres urbains des provinces. Politiquement parler, cette jeunesse devrait être qualifiée de terroriste, car elle terrorisait la population en général. Malheureusement cette milice a été détruite par ceux qui l’ont engraissée, et heureusement elle n’existe plus.

En 2000, le gouvernement de Buyoya et Léonce Ngendakumana a mis sur pieds un système de  l’Auto-défense civil: JGP (Jeunes gardiens de la paix) ce groupe était par rapport aux autres ci-haut cités discipliné, car il défendait la population contre des attaques de rebelles de cette époque dont les FDD et d’autres. Mais, l’erreur qu’a commise le pouvoir, c’était d’armer une frange de la population aux frais des contribuables et après c’était de sommes colossales qu’ont dépensé afin de les désarmés et démobilisés. Ce méga somme d’argents aurait été utilisé pour doter le pays des infrastructures d’éducation et autres, et tout compte fait ce groupe n’existe plus.

À l’heure actuelle, ce sont les Imbonerakure de Nkurunziza, Bunyoni et Never qui sèment la terreur en peu partout dans mon pays, bref c’est bordèle. Ils collectent des impôts illégalement, ils désarment les militaires et policiers à leur guise. Ils pillent et volent dans l’absence de condamnation des autorités et ils violent nos soeurs sous le regard de complicité du pouvoir dd. Comme la JRR, JEDEBU, SANS-ÉCHECS ET LES JGP, les Imbonerakure vont en définitif disparaître comme leurs prédécesseurs et KAZOZA (LE FUTUR OMBRAGÉ) nous réserve de surprise.

Le révolutionnaire engagé

Publicités

8 commentaires sur “Kazoza, le futur ombragé

  1. Bavugango : Iziza guhona zitangurira Muruhongore : JRR (jeunesse Revol. RWAGASORE) ababesha urwo rwaruka, barahemukiye Umuganwa Atari Umugani. Ese iyo batoba ivomo ntibiyitirire Prince Louis. Abategetsi iyo bakiri ku ntwaro, bibaza ngo bizohora bityo. Bamwe biha kunywa inzoga, abandi bitwaza gusenga, hari nabandi bugara amasengero. Urwo rwaruka narwo, ntitwobarenganya, ubushomeri, kuba bari impumyi mu mitwe, bagira bati turaronse irariro, kandi bati ko duhagarikiwe n’Ingwe Tuzovoma ku Mugezi udakama. Ivyarivyo vyose guhenda Impumyi n’umuvumo bizobazwa ababatuma kandi baziko urwo rwaruka rutazi ishaka n’Ururo. Uburundi buzoguma buhagaze, nayo intwaro zizokurikirana, kandi zizibagirana nk’Indoto turota. Abazovuka kera bazobana amahoro, ariko bamaze guhumuka mu mitwe kubera amasomero nibaruha bakayaronka.

    J'aime

  2. Le gros problème est que lorsqu’un tel mvt de jeunesse est en cours d’exrecice, le pouvoir qui l’utilise le voit dans un sens positif. c’est à la fin d’un règne que tout le monde se met d’accord , et ont une même compréhension sur les méfaits dudit mvt.

    J'aime

  3. Le gros problème est que lorsqu’un tel mvt de jeunesse est en cours d’exrecice, le pouvoir qui l’utilise le voit dans un sens négatif. c’est à la fin d’un règne que tout le monde se met d’accord , et ont une même compréhension sur les méfaits dudit mvt.

    J'aime

  4. « KAZOZA (LE FUTUR OMBRAGÉ) nous réserve de surprise. »

    KAZOZA = Le FUTUR

    Surprise agréable ou désagréable ?

    Pourquoi ajouter ombragé ? N’est-il pas l’état pessimiste du révolutionnaire engagé ? Mais engagé avec pessimisme ?
    Quelles solutions ?
    Mettre en place une autre jeunesse révolutionnaire engagée qui disparaîtra après ? Ce qui est un éternel recommencement ?
    Le révolutionnaire engagé ne pourrait-il pas intégrer la jeunesse actuelle (Imbonerakure) pour leur apprendre à être des révolutionnaires engagés pour le bien de la nation ?

    Dans tous les cas l’école est incontournable. .

    J'aime

  5. C’est ce qu’on appelle triste réalité Mr ou Mme/Mlle « Le Révolutionnaire engagé ». Bien dit mais je n’épouse pas votre idée ou ironie que ce sale bésogne devrait continuer à se reproduire. Je pense que chacun là où il se trouve pourrait travailler sur un plan pour notre pays en général et notre jeunesse en particulier quitte à ce que dans le proche futur lorsque l’histoire donnera encore l’opportunité de changer les chose comme ce fut en 1993 et en 2005 chacun puisse avoir une contribution pour le pays (ne fut ce qu’à présenter aux futurs nouveaux dirigents dans le cas ils auraient la volonté de changer les choses mais étant à court d’idées). Le grand problème pour notre pays est que ce n’est pas tout le monde qui a pu être nourri du vrai patriotisme, tout le monde a été éduqué de bien étudier, trouver un bon travail (souvent les bons exemples de la vie étant les membres du gouvernement pas les entrepreneurs) et faire trop d’argent possible (ce qui induit dans l’enrichissement illicite)..Les mentalités devraient changer chers lecteurs de bujumbura.be et tous les burundais en particulier et le gouvernement devrait encourager et faciliter ceux qui parviennent à se distinguer dans l’entrepreunariat en décourageant les surtaxes et les agents malintentionnés corrompus!! Merci
    Ndavuga Simvura narengana!!

    J'aime

  6. Il me semble que vous vous contentez à dresser un bilan pratiquement négatif de la jeunesse burundaise depuis 1965 à nos jours mais sans proposer de solutions. A mon sens il n’existe qu’une seule voie de sortie pour tout jeune qui veut avoir des actions responsables, l’école. Les Leaders d’aujourd’hui devraient amener tous les jeunes sans exception aucune à aimer l’école la seule pouvant leur permettre de chasser l’ignorance qui est à la base de l’instrumentalisation de certains par des politiciens sans vision.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s