Qu’est-ce que les Burundais peuvent réellement attendre du CNARED ?

Logo-CnaredQu’est-ce que les Burundais peuvent réellement attendre du CNARED ?

Le 13 mars 2017, Jérémie Minani, le commissaire chargé de la communication et des relations publiques au CNARED a accordé une interview au journal Ikiriho. Le moins que l’on puisse dire est que cet interlocuteur du CNARED semble être déconnecté de la réalité. Voici pourquoi.

Jérémie Minani semble être convaincu que John Magufuli Pombe a le dernier mot sur le Burundi.

Le major Pierre Buyoya a repris le pouvoir le 25 juillet 1996. Un mois après, tous les pays voisins, aujourd’hui regroupés au sein de l’East African Community ont imposé l’embargo contre le Burundi. Mais, le major Pierre Buyoya n’a cédé le pouvoir à Domitien Ndayizeye qu’en 2003. Autrement dit, il a dirigé le Burundi pendant 7 ans, sous embargo. Cela voudrait tout simplement dire que Buyoya n’a pas quitté le pouvoir à cause des sanctions économiques. Mais, plutôt par la force de frappe et du feu des groupes rebelles. Or, aujourd’hui, Pierre Nkurunziza n’a pas cette contrainte. Les quelques rares mouvements qui sont en train de  se constituer et s’organiser en RDC et dans la kibira risquent d’être neutralisées, avant qu’ils ne fassent pas beaucoup de dégâts. Quant au CNARED, il s’agit d’une organisation qui ne peut pas inquiéter le gouvernement burundais pour la simple raison qu’elle se trouve à des milliers de kilomètres du Burundi, pour ne pas dire coupée de la population.

De plus, le CNARED est très sérieusement affaibli sur le plan financier. La preuve c’est la dernière tentative de créer une ASBL intégrée dans un parti politique. C’est une première mondiale ! Ou bien on fait la politique (un groupe à but lucratif) ou bien on évolue dans le domaine humanitaire (un groupement sans but lucratif). Jamais les deux. Cela montre en peu le manque de maturité du CNARED. Cet aspect montre clairement que même si demain ils parvenaient à avoir le pouvoir, les membres du CNARED ne vont pas réaliser ce qu’ils promettent aujourd’hui au peuple burundais. Enfin,  le CNARED est une organisation qui a été abandonnée par la plupart des Tutsis si pas tous. Cela montre bien qu’il y a une bonne frange de la population qui ne croit pas en cette organisation.

Le CNARED songe à une option militaire pour contraindre Nkurunziza à quitter le pouvoir.

C’est vraiment du n’importe quoi. Ceux qui lancent des offensives militaires ou bien qui créent des mouvements rebelles ne doivent pas nécessairement faire de la pub dans les medias, avant d’agir. Les vrais rebelles agissent sur le terrain. Est-ce que les membres du CNARED vont lancer la rébellion à partir de l‘internet ou de la Belgique ? Il va falloir que Jérémie Minani nous explique bien. Personnellement, j’ai comme l’impression que le CNARED veut faire de l’escroquerie politique où ils vont s’attribuer une rébellion qu’ils n’auront pas en réalité créée. Ce ne serait pas une première au Burundi.

Le FRODEBU a fait pareil. Lorsque le CNDD-FDD était sur le champ de bataille, le FRODEBU a cru qu’il allait récupérer quelques postes politiques gratuitement, juste garce aux quelques communiqués de soutien et d’encouragement. Malheureusement, ça n’a pas été le cas !

Au moment du partage des postes, seuls les combattants ont eu le privilège d’être remerciés. Le même scénario risque d’arriver au CNARED le jour où le président Nkurunziza déciderait de quitter son fauteuil. Ce qui semble n’est pas le cas avant 2030. Un proverbe du Burundi dit qu’ « Uwukurusha ibijumbu agutwara imbwa. » Pour dire qu’aujourd’hui le président Nkurunziza est en position de force pour ne pas se faire intimider par le CNARED.

Sanzabihore Audifax

Advertisements

7 commentaires sur “Qu’est-ce que les Burundais peuvent réellement attendre du CNARED ?

  1. Ugutwara n’imyaka ijana canke irenga ntivyari bibi, ikibi ni ugutwara abantu ubacuritse, ubacura bufuni na buhoro… Abo hambere burya bari baciye ubwenge bati « NTAWUHORA KU NGOMA »

    J'aime

  2. Barata baratora :sinarinzi ko impumyi z’Abarundi zikibaho !!!!
    Bibwigwa benshi bikumva bene
    Vyo:ibaze nkumurundi murundikazi abona nko kumukoloni ; nko mu1900;
    Nko :1965 ; nko 1969;nko 1993
    Gushika 2005…..
    Mustari wa mbere nini maànaa

    J'aime

  3. Mon cher Audifax,
    C’est facile à un spectateur de critiquer les joueurs qui sont dans le terrain. Il peut même expliquer comment il fallait faire. Malheureusement si on le placer dans le terrain, il passerait toutes les 90 min à courir ici et là, sans même toucher au ballon!

    À bon entendeur salut!

    Que Dieu protège notre patrie!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s