Les élèves des écoles à régime d’internat souffrent de la crise alimentaire

c6bn9ejxmaerxbvLes élèves des écoles secondaires à régime d’internat « souffrent des effets pervers » de la crise alimentaire à laquelle le Burundi fait face depuis septembre 2016, selon des responsables des établissements scolaires dans la capitale du Burundi.

Selon Tharcisse Bendantokira, directeur de l’Ecole Normale de l’Etat (ENE) sise dans la zone urbaine de Ngagara (nord de Bujumbura), la flambée des prix des denrées alimentaires consécutive au « déficit alimentaire », handicape « fortement » le fonctionnement de ces écoles à cause de la « modicité » des ressources financières mises à leur disposition par l’Etat du Burundi.

« Avec le début du 2ème trimestre de l’année scolaire en cours, la situation est allée de mal en pis ; au fur et à mesure que le spectre de famine planait par ici par là à travers le pays et que l’offre de nourriture s’amenuisait de plus en plus par rapport à la demande », explique-t-il.

Cette situation a poussé la direction de cette école, à partir du deuxième trimestre de l’année scolaire, à opérer une baisse sur le ratio journalier des élèves, qui était prévu pour eux au premier trimestre ; si bien que ce ratio a passé de 90 kg à 86 kg pour le riz, 100 kg à 85 kg pour le haricot et de 115 kg à 105 kg pour la farine de manioc.

Par ailleurs, l’ENE, ajoute-t-il, a serré la ceinture davantage en supprimant le repas du petit déjeuner initialement pour les élèves des classes terminales (11ème à 13ème année), et en ne le maintenant que pour les plus jeunes élèves, en l’occurrence ceux de la 7ème année.

Pierre-Claver Niyonizigiye, directeur de l’Ecole Technique Secondaire (ETS) de Kamenge (nord de Bujumbura), aborde cette problématique dans le même sens en demandant au gouvernement burundais de « revoir à la hausse » le budget alloué aux écoles à régime d’internat pour pouvoir faire face à la crise alimentaire actuelle.

Une décision portant diminution du ratio alimentaire des élèves du lycée de Tora en commune rurale de Mugamba, dans le sud du Burundi, par les autorités scolaires locales, est à l’origine d’un mouvement de grève scolaire initié par les élèves pour protester contre cette mesure consécutive à la flambée des prix des denrées alimentaires.

Ce lycée abritant 726 élèves dont 480 internes consommant par jour, 130 kg de farine de manioc, 50 kg de haricot, 60 kg de riz, 300 kg de pommes de terre, et 110 kg de farine de mais.

French.china.org.cn |  le 05-03-2017

Advertisements

2 commentaires sur “Les élèves des écoles à régime d’internat souffrent de la crise alimentaire

  1. Un jour TOTO était en classe en Russie(du temps ou la Russie ressemblait beaucoup plus à un pays que je n’ai pas le droit de citer!). Quel est le pays le plus développé du Monde? Réponse: La Russie, Quel est le pays où tout va bien? R: La Russie, Quel est le pays où la sécurité est total et où personne n’est tué? R: la Russie….. et Toto en pleurs s’exclama: JE VAIS VIVRE EN RUSSIE!!!!!!

    J'aime

  2. Attention messieurs les journalistes! Etes-vous sûrs de ce que vous avancez? Je prends l’exemple de l’ENE: une école modèle, une école d’excellence dans un pays en pleine autosuffisance, dont les autorités sont conscientes de la nécessité d’une éducation efficace (et peut-être efficiente), – l’exemple n’est pas loin: voyez les efforts du président lui-même sur la photo que vous avez publiée- Je crois qu’il s’agit de mauvaise gestion de la part des directeurs. Si non, comment expliqueriez-vous que l’on va ouvrir le cycle doctoral à l’université même si la semestrialisation peine à démarrer, que les écoles qui le peuvent ne sont pas autorisées à récupérer les élèves qui échouent la 4è ou la 5è si ce n’est pour les mettre dans les écoles techniques qui sont très nombreuses sur l’étendue du territoire… bref que l’enseignement se porte aussi bien, très bien même, et que ces directeurs crient à la catastrophe? Non, non! Rien de grave, juste de petits problèmes à gérer. Bah! Rien d’alarmant sauf que souvent ce sont les détails qui sont de taille car c’est là ou se cache le diable. Revérifiez votre information.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s