Charles Nditije, nouveau leader du Cnared

nditije-charles-28022017-175645Au Burundi, le Cnared, une plate-forme qui regroupe l’opposition en exil et une partie de l’opposition intérieure, vient de se doter d’une nouvelle direction. Mais les choses n’ont pas été faciles, il a fallu trois jours de discussions au lieu d’un seul comme prévu au départ pour arriver à départager les nombreux candidats au poste de président de la coalition. Cela s’est passé au cours d’une réunion du directoire, l’organe dirigeant de cette coalition, à Bruxelles en Belgique. Le choix a finalement porté sur Charles Nditije, qui vit en exil comme de nombreux leaders d’opposition du Burundi, un pays des Grands Lacs qui traverse une grave crise politique depuis près de deux ans.

Le nouveau président Charles Nditije a été officiellement élu dans un vote à bulletins secrets organisé mardi après-midi, mais un consensus s’était en réalité dégagé autour de son nom depuis au moins deux jours, selon des sources internes, histoire de préserver l’unité et d’assurer les équilibres au sein du directoire de cette plate-forme d’opposition composée d’une trentaine de fortes personnalités, chefs de parti, anciens présidents ou vice-présidents du pays, opposants de toujours ou de fraîche date, qui parfois se détestent.

Après Jean Minani, le choix a porté cette fois sur le professeur Charles Nditije 63 ans, un des plus farouches opposants au président Pierre Nkurunziza. Il avait été pratiquement éjecté de force de la tête de l’Uprona, l’ancien parti unique, par un ministre de l’Intérieur acquis au président burundais il y a trois ans. Depuis, il dirige une aile de ce parti qui est populaire auprès des militants mais qui n’est pas reconnue par le pouvoir burundais.

Le principal défi de Charles Nditije est d’arriver à imposer le Cnared comme un interlocuteur incontournable d’un gouvernement burundais qui refuse de négocier avec cette plate-forme d’opposition jusqu’ici, alors que le pays s’enfonce de plus en plus dans la crise.

Et comme ses prédécesseurs, il devra faire ses preuves très rapidement, une véritable gageure si on tient compte du fait qu’il est élu pour un mandat de seulement neuf mois. Il devra également préserver son unité, au moins trois partis ont claqué la porte du Cnared depuis une année, essentiellement pour divergence sur la question du dialogue interburundais.

le 01-03-2017 à 07:35, http://www.rfi.fr/afrique

Advertisements

10 commentaires sur “Charles Nditije, nouveau leader du Cnared

  1. « Le principal défi de Charles Nditije est d’arriver à imposer le Cnared comme un interlocuteur incontournable d’un gouvernement burundais »

    La tâche ne sera pas facile

    Un homme exilé élu par 14 Burundais sur 27 ( nombre total d’électeurs car on ne parle pas d’abstentions) va devoir imposer son organisation politique, montée en exil et non reconnue dans le pays, comme interlocuteur incontournable à un gouvernement installé après le vote des millions de Burundais se trouvant dans le pays.
    Nyene intambi n’uyifashe ugubati.

    J'aime

  2. @Bazohinyuka
    « Un clin d’œil à tout le monde, mettez Jésus dans vos projets, vous verrez vos projets se réaliser.  »

    Il fallait nous montrer les projets que vous avez déjà réalisés grâce à votre méthode avant de nous la proposer. Sinon ce n’est que du vent que vous essayez de nous vendre.

    J'aime

  3. Mes Chers compatriotes ,

    Dieu soit loue , le CNARED vient d’etre ressuscite avec la designation a sa tete une nouvelle direction conduite par un homme politique capable de le faire arriver a son objectif de defender l’interet superieur de la Nation burundaise en mal de survie .
    Le Professeur Charles NDITIJE est un grand patriote et determine a sauver le peu d’Etat qui nous reste . Ce que bon nombre de burundais ignorant est que nous avons besoin d’hommes integres pour guerir ce mal qui ronge notre societe depuis des temps immemoriaux . Tel que moi personnellement je connais le Professeur Charles NDITIJE c’est un homme capable de sacrifice et chez lui rien ne peut remplacer la verite . Voila le genre de personne don’t le Brundi a aujurd’hui besoin pour le faire sortir de cette crise multiforme et profonde dans laquelle il a ete deliberement precipite par des homes sans foi ni loi .
    Je lance un appel pressant aux burundais qui croient encore que le Burundi peut redevenir un Etat de droit digne et respectueux des droits de la personne humaine de faire confiance au professeur il pourra redorer l’image du BURUNDI dans le concert des Nations.
    En plus de ses qualities intellectuelles et professionnelles le Professeur Charles NDITIJE est politiquement proper contrairement a ces predecesseurs qui ont des responsabilites entieres dans les crimes contre l’humanite qui ont emaille l’histoire triste de notre pays .
    Honnetement je lui souhaite de devenir le future President de la Republique du Burundi car rien ne l’empechera d’engager le pays sur la voie de la justice car au Burundi sans le droit la paix est encore loin .

    Courage et Bonne chance Monsieur le President .

    J'aime

    • @Severin NTACOBERA
      « En plus de ses qualities intellectuelles et professionnelles le Professeur Charles NDITIJE est politiquement proper contrairement a ces predecesseurs… »

      Il ne suffit pas d’avoir un doctorat pour être un bon président; renseignez-vous bien!

      J'aime

  4. Le cnared était foutu depuis son départ, qu’ il change de tête ou non il restera la même chose devant les yeux des burundais: un rassemblement des ventriotes voulant avoir leur part au gateau!!!! Nous avons besoin de paix et de stabilité et non d’autre chose, les fossoyeurs de la paix on en veut plus. J’invite ces messieurs du cnared à retourner au bercail et de demander pardon à celui que vous appeliez Nkurumbi il n’y a pas longtemps, il se dit chrétien et je crois qu’il essayera d’oublier que vous avez tenté de le renverser en vain. Si vous continuez à vous entêtez vous finirez votre vie en exil vu que Nkurumbi veut prendre encore d’autres mandats.

    J'aime

    • Si pour vous avoir la paix est allé pardon au fils satanique nkurumbi tu es bien parti…je nie pas que le cnared n’est que ventriote pour certains mais sache que la paix est proche dans notre pays… Dieu n’abandonne pas ses enfants.

      J'aime

  5. Salutations aux lecteurs.
    Vraiment je ne suis ni pour l’opposition ni pour le Gouvernement, mais je suis pour la paix et la réconciliation. A cet effet, pour moi celui qui boycotte les négociations pour tel ou tel alibi, c’est un tyran, qui veut remplir ces poches et son ventre.

    Un clin d’œil à tout le monde, mettez Jésus dans vos projets, vous verrez vos projets se réaliser. Il faut prier correctement avant toutes vos actions. Amen.

    J'aime

    • C’est vraiment pitoyable ce CNARED
      Ils oublient qu’en politique, il faut d’abord et avant tout aligner des militants;
      tout ce qui manque au CNARED
      Nkurunziza n’ a pour le moment pas d’opposition valide

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s