Le parlement plaide pour une aide humanitaire équitable de l’Union Européenne

jocky-chantal-nkurunziza-28022017-091125Les deux Chambres du Parlement burundais ont, dans leur réaction à une récente déclaration du Bureau de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie au Québec, plaidé pour une aide équitable humanitaire équitable aux réfugiés burundais de l’Union Européenne.

Le Parlement du Burundi demande que l’aide humanitaire accordée par l’Union Européenne « soit destinée à toute la population burundaise dans son ensemble, c’est-à-dire les Burundais réfugiés et ceux restés au pays », a déclaré dans un message lu lundi sur les ondes de la Radiotélévision nationale Jocky Chantal Nkurunziza, deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale burundaise.

Pour le Parlement burundais, comme le dit M. Nkurunziza, priver de l’aide humanitaire aux Burundais restés au pays et augmenter cette aide en faveur des Burundais en exil pourrait être interprété comme un encouragement à quitter le Burundi pour enfin arriver à confirmer que le pays connaît des problèmes sécuritaires qui poussent une partie de sa population à l’exil.

Dans le même message, le parlement burundais s’inscrit en faux contre des sanctions qu’il qualifie d’injustes imposés au peuple burundais par certains partenaires extérieurs, ce qui, selon le même parlement, affecte énormément la population dans des domaines variés comme la santé, l’éducation et l’appui au développement durable.

Le Burundi a besoin d’un soutien économique « au moment où un effectif important des Burundais qui avaient fui vers les pays voisins regagnent progressivement et volontairement leur pays natal », ajoute le message.

Le parlement indique à ce propos que les chiffres disponibles au ministère de l’Intérieur et de la Formation patriotique montrent que jusqu’au 31 décembre 2016, « plus de 100.000 Burundais avaient déjà regagné le Burundi sur environ 265.000 Burundais qui étaient en exil ».

Parmi ces Burundais qui ont regagné le pays figurent quatre personnalités politiques et le parlement burundais invite en conséquence le Bureau de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie « à encourager plutôt d’autres personnalités politiques encore en exil à emboîter le pas à ces quatre figures politiques pour regagner leur pays natal ».

Les quatre personnalités sont l’ancien président de la République et sénateur Sylvestre Ntibantunganya, l’ancienne deuxième Vice-présidente de la République et Présidente d’un parti politique Alice Nzomukunda, l’ancien député Mathias Basabose et l’ancien député et président d’un parti politique Joseph Ntidendereza.

Le message du Parlement burundais intervient après la tenue au Québec au Canada en début février d’une session du Bureau de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie sur la situation au Burundi. Le Parlement burundais estime que ce Bureau se trompe sur les individus et organisations auprès desquels il se ressource et a invité la délégation de ce Bureau à se rendre au Burundi pour se rendre compte de la réalité dans le pays depuis la crise politico-sécuritaire datant de fin avril 2015.

French.china.org.cn |  le 28-02-2017

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s