Le Burundi demande le remplacement du conseiller spécial du secrétaire général de l’ONU traitant du conflit dans le pays

c5npvumweaaybzj-jpg-largeLe gouvernement burundais vient de réitérer sa requête portant remplacement du diplomate britanno-marocain Jamal Benomar, conseiller spécial du secrétaire général de l’ONU sur la résolution des conflits traitant du Burundi, a fait savoir le ministre des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale (MRECI), Alain-Aimé Nyamitwe.

Une correspondance officielle a été adressée mardi au nouveau secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, par le représentant permanent de la Mission du Burundi auprès des Nations Unies à New-York, Albert Shingiro, selon le cabinet du ministre.

La partie burundaise a demandé des consultations avec le nouveau secrétaire général en vue de la désignation d' »un autre conseiller spécial traitant du Burundi, en remplacement de Jamal Benomar », a rappelé l’ambassadeur Shingiro sur instruction de Bujumbura.

En charge de faire le lien entre le Conseil de Sécurité des Nations Unies et le gouvernement burundais depuis sa nomination au poste de conseiller spécial du secrétaire général de l’ONU sur la résolution des conflits en novembre 2015, l’ambassadeur Benomar s’est vu récuser en revanche près d’une année après, par les plus hautes autorités burundaises au premier rang desquelles le président burundais Pierre Nkurunziza.

Le 15 février dernier dans un communiqué signé Philippe Nzobonariba en qualité de porte-parole du gouvernement, celui-ci a invoqué pour motiver sa décision de ne pas envoyer de délégués à Arusha dans la 3ème session du dialogue interburundais organisée du 16 au 18 février 2017 par la facilitation de l’ancien chef d’Etat tanzanien Benjamin William Mkapa, « certaines irrégularités » relevées dans l’organisation de cette session.

Sur ce, le gouvernement burundais a cité la présence sur la liste des invités, de l’ambassadeur Benomar, conseiller spécial du secrétaire général de l’ONU en charge de la résolution des conflits, y compris celui du Burundi.

La présence présumée de certaines personnalités dans cette session, a ajouté le communiqué, notamment M. Jamal Benomar, déjà récusé par le gouvernement burundais, ne garantit pas la sérénité dans les travaux de cette session.

French.china.org.cn |  le 23-02-2017

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s