Ligala de Fous «Chez Mkapa» à Arusha, «Le plan de guerre du Palipehutu» révélé !

ad220065-cb1a-4d7f-9044-88c87f137d76_w987_r1_sLigala de Fous « Chez Mkapa » à Arusha

« Le plan de guerre du Palipehutu » révélé !

Au Burundi, le mot « ligala » tire son origine de la chanson de Bob Marley « legalise marijuana ». Pendant la guerre civile de 1993, des groupes de jeunes désœuvrés et désespérés, se donnaient rendez-vous régulièrement à des lieux précis de leurs quartiers pour « soutenir les murs clôturant les maisons » disaient les mauvaises langues.

Sérieusement, ces groupes de jeunes se formaient pour discuter de tout et de rien. Pour refaire le monde. Pour partager, parfois à l’excès, des boissons alcoolisées. Pour fumer, de temps en temps, des substances prohibées. Pour monter des coups foireux. Pour rire et se soutenir mutuellement dans ce pays de violences inouïes. Pour se moquer des adultes coincés dans leurs préjugés ethniques obsolètes. Et surtout, surtout pour rêver d’un monde meilleur, d’un Burundi sans guerre, sans haine et sans pauvreté.

C’est vrai, les Burundais n’ont inventé ni la poudre ni l’eau chaude. Mais ils ont de la créativité et un talent fou pour l’autodérision hérité de Samandari Power, leur inspirateur national. Ils sont très forts pour rire de leurs propres turpitudes. « Tes dents peuvent rire de toi alors qu’elles t’appartiennent » stipule un proverbe burundais.

Du reste, sans un brin d’humour et de dérision, comment les Burundais survivraient-ils à tant de nouvelles déprimantes qui les assaillent et les agressent tous les jours que Dieu fait ? L’invention des ligalas a permis de créer des soupapes d’échappement pour les jeunes au moins. Aujourd’hui, en 2017, les sujets de préoccupation susceptibles d’alimenter des discussions angoissées dans les ligalas ne manquent pas. C’est le moins qu’on puisse dire.

Aux exactions et crimes multiples dénoncées régulièrement par des organisations burundaises de la société civile, par les médias et par les organisations internationales de lutte pour les droits humains, à une pauvreté abjecte causée en grande partie par une corruption gigantesque qui profite à un petit groupe de prédateurs qui a fait main basse sur l’Etat, s’ajoutent, à présent, la famine consécutive à des perturbations climatiques et à des décisions insensées des pouvoirs publics qui empêchent la libre circulation des vivres sur les marchés de l’intérieur du pays et entre le Burundi et les pays voisins.

Les épidémies récurrentes de choléra allongent la liste des cataclysmes déjà très longue. Le ciel burundais est décidément sombre. L’espoir pour sortir du cauchemar du « troisième règne céleste » de Pierre Nkurunziza s’amenuise de jour en jour. En comparaison avec les malheurs qui assaillent le Burundi, les sept plaies d’Egypte évoquées dans la Bible étaient une plaisanterie.

Mais revenons à nos moutons. La ligala burundaise constitue véritablement une thérapie qui devrait être remboursée par la Mutuelle des Fonctionnaires de l’Etat ou par l’Institut National de la Sécurité Sociale. Elle évite que la jeunesse persécutée par le « troisième règne céleste » de Pierre Nkurunziza ne sombre définitivement dans la folie totale.

Aussi, pour reprendre la tradition initiée en 1993 et s’inscrire dans la logique des propos de M. Mkapa qui, en visite à Bujumbura le 9 décembre 2016 a légitimé  le fameux « troisième règne céleste », a traité de fous tous ceux qui le combattent et a invité l’opposition politique à se préparer pour des élections de 2020 qu’elle perdra de toute façon, un esprit génial a eu l’idée d’organiser une Croisade de toutes les sectes burundaises de « Fous » que compte le Burundi et de convoquer leurs chefs à Arusha pour une ligala au sommet.

Figurent sur la liste des invités les chefs des sectes burundaises de Fous suivantes : Les Fous de Dieu, Les Fous de Joie, Les Fous de Rage, Les Fous à Lier, Les Fous Rires, les Fous de Ballon Rond, les Fous de Politique, les Fous de Tweets, les Fous d’Amour Patriotique et les Fous Furieux. Leurs cousins germains, les Foudres de Guerre, représentant la diaspora burundaise dans le monde, ont également été conviés pour participer au sommet des chefs de sectes burundaises de Fous dingues.

Lieu de rendez-vous à Arusha, la ligala « Chez Mkapa ». Evidemment ! Sujet principal et prétentieux de la Croisade des sectes burundaises de Fous : « faire un débriefing sur les événements majeurs de la fin de l’année 2016 et le début d’année 2017 au Burundi. »

Précision indispensable pour comprendre l’ambiance dans la ligala « Chez Mkapa » à Arusha. Tous les chefs des sectes burundaises de Fous invités se connaissent depuis belle lurette. Depuis longtemps, ils sont complices dans plusieurs coups tordus politiques. Ils ont, notamment, partagé des joints avant de signer un accord instituant l’impunité définitive des crimes déguisée en immunité provisoire et formalisant la cassure de la nation burundaise grâce à des quotas ethniques débiles. De la pure folie, on vous le dit !

Le forfait a été accompli au moment de la signature de l’Accord de Paix et de Réconciliation d’Arusha, le 28 août 2000. Cette complicité coupable a créé, entre les chefs de sectes burundaises de Fous, des liens forts, inconnus du grand public.

En fait, les chefs des sectes burundaises de Fous sont solidaires. Les per diem et les privilèges les rapprochent et leur donnent l’orgueil immense et l’ivresse de penser qu’ils sont incontournables et indispensables pour élaborer des stratégies politiques de sortie de crise. Dans le fond, ils font semblant de s’opposer radicalement entre eux. Mais en réalité, même s’ils ne sont pas fous d’amour les uns pour les autres, ils ne détestent pas se retrouver régulièrement dans les ligalas les plus huppées de Bujumbura. Ils jasent, se congratulent, boivent sans limite de la Haine-Ken, se tapent sur le ventre et s’éclatent comme de petits fous dans les ligalas les plus courues de la capitale : « Chez la Vache Kiriri », « Iwabo w’aba bandits », « Chez Petit Pays Merveilleux », « Chez Esprit Malsain », « Chez Fyarama FM » etc. etc.

Les organisateurs de la Croisade de Fous à Arusha, affublent les participants de titres honorifiques ronflants, gonflants et pour tout dire grotesques : « Très Honorable Excellence VIP. » Ces titres donnent aux chefs des sectes de Fous burundaises un sentiment d’importance et de suffisance incroyable.

Ne manquent à l’appel à la ligala « Chez Mkapa » à Arusha que quelques personnalités éminentes qui animent la scène politique chaotique burundaise et sont à la tête des institutions les plus en vue dans le pays : le Très Honorable Excellence VIP Homme Mbuzi Man, Médiateur des sectes de Fous du Burundi, le Très Honorable Excellence VIP Kora Ibara, président du Sénat des Fous du Burundi et le Très Honorable Excellence VIP Icihebe, président de l’Assemblée nationale des « Fous Rires » du Burundi.

Sur l’échelle des titres honorifiques les plus ridicules du continent, seul un ancien chef d’Etat africain battait les dignitaires burundais à plate couture. « Cheikh Professeur El Hadj Dr Yahya A.J.J. Jammeh Babili Mansa, président de la République islamique de Gambie, et commandant en chef des forces armées. » Impressionnant !

Heureusement, le Yahya Jammeh en question qui s’était distingué en rejetant la proposition de l’Union Africaine pour envoyer 5000 soldats d’interposition au Burundi, les éphémères MAPRABU, vient de passer à la trappe de l’Histoire. Sale temps pour les dictateurs africains et mauvaise nouvelle pour Pierre Nkurunziza d’ailleurs. Certains mauvais esprits estiment que ce dernier a déjà anticipé une destitution prochaine et aurait acheté un vieux coucou américain déglingué pour l’évacuer éventuellement en cas de fuite.

Car, au fait, pourquoi Pierre Nkurunziza s’est-il payé un jet présidentiel baptisé déjà « Air Giporoporo » par les esprits méchants et jaloux alors qu’il ne quitte plus le pays au moment des rencontres internationales où le chef d’Etat du Burundi est attendu ? Aurait-il besoin du « Super Jet » présidentiel pour aller à Kobero tester les lits d’un nouvel hôtel ? Mystère et boule de gomme !

A la ligala « Chez Mkapa » les dialogues entre les chefs des sectes burundaises de Fous sont courtois, vifs, nerveux, incisifs, mordants, marrants et parfois enflammés. En fait, ces chefs de sectes burundaises de Fous reproduisent, sans le savoir, l’ambiance joyeuse, caustique et parfois corrosive du célèbre théâtre radiophonique rural « Ni nde », bien connu au Burundi.

Voici donc un extrait du théâtre fictif, du débriefing surréaliste qui se joue actuellement à la ligala à guichet fermé « Chez Mkapa » à Arusha. La ressemblance entre des personnages réels et fictifs n’est pas que le fruit du seul hasard !

______________________________________________________________

Fou de Joie : Ah…moi je me suis régalé avec ces histoires rocambolesques de cannibalisme pratiqué par la secte des Nanga-Yivuza dans la région de Ngozi. J’ai adoré aussi l’anecdote des gamins de Buye qui se disputent des bananes empoisonnées avec des cochons. Les participants à la Croisade des Fous de Dieu à Rutana à la fin de l’année 2016 se tenaient les côtes quand Pierre Nkurunziza les régalait avec ces récits invraisemblables. Ils étouffaient de rire littéralement.

Fou de Rage : Tu parles ! Des sornettes qu’on ne raconterait même pas à des enfants qui refusent de dormir.

Fou de Politique : Oui mais, on sentait quand même que l’auditoire éprouvait de l’embarras et même avait quelque peu honte. Il riait, c’est vrai. Mais un rire faux et nerveux. Pourquoi personne n’a osé exprimer son dégout quand Pierre Nkurunziza racontait ces balivernes ?

Fou d’Amour Patriotique : Tu es dingue ou quoi, Fou de Politique ? Tu veux te suicider comme dirait le Très Honorable Excellence VIP, président de l’Assemblée nationale des Fous Rires au Burundi ? On ne contredit pas Pierre Nkurunziza, mon frère. Je te le dis par charité chrétienne. Il faut être prudent si tu veux continuer à vivre. Sinon, ton corps pourrait être retrouvé méconnaissable dans la tombe collective fraiche de Ruziba au sud de Bujumbura.

Fou de Tweets : En tout cas, le monde entier n’a perdu aucune une miette de la Croisade des Fous de Dieu à Rutana. J’ai tout enregistré discrètement avec mon phone. J’ai pris des photos exclusives compromettantes aussi. Elles seront, un jour, versées dans les archives du « troisième règne céleste ». La folie, la mégalomanie et la dérive théocratique de ce règne sont bien documentées.

Foudre de Guerre : Ah moi … j’étais très impressionné par la prophétie de Pierre Nkurunziza. Dieu a dû lui envoyer un WhatsApp pour le prévenir. Ce n’est pas possible autrement. Comment sait-il que la terre entière tremblerait prochainement à cause du Burundi ? Comment sait-il que le feu de Dieu purifierait le Burundi bientôt ? Il doit être dans la confidence de l’Eternel. Non, ce n’est pas possible autrement. Mais quel prophète génial ! Imana Akbar !

Fou de Dieu : Je vous le dis en vérité. Rira bien qui rira le dernier.

Fou à Lier : Il semble d’ailleurs que l’Office Burundais des Recettes a récemment perçu des sommes colossales en taxes de douanes à la suite d’une importation massive de bombonnes de gaz hilarant. On va rire au Burundi. Je vous le promets. Même que les fonctionnaires de l’Etat seront payés cette année 2017 rien que pour rire.

Fou d’Amour Patriotique : Ah, les amis, ne rigolez pas avec cette prophétie. Vous vous souvenez de l’incendie du Marché Central de Bujumbura. Les braises des décombres fumaient encore. Qu’a dit l’actuel Homme Mbuzi Man ? Que Dieu en personne avait incendié le marché. Que Dieu voulait que ses adorateurs construisent un Centre Commercial Ultramoderne avec 20 étages de garages souterrains en plein centre-ville de Bujumbura.

Fou Rire : Et alors ? Quand sera inauguré ton Centre Commercial Ultramoderne de Bujumbura ?

Fou de Dieu : Prions mes frères. Fou Rire est un incroyant, un mécréant. Dieu le convertira au cours de notre Croisade de Fous à Arusha. Il apprendra à respecter les prophéties divines de Pierre Nkurunziza. Amen. Alléluia !

Fou Furieux : Mais qu’est-ce que j’apprends ? Les militaires burundais envoyés en mercenaires pour se battre en Somalie sont renvoyés au pays sans avoir perçu leurs soldes depuis un an ? Incroyable !

Fou de Rage : Quelqu’un pourrait-il me dire pour qui et pourquoi ces militaires burundais se battent en Somalie ?

Fou de Joie : Oh…Oh…Oh… Ne vous réjouissez pas trop vite. Ils ne vont pas rentrer. C’était une rumeur folle propagée par des réseaux sociaux mal informés et malveillants ! La post- vérité à la mode !

Fou de Dieu : Toujours ces réseaux sociaux idiots et hostiles au « troisième règne céleste » !

Foudre de Guerre : Les Amisom burundais ne pouvaient pas rentrer au pays car, mercenaires ou pas, ils protègent d’abord les intérêts des grandes puissances mondiales qui utilisent les routes du commerce le long de la côte africaine dans l’océan Indien. En outre, si les Amisom étaient rentrés précipitamment, ils auraient exposé et fragilisé les troupes de l’Ouganda et du Kenya qui se battent aussi en Somalie.

Fou d’Amour Patriotique : Et je ne vous fais pas un dessin. L’Ouganda et le Kenya sont des pays incontournables dans la Communauté de l’Afrique de l’Est. Etonnez-vous, dès lors, que les gouvernements de ces deux pays amis du Burundi n’aient jamais désavoué Pierre Nkurunziza et n’aient jamais contesté le « troisième règne céleste ». Les Amisom burundais constituent leurs boucliers et leur chair à canon en Somalie.

Fou Furieux : Dis donc…Fou d’Amour Patriotique, tu es un analyste politique avisé, ma parole. Chapeau bas vraiment ! Tu devrais te faire embaucher par l’Union Africaine comme Haut-Commissaire chargé de la géostratégie panafricaine !

Fou de Rage : Le Burundi devrait bréxiter la Communauté Est Africaine et adhérer à la CEDEAO. Notre région a été incapable de neutraliser le « troisième règne céleste » et d’envoyer Pierre Nkurunziza en vacances à Malabo dans le club des dictateurs africains déchus comme le Yahya Jammeh.

Fou d’Amour Patriotique : Foudre de Guerre, toi qui vient du pays des Blancs, pourrais-tu nous expliquer pourquoi la communauté internationale accepte d’être objectivement complice du « troisième règne céleste » et des crimes qu’il commet ?

Les militaires burundais engagés dans des opérations de guerre en Somalie et en Centrafrique permettent à Pierre Nkurunziza de rafler la mise. Avec des montants colossaux prélevés sur leurs soldes il entretient sa propre milice Imbonerakure et aurait même payé l’avion présidentiel qui ne vole pas. En outre, il injecte dans les troupes envoyées en intervention extérieure, pour les récompenser et les promouvoir, des militaires présumés coupables de graves crimes commis dans le cadre de la répression féroce des sectes de Fous hostiles au « troisième règne céleste. »

Fou de Ballon Rond : Ah…moi, j’aurais été ravi que nos Amisom rentrent au pays quand même. Ils n’auraient pas chômé chez nous. Ils ont appris à « ramener la paix » en Somalie, avec le succès que l’on connaît. Ils semblent d’ailleurs très appréciés par les organisations qui payent ces troupes de mercenaires d’élite. Donc, vue la situation « de sang et de larmes » dans notre pays, ils pourraient contribuer à ramener la paix au Burundi. Non ? Charité bien ordonnée commence par soi ! Non ?

Fou d’Amour Patriotique : Oui mais…qui aurait payé leur solde en dollars pour ramener la paix au Burundi ?

Fou de Politique : Il y a des dollars chez nous, mes amis. Il n’y en a pas pour tous, j’en conviens. Mais il y en a plein les caisses de Pierre Nkurunziza.

Fou de Rage : Comment le sais-tu ?

Fou de Politique :  Selon l’Olucome, des groupes miniers qui ont signé des contrats léonins et exclusifs d’exploitation des mines du Burundi, dont les fameuses terres rares de Gakara, les mines de nickel, de platine et de cobalt de Musongati, de nickel de Nyabikere, de phosphates de Matongo, d’or de Mabayi, le pétrole de la plaine de la Rusizi, etc, auraient rempli les caisses des « Bonnes Œuvres » de Pierre Nkurunziza.

Fou Furieux : Pour rafraîchir la mémoire de Fou de Dieu, fanatique inconditionnel du « troisième règne céleste », voici la liste de ces généreux versements en dollars révélés par l’Olucome et cités par David Gakunzi, un jeune analyste politique : « Rainbow : 400.000 USD, AMMG : 300.000 USD, Flemish : 1.200.000 USD, Minergy : 200.000 USD, Sure Stream : 200.000 USD. » Soit un total de 2.300.000 USD

Fou de Dieu : De… un… c’est l’argent de poche de Pierre Nkurunziza. Donc personne n’y touche. De… deux… si les Amisom étaient rentrés au pays, combien de jours de solde, pensez-vous, cette cagnotte présidentielle aurait-elle couvert ? C’est un montant dérisoire.

Fou de Joie : Environ quatre mois. Puisque l’Union Européenne transférait, jusqu’à présent, 5 millions de dollars par mois dans la caisse des Bonnes Œuvres de Pierre Nkurunziza.

Fou de Ballon Rond : Moi je m’en fous de tous ces calculs géostratégiques compliqués, façon Luc Michel, le conseiller belge en géostratégie panafricaine qui exerce son génie auprès de Pierre Nkurunziza. Pour moi, le retour des Amisom aurait constitué une chance formidable pour compléter mon équipe de foot. Les soldats éjectés de l’armée burundaise, comme cela arrive souvent à leur retour de Somalie, auraient été les bienvenus pour renforcer mon équipe nationale de fous de foot. Ils sont jeunes, ils sont forts, ils sont aguerris. Ils pourraient gagner, pour le Burundi, la coupe de la CAN en 2050 !

Foudre de Guerre :  Tu ferais mieux de les recruter pour constituer immédiatement une rébellion opérationnelle !

Fou Furieux : Mais, au fait, pourquoi les Amisom de la minorité acceptent-ils de rentrer au pays ? C’est du suicide non ? Pourtant, ils savent ce qui arrive à certains de leurs camarades Ex-FAB. Ces derniers, accusés de complicité avec des rébellions inexistantes ou évanescentes, sont humiliés, arrêtés, torturés, assassinés.

Pourquoi donc les Amisom de la minorité ne demandent-ils pas l’asile politique en Somalie ou dans d’autres pays ?  Au lieu de se livrer comme des chiens battus, la queue entre les pattes, ou comme du gibier vaincu dont le « troisième règne céleste » fait des brochettes à la manière des Nanga-Yivuza de Ngozi.

Fou de Dieu : Ton message n’est pas bienveillant, Fou Furieux ! Il faut laisser les enfants de Dieu, ces militaires de la minorité, rentrer tranquillement au bercail. Il ne faut pas les inquiéter ! Ils ne sont pas naïfs. Ils savent qu’ils peuvent compter sur l’aide de Dieu pour échapper aux persécutions que tu leur annonces. Amen. Alléluia !

Foudre de Guerre : Pas sûr que les soldats de la minorité des Amisom soient avertis de tous les dangers qui les guettent à leur retour au Burundi. Tenez, avant de quitter mon pays de résidence à l’étranger, j’ai revisité mes archives. Je préparais mon intervention au cours de cette ligala au sommet « Chez Mkapa ». Voulez-vous savoir ce que j’ai trouvé ?

Fou à Lier : Allez… vas-y, accouche !

Foudre de Guerre : Je suis tombé sur un document absolument authentique gardé dans les archives d’une ONG internationale de défense des droits humains.

Le Palipehutu, l’ancêtre des nombreuses branches et branchettes politiques qui ont mué, déclarent-elles la bouche en cœur, en organisations non-violentes, avait élaboré, pendant l’avant dernière guerre civile de 1993, un véritable plan de guerre qui, avec le recul, donne froid au dos. Il aurait fait trembler la terre effectivement comme l’a prédit Pierre Nkurunziza à Rutana.

Fou à Lier : Si ta révélation est véridique, l’Eternel lui aurait-il donc vraiment envoyé un WhatsApp pour le mettre dans la confidence ?

Foudre de Guerre : Très probablement ! Mais prenez la peine de découvrir, par vous-mêmes, ce document explosif ci-après. Il est reproduit in extenso, dans sa forme originale, avec ses fautes de grammaire et d’orthographe d’origine.

______________________________________________________________

PLAN DE GUERRE PAL1PEHUTU

1°. Travailler sur la conscience HUTU. Arriver à faire croire au HUTU que l’ennemi n°1 à abattre est le TUTSI.

2°. Diviser les TUTSIS : insister sur le Régionalisme. Il faut que les TUTSIS dits « Tiers Monde » soient inculqués d’une haine viscérale contre les TUTSIS de BURURI et de MURAMVYA.

3°. Diviser l’Armée : Il faut d’abord jouer sur la carte régionaliste. Après, il faut diaboliser ce corps et informer l’opinion nationale et Internationale, de toutes les exactions faites par ce corps. Corrompre les officiers non originaires de BURURI. De préférence arriver à créer une solidarité militaire contre le SUD.

4°. Enerver l’Armée. Par des actions de désobéissance civile, énerver l’armée pour l’amener à intervenir. C’est juste après l’intervention que le Plan Général sera mis en application.

– PLAN GENERAL D’EXTERMINATION DES TUTSIS

1°. S’assurer d’abord que toutes les conditions ci-haut sont réunies.

2°. Exécution du Plan

– 1ère phase

. Commencer d’abord par les Communes, les Provinces peuplés de TUTSIS. Abattre très vite tout ce qui s’appelle TUTSI et le Peu de ceux qui restent seront acculés dans des Camps de déplacés. Certainement que les militaires vont intervenir violement. Comme la Radio sera un monopole du FRODEBU, le politicien HUTU se chargera de condamner violement leurs actes et appellera les militaires acquis à la cause HUTU de désolidariser contre leurs collègues (insister encore une fois sur le l’Régionalisme.

. Tenter des actions de terrorisme dans la région « sud ».

– 2ème phase

Monopoliser tous les médias publics’ (R.T.-journaux publics etc…)

… / …

Diaboliser l’armée et insister surtout, sur la question de son démantèlement. Certainement qu’elle va s’énerver et tentera d’autres actions suicidaires. L’intention suicidaire de l’armée justifiera la 3ème phase qui consiste en une guérilla urbaine.

– 3ème phase : Guérilla urbaine

. S’assurer bien avant que tous nos militants « HUTU » sont bien armés : Armes à feu, grenades, lance-Grenades, armes blanches et eventuellement lance roquettes.

. S’attaquer à tous les « TUTSI » vivant dans les quartiers périphériques : Kamenge, Kinama, Kanyosha. Tuer systématiquement les TUTSIS et détruire leurs maisons. Certainement que les rescapés vont fuir vers les quartiers habités majoritairement par des TUTSI (Ngagara, Rohero et Musaga).

. Réserver un traitement particulier au quartier CIBITOKE qui héberge beaucoup de Rwandais. Ces derniers seront appelés des INKOTANYI ». Ceci va alerter l’opinion nationale et internationale. Faire attention pour ce quartier. Il faut y aller doucement en opérant sélectivement la nuit. Ceci fera peur à cette population et certainement que ces tutsi et rwandais vont regagner les « guettes » TUTSI » (NDRL : ghettos)

– 4ème phase •’ phase finale

Après s’être assuré de la purification de nos quartiers (c.-à-d. qu’il n’y’a plus de TUTSI dans les quartiers périphériques) et que tous les TUTSIS sont bien dans leurs Camps de réfugiés, alors la 4ème phase pourra commencer.

C’est une phase délicate qu’il faudra exécuter sans faille.

1°. S’infiltrer par toutes les frontières. Spécialement le SUD et le Nord du pays. s’installer dans toutes les provinces, de préférence tout prés de Camps de déplacés..

2°. Opération : « Ville morte » dans tous les chef lieu de Province, spécialement à Bujumbura. Cette opération consistera à ne plus approvisionner les TUTSIS en produits de 1ère nécessité (denrées, alimentaires etc… )

… /…

Après 2 jours do villes mortes, ce sera la dernière attaque. Nos militants de l’Intérieur du pays attaqueront les centres de déplacés, ceux de la Mairie de BUJUMBURA (Beaucoup), vont attaquer simultanément Ngagara, Musaga, Rohero I et II, Kinindo, Mutanga Sud et Kanyosha Kigwati. Veuillez S.V.P. à ce qu’il n’y’ait aucun tutsi qui fuie.

Dans tous les cas ce sera facile parce qu’ils n’ont pas de Zones de retrait. »

______________________________________________________________

Fou à Lier : Mais dis donc… ! C’est glaçant ! On l’a échappé belle ! C’est complètement dément ! Heureusement que les organisations héritières du Palipehutu se sont converties en forces politiques pacifiques, en agneaux inoffensifs.

Fou Rire : Et tu le crois toi ? Pauvre d’esprit ! J’ai plutôt le sentiment que « le troisième règne céleste » a récupéré ce plan, l’a actualisé, l’a affiné et en a confié la mise en œuvre aux fameux Imbonerakure sa milice féroce. Je me trompe ou non Fou de Dieu ?

Fou de Dieu : Dormez tranquilles, mes frères, la bonté divine de l’Eternel veille sur vous et vous protège. Amen. Alléluia !

Fou de Rage :  Funga kinwa… ! Imbécile !

A ce moment précis, le flot continu des discussions à la ligala « Chez Mkapa » se fige. L’air manque dans la salle. La foudre venait de tomber sur la ligala « Chez Mkapa ». Fracassant l’ambiance bon enfant entre les chefs de sectes burundaises de Fous dont les esprits atteignent vite le degré d’incandescence.

Le document ramené par Foudre de Guerre du pays des Blancs avait mis le feu aux méninges des participants ! Les chefs des sectes burundaises de Fous opposés au « troisième règne céleste » fulminent, écument de rage, hurlent. Les chefs des sectes burundaises de Fous favorables au « troisième règne céleste » crient au scandale, à la manipulation. Ils vilipendent et rejettent le document qu’ils considèrent comme un faux grossier.

Les démons burundais sont déchaînés. Ils sont sortis de leurs boîtes de Pandore. Les regards que se jettent les chefs des sectes burundaises de Fous, avec leurs yeux injectés de sang, sont des missiles nucléaires à tête multiples. Au secours… ! Un Médiateur… Vite un Médiateur… !

La suite au prochain numéro !

Athanase Karayenga, le 25.01.2017

Publicités

8 commentaires sur “Ligala de Fous «Chez Mkapa» à Arusha, «Le plan de guerre du Palipehutu» révélé !

  1. Merci beaucoup cher Fou KARAYENGA pour la révélation de ce plan de génocide que vous avez élaboré. Tu renvoies ce plan dans le passé et tu fais intervenir le PALIPEHUTU et le FRODEBU pour dissimiler le vrai message que tu transmets à tes frères et sœurs d’ethnie.

    Pour les gens d’esprit éveillé, l’interprétation de ton message ne demande pas l’intervention des experts en philosophie du langage ou des analystes des discours. Nous venons de comprendre que vous avez un plan de génocide des Hutu et vous venez même de préciser les quartiers pilotes dans votre mauvais projet. Finalement, nous comprenons pourquoi vous chantez toujours le génocide des Tutsi, en préparation. C’est une manière de distraire les Hutu comme en 1972 et même avant. D’ailleurs à Karusi, un Tutsi n’a-t-il pas été pris en fragrant délit entrain de distribuer des tracts appelant les Hutu à massacrer les Tutsi? Quel cynisme Monsieur le Fou KARAYENGA? Merci pour ces précisions que tu nous donnes quant aux stratégies de mis en œuvre de votre plan. C’est ce genre de stratégies que vous avez utilisez avant et pendant le génocide fait aux HUTU en 1972. L’adage rundi nous dit « IBUYE RISERUTSE NTIRYICA ISUKA »

    Pour cela, j’interpelle les autorités burundaises, les forces de sécurités et la population à rester vigilants et prendre au sérieux ton message. Nos autorités et les forces de l’ordre nous ont prouvé en suffisance leur bravoure. Je ne doute pas que les mesures adéquates seront prises pour neutraliser votre plan et sauvegarder l’unité des Burundais. De plus j’interpelle les chargés de la protection des archives à bien garder tous tes écrits et ceux des journalistes des radios milles collines des burundais. En tout cas tôt ou tard, si votre folie ne vous emporte pas, vous aurez à répondre de vos actes devant la justice burundaise ou internationale. Bientôt, vos soi-disant protecteurs ne tarderont pas à vous vomir. Vous allez errer dans la nature comme des chacals. Vous êtes la honte de ce monde et de notre pays en particulier.

    Cependant, ton article et d’autres que tu produis précédemment prouvent en suffisance le degré élevé de ta folie. Même les médicaments qu’on te prescrirait seraient inutiles.

    J'aime

    • @Freddy.
      Tu ne pourras faire taire des gens par tes menaces. Entre un président qui dirige un pays où se produise l’horreur comme au Burundi et un citoyen comme Karayenga qui écrit ce qu’il pense, qui des deux devrait répondre à la justice?
      Le reste n’est que chantage. Quelles forces Karayenga commande pour être accusé de tout ce que tu racontes?
      Que penses-tu des chefs du snr et de la police dont leurs sevices torturent, castrent,violent et tuent?

      J'aime

  2. Toute personne qui dit la verite au pays de Samandari est immediatement accusee d' »extremiste! » Cela s’appelle terrorisme intellectual et intorelance envers tout individu qu ne pense ou ne parle comme vous.La verite blesse et ce qu’Athanase Karayenga a ecrit ne pouvait que deplaire les amis et les agents du pouvoir en palce a Bujumbura.Bravo cher Athanase d’avoir mis a nu les tractations et les plans diaboliques en cours a Arusha.A bon entendeur salut!

    J'aime

  3. Je pensais que KARAYENGA était un intellectuelle surtout assagi par le poids de l’age, mais je suis désolé par sa réflexion insensée qui trahi son niveau d’extrémisme qui dilue progressivement sa pensée, ubwenge buvubitse en kirundi.

    J'aime

  4. Merci à notre Jean de la Fontaine national Athanase Karayenga. La vérité passe mieux par les paraboles et l’humour. La minorité tutsie est victime de trois facteurs. 1. L’irresponsabilité des Nations-Unies sensées être garantes des accords d’Arusha. Son intervention s’est limitée à la formule incantatoire « Nous sommes profondément préoccupés » laquelle formule n’a jamais sauvé une seule vie humaine pendant que le régime massacrait la jeunesse tutsie. 2. La lâcheté de l’EAC (contrairement à la CEDEAO qui vient de sauver la Gambie) , toute aussi garante des Accords d’Arusha mais qui se fiche éperdument de la vie des innocents. 3. La trahison de l’UPRONA qui a oublié que son rôle au gouvernement était la protection de la minorité tutsie et a fini par livrer les jeunes tutsis au régime génocidaire poings et mains liés. Les ors et honneurs du pouvoir sont plus importants.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s