« Nkumbuye Uburundi », le dernier single de Lion Story est dédié à tous les réfugiés Burundais

affichLe groupe reggae Lion story a sorti une nouvelle chanson relatant les souffrances de l’exil et la nostalgie du Burundi, pays natal des chanteurs. Le titre de cette chanson est « Nkumbuye Uburundi » ou ‘’le Burundi me manque’’. Les paroles de cette chanson éveillent les burundais en exil dans différents pays. Le représentant du groupe Lion story exhorte la jeunesse à aimer leur patrie et la culture burundaise.

Près de deux ans depuis leur exil, le groupe Lion story a sorti une nouvelle chanson conçue comme une prière pour les réfugiés et exilés burundais nostalgiques de leur pays natal. Selon le leader du groupe reggae, le message est aussi lancé aux dictateurs.

« Cette chanson a été composée pour les réfugiés burundais, pour les gens qui ont dû quitter leur pays en cherchant la paix, l’amour, la liberté et la justice pour tous. C’est aussi un message pour les dictateurs qui se prennent pour Dieu. La chanson est aussi adressée à la jeunesse burundaise pour qu’elle aime et apprécie leur culture. On peut chasser les burundais de leur pays, mais on ne peut pas chasser le Burundi de leurs cœurs. Comme l’a dit Thomas Sankara : La patrie ou la mort, nous vaincrons », explique le représentant du groupe Lion story.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter le single:
« Kumbuye Uburundi » by Lion Story

Dans cette chanson, le groupe Lion story fait la narration du calvaire vécu lors de la persécution avant de prendre le chemin de l’exil.

La chanson a comme titre « Nkumbuye Uburundi », à traduire par ‘’le Burundi me manque’’. Le groupe Lion story donne des conseils et contribue à l’éducation et l’éveil à travers leurs chansons. C’est aussi à cause de cette audace de parole que les membres du groupe ont été la cible de persécution du pouvoir de Bujumbura et contraint à l’exil.

Dans leur milieu de refuge, ils affirment qu’ils restent les partisans de la paix à travers leurs mélodies.

mercredi, 11 janvier 2017 07:30, http://www.rpa.bi

Publicités

4 commentaires sur “« Nkumbuye Uburundi », le dernier single de Lion Story est dédié à tous les réfugiés Burundais

  1. Le titre du chanson a été bien choisi,le Burundi leur manque!c’est une voix des chanteurs mais bcp de réfugiés ont la même sensation,les politiciens fuient pour rentrer tapis rouge à l’aéroport,quand ce tapis traine à venir,ils négocient leur retour sans problème!vous les verrez bientôt rentrer comme la guerre lancée croyant durer un mois traine à être gagné!mais ces pauvres gens,banciyaha comme on le dit dans notre langue,à part laisser leur propriété à la merci du hasard,qu’est ce qu’ils gagneront dans cette guerre dont ils n’ont pas belligérants?ces pauvres lion story qui chantent la nostalgie de leur mère patrie,qui attendent impatiemment un miracle comme les israélites,…qu’est ce qu’ils gagneront dans cette bataille?rentez chers compatriotes,le Burundi vous attend et votre contribution est énorme!alors,cessez de rêver et rentrer c’est tout,ce n’est pas votre guerre!

    J'aime

    • En lisant la réflexion de ce MIBURO, on comprend qu’il n’a pas l’idée de ce qu’on appelle la menace de mort et la vie en exil. Et puis, ce qui a fait que ces jeunes se retrouvent en exil n’existe plus au point où ce MIBURO leur conseille de rentrer? Quel con!

      J'aime

      • Ce fameux Burundi qui appelle les autres de con est vraiment au 21eme siècle?La chanson est la,le message est clair,notre mèrere patrie leur manque ! Ils ont besoin d’une solution!propose la au lieu d’injurier les autres de cons!Ce n’est pas parce que tu veux ceci que ça se produise,que faire ? Le Burundi leur manque ! Et alors?

        J'aime

  2. Quel conseil à donner à ces jeunes en exil depuis 2 ans:
    Le pays natal est comme ton père et ta mère qu’on ne peut pas remplacer.
    Voici mon expérience :
    1)J’ai fui le Burundi en 1972 mais comme le Burundi me manquait je suis revenu au Burundi en 1978
    2) J’ai fui de nouveau le Burundi en 1979 et comme le Burundi me manquait je suis revenu au Burundi en 1993
    Depuis 1993, j’ai décidé de ne plus fuir mon pays et j’ai renoncé au statut de réfugié.
    C’est bien de vivre à l’étranger quand on sait qu on a son propre pays.
    La vie de réfugié n’est bonne pour personne.
    :

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s