Quatrième journée de la croisade organisée par la famille présidentielle

« Le peuple Burundais est le plus heureux du monde car Dieu est avec lui malgré les sanctions imposées par certains pays. C’est dans ce cadre que le Burundi a inauguré cette année plus d’œuvres que d’autres années. C’est grâce à Dieu le tout puissant que les fonctionnaires burundais trouvent leurs salaires tous les 25 du mois. Gloire à Dieu. »

2 réflexions sur “Quatrième journée de la croisade organisée par la famille présidentielle

  1. Je pense qu’il y a une confusion totale entre la personne du président, sa famille et ses amis codirigeants, qui sont, à vrai dire, « les plus heureux du monde », matériellement et le peuple burundais. Mais, je doute que ce « bonheur purement matériel», illusoire par ailleurs, ne cache une souffrance, un éperdument intérieur d’une âme dans le labyrinthe des considérations matérielles et politiques sans lendemain.
    Le Burundi est franchement, un des pays les plus pauvres du monde. Pauvreté matérielle : une population dense essaimée sur un sol devenu stérile, pas d’agriculture compétitive, vraiment. Pas de mines, pas d’industries. Pas de commerce, avec une monnaie dit de « singe » par les congolais de la RDC qui en savent plus. Une monnaie qui perd sa valeur à une vitesse vertigineuse. Le salaire dérisoire, 50 usd (dollar américain) soit 125 000 BIF, pour un fonctionnaire moyen ne peut pas lui procurer du bonheur, lui et sa famille. Un peuple rural qui vit à la primitive : des enfants nus, sous un vent froid et sec, des hommes et femmes habillés en lambeaux, etc. Quel bonheur… !
    Le Burundi souffre de la misère politique (la haine, la jalousie, la violence, l’intolérance, le mensonge, la corruption, l’hypocrisie, … des politiciens).
    Le Burundi est le pays les moins heureux à cause de sa pauvreté intellectuelle et culturelle. Comme vous le voyez, le bon sens fait défaut même chez l’élite intellectuel. Le sens de la vraie culture est de vivifier, régénérer, élever la connaissance, la conscience et la sagesse de la population, sans cesse. Le seul tambour ne peut pas atteindre ce noble but.
    Le Burundi souffre de la misère spirituelle, la politique y concoure dans sa démagogie qu’il distribue à sa masse. La spiritualité qui relève de l’éveil de facultés du cœur et de l’âme est au plus bas niveau. La religiosité facile prisée par les gouvernants, les politiciens et autres « pasteurs » sans formation, ne peut pas relever le grand défi d’inanité spirituelle de l’âme collective des burundais.
    Vous l’aurez compris ! Les Anciens l’avaient dit : « Ushaka gukira indwara arayirata » (celui qui veut guérir de sa maladie en fait cas). L’hypocrisie ne peut pas rendre riche le Burundi, ni élevée sa conscience collective vers l’universel.
    Lorsque le haut dirigeant dit que ce peuple « est le plus heureux du monde », c’est franchement très grave, très regrettable. En effet, il n’y a plus de place pour plus de progrès, plus de développement, plus d’élévation de conscience, plus de bonheur pour son peuple « plein », qui a déjà atteint le sommet de la gloire et de la prospérité.
    Il y a un manque de compassion pour un peuple en prise d’une misère qui déchire la chère et le cœur.
    Je pense qu’il s’agit « d’une erreur qui est humaine » par ailleurs.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s