Le nouveau secrétaire général de l’ONU s’engage dans la résolution de la crise

GENEVALe nouveau secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui doit entrer en fonction officiellement à partir du 1er janvier 2017, s’est adressé au président burundais Pierre Nkurunziza, pour lui réitérer l’engagement de l’ONU dans la résolution de la crise burundaise.

« Je voudrais réitérer le ferme engagement de notre organisation en faveur de la paix, la stabilité et le développement au Burundi, ainsi que dans la région des Grands Lacs. Je reste persuadé que le Burundi relèvera les défis multiformes auxquels il est confronté à condition que les Nations Unies et le Burundi renforcent leur partenariat », a écrit au chef de l’Etat burundais le nouveau secrétaire général de l’ONU.

Dans une correspondance en réponse à celle du président Pierre Nkurunziza pour lui adresser ses félicitations après son élection au poste de secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a demandé au président burundais son « engagement personnel » et sa « coopération », « afin de trouver une solution inclusive et durable à l’impasse politique » au Burundi.

L’impasse politique dont il est question a débuté avec la fin du mois d’avril 2015 quand le parti au pouvoir, CNDD FDD, (Conseil National pour la Défense de la Démocratie, Force de Défense de la Démocratie), a investi le président Pierre Nkurunziza au poste de nouveau président du Burundi pour la troisième fois consécutive.

L’opposition, des frondeurs du CNDD FDD et une partie des organisations de la société civile burundaise se sont alors levés pour s’opposer à ce qu’ils ont appelé « violation » de la Constitution et de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi de 2000 qui limitent à deux le nombre de mandats successifs d’un président de la République.

La Communauté des Etats d’Afrique de l’Est, la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs, l’Union Africaine, les Nations Unies et les pays amis du Burundi se sont impliqués pour résoudre cette impasse politique qui n’a fait que trop durer avec toutes les conséquences négatives qui freinent le développement du pays (gel de la coopération avec les principaux bailleurs, flux de réfugiés vers les pays voisins…).

French.china.org.cn | le 28-12-2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s