Clôture de la semaine dédiée à la théiculture

dsc_0053Tout le personnel de l’OTB invité à la production maximale du thé

L’idée de privatisation de l’Office du Thé du Burundi (OTB) est loin de retenir l’attention du décideur de par sa production qui augmente et de par le prix du thé burundais qui s’élève à quatre dollars le kilo sur le marché mondial. Mais pour préserver ces acquis, il faudra que l’OTB lutte contre la fraude, la corruption en son sein. Il est question d’éviter la surfacturation au niveau des pièces de rechange par des commandes fantaisistes et la complicité dans l’attribution des marchés. Tout le personnel est invité à être assidu au travail pour maximiser la production et le cas échéant, dénoncer tout ce qui pourrait nuire à la société.

Le ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema, a procédé, le vendredi 16 décembre 2016, à la clôture de la semaine dédiée à la théiculture, édition 2016. Il a profité de cette occasion pour féliciter le personnel de l’OTB étant donné que la production a augmenté cette année.

Il a demandé à tous les travailleurs de cette institution de s’atteler davantage au travail pour une meilleure production du thé qui constitue une des sources de devises pour l’Etat. Ce qui permet à celui-ci de s’occuper des projets de grande envergure dans l’objectif du développement durable.

A cet effet, il faudra que le personnel de l’OTB redouble d’effort pour la capitalistion et la production maximale du thé. Et de préciser que les autres services de l’Etat devraient tirer la leçon de l’expérience de l’OTB qui ne pense qu’à la bonne production. Il a encouragé l’OTB à aller toujours de l’avant pour le développement durable du Burundi. Il n’a pas manqué de féliciter le directeur général de cet office, Jacques Bigirimana, pour sa gestion saine dans la construction du nouveau bâtiment sur fonds propres de l’institution à hauteur de sept cent cinquante millions de nos francs, alors que les prévisions s’élevaient à un milliard sept cent cinquante millions.

Il a fait remarquer que son ministère ne ménagera aucun effort pour promouvoir l’agriculture et l’élevage en encourageant de bonnes initiatives. Aussi, son ministère fournira le meilleur de lui-même pour soutenir les agriculteurs et les éleveurs dans la mesure du possible.

Le directeur général, Jacques Bigirimana, quant à lui, a laissé entendre que son personnel s’acquitte bien de ses tâches. Il a plaidé en sa faveur pour une prime de motivation, d’autant plus que la production a été bonne cette année.

Au cours d’une réception organisée à cet effet, Jacques Bigirimana n’a pas mâché des mots : «Ce qui nuira à l’OTB, c’est la surfacturation observée au niveau des pièces de rechange, la complicité entre certains agents et les fournisseurs à travers des commandes fantaisistes». Ainsi, les chefs d’usine doivent passer des commandes qui tiennent compte des besoins de l’entreprise. Les chefs de plantations doivent contrôler leurs périmètres en se rendant sur terrain au lieu d’attendre les rapports des vulgarisateurs. De cette façon, ils pourront recueillir les lamentations des cultivateurs. Et si l’OTB lutte contre la fraude, la corruption, l’idée de sa privatisation ne pourrait plus retenir l’attention des décideurs.

Bien avant cette clôture, le ministre Déo Guide Rurema a visité les différents stands où étaient exposés le thé, le café, la farine de manioc, le sucre… Il a aussi eu l’occasion de visiter le nouveau bâtiment qui servira de bureau au personnel de l’OTB. Un bâtiment agréable à l’œil !

MASTA SHABANI, http://www.ppbdi.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s