« Coup d’éclat » au Burundi ! Constitution d’une Commission Exécutive Nationale

karayenga1« Coup d’éclat » au Burundi !
Constitution d’une Commission Exécutive Nationale

Un diplomate africain connaissant parfaitement le Burundi affirme détenir, de source absolument sûre, une information capitale qui pourrait bouleverser le jeu politique au Burundi.

Après plusieurs vérifications pour authentifier la crédibilité de cette information, le diplomate affirme « qu’une Commission Exécutive Nationale a été constituée au cours de ce mois de novembre 2016. » Celle-ci se présente comme un gouvernement alternatif, une sorte de « shadow cabinet » à l’anglaise qui se prépare activement pour prendre le relai après la destitution du régime de Pierre Nkurunziza.

« Car, précise le diplomate, Pierre Nkurunziza sera poursuivi, tôt ou tard, par la justice nationale ou internationale pour les innombrables crimes qui lui sont imputables et jamais l’impunité ne sera plus tolérée au Burundi. »

Toujours selon les confidences du diplomate, la Commission Exécutive Nationale comprend une vingtaine de Commissaires en charge chacun d’un domaine ministériel précis afin de privilégier l’efficacité de l’action. Ultérieurement, la Commission désignera des gouverneurs de province et des ambassadeurs accrédités auprès de plusieurs pays étrangers.

« Il ne s’agit pas d’un gouvernement en exil, observe le diplomate, car plusieurs Commissaires vivent et travaillent au Burundi. En effet, cette Commission Exécutive Nationale regroupe des Burundais représentatifs de la diversité des opinions politiques et des communautés composant le peuple burundais. Par conséquent, elle comprend des femmes et des hommes vivant au Burundi et dans les diverses diasporas à travers le monde. »

« Les initiateurs de cette Commission Nationale Exécutive, ajoute le diplomate, ont convaincu une éminente personnalité burundaise, respectée et reconnue pour son intégrité morale et politique ainsi que pour son engagement dans la lutte pour la restauration d’un Etat de droit au Burundi, d’accepter la responsabilité de coordonner son action en tant que Président de la Commission Exécutive Nationale. »

L’initiative de la Commission Exécutive Nationale a été lancée pour « donner un nouvel élan à la lutte pour le respect de l’Accord d’Arusha et de la constitution qui en est inspirée.  Les membres de la Commission Exécutive Nationale, affirme le diplomate, estiment que le processus des négociations confié au président Yoweri K. Museveni, appuyé par le président Benjamin W. Mkapa, est désormais caduque à cause du sabotage de Pierre Nkurunziza. Par conséquent, il est temps que l’opposition démocratique prenne directement en mains le processus de recherche d’une solution à la grave crise que traverse le Burundi. »

En outre, ajoute le diplomate, « les membres de la Commission Exécutive Nationale ont constaté, avec regret, qu’il est impossible pour les partis politiques qui composent l’opposition démocratique burundaise de s’entendre sur un programme de gouvernement et sur un leadership unique capable d’incarner et de porter ce programme devant l’opinion publique nationale et internationale. » 

« Du reste, indique le diplomate, beaucoup de partenaires internationaux du Burundi ont exprimé, à plusieurs reprises, leur déception à l’égard de l’opposition démocratique civile burundaise car, dispersée et morcelée, elle ne leur permet pas de soutenir efficacement la lutte pour la restauration de la paix et de la démocratie au Burundi. En effet, cette opposition démocratique, souligne le diplomate africain, n’a, selon, le mot ironique de Henry Kissinger, « ni visage, ni numéro de téléphone. »

« Les membres de la Commission Exécutive Nationale, souligne le diplomate, estiment que l’Union Africaine, l’Union Européenne et les Nations Unies ont fait de leur mieux pour trouver une solution pacifique au conflit burundais. Cependant, leurs efforts sont restés vains car ils ont été neutralisés par l’obstination de Pierre Nkurunziza à imposer son troisième mandat au pays et à exercer une répression féroce contre les opposants. »

« Enfin, la Commission Nationale Exécutive, ajoute le diplomate, estime qu’une solution pacifique et démocratique de la crise burundaise demeure incontournable et doit être privilégiée parce que la solution de la guerre, de la rébellion et de la violence constitue une impasse dramatique. Celle-ci accroitrait le traumatisme terrible subi par la population burundaise depuis des décennies. »

Propos recueillis par Athanase Karayenga

Le 24 novembre 2016

2 réflexions sur “« Coup d’éclat » au Burundi ! Constitution d’une Commission Exécutive Nationale

  1. Une commission qui par miracle pense pouvoir exercer l’autorité de l’état aussi facilement comme si Nkurunziza allait céder le pouvoir sans résistance.
    Je ne le crois pas, comme je ne crois pas non plus que ces propos soient recueillis par Karayenga.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s