Un CNARED étouffant et sans issue (analyse de la rédaction)

euros-2band-2bdollarsUN CNARED ÉTOUFFANT ET SANS ISSUE

Selon un communiqué publié en date du 16 novembre 2016 par le Secrétaire Exécutif du CNARED M. Anicet NIYONKURU, le CNARED se propose d’organiser une rencontre entre ses représentants, la Société Civile et la Diaspora. À l’évidence, les dirigeants du CNARED semblent en déphasage par rapport à l’évolution de la situation qui prévaut actuellement au Burundi.

Après avoir exposé les jeunes ainsi que les femmes sans protection devant la machine à tuer et les escadrons de la mort de NKURUNZIZA (les IMBONERAKURE et les INTERAHAMWE), le CNARED a tenté d’endormir le peuple en détresse à la suite de son impréparation, son incompétence et son incapacité notoire à le libérer du joug dictatorial du Pouvoir de facto de Bujumbura. Justement, l’incurie politique d’éléments déstabilisateurs au sein du CNARED, son incapacité à peser sur les évènements politico-diplomatiques illustrés par la légèreté et le manque d’attention et de sérieux des acteurs politiques affiliés au CNARED, d’une part, et par cette volonté manifeste de diviser la classe politique, d’autre part, ont largement contribué au désenchantement des burundais.

Il apparait clairement que le CNARED n’est en réalité qu’un rassemblement de vieux dinosaures qui se sont détachés de Pierre NKURUNZIZA à la veille de la fin de son deuxième mandat ! Pour éviter de prêcher dans le vide, le CNARED voudrait solliciter la collaboration d’autres forces vives de la nation pour le soutenir dans ses machinations de subtiliser l’argent des burundais résidant à l’étranger. En effet, le CNARED n’hésite pas à utiliser malicieusement toutes sortes de subterfuges politiciens pour détourner la vigilance du peuple burundais et s’infiltrer ainsi dans les rangs de la diaspora pour la miner doucement mais sûrement au profit de son maître, le révérend pasteur-imposteur Pierre NKURUNZIZA.

À priori, se rencontrer pour échanger sur diverses questions notamment celles en rapport avec la paix et la sécurité ainsi que le retour au pays natal est primordial mais sans épanchement émotionnel, avec qui et pourquoi, faut-il préciser !  Aujourd’hui, le CNARED qui prétend représenter l’Opposition burundaise se distingue dans nos esprits par  sa cacophonie médiatique et ses incohérences qui conduisent toujours dans des luttes byzantines effrénées savamment concoctées pour le partage illusoire des postes.

Il est vrai que la société burundaise est ouverte au dialogue mais pas à n’importe quel prix, pas avec n’importe quel interlocuteur et surtout pas sur n’importe quel sujet. Actuellement, le CNARED a malheureusement prouvé qu’il n’a aucune représentativité, aucune crédibilité et surtout aucune capacité à faire face aux tueries et assassinats perpétrés depuis Avril 2015 par le dictateur-sanguinaire NKURUNZIZA. En dépit des insuffisances et défaillances avérées, la soi-disante plateforme CNARED tente hélas de se travestir en un cadre rassembleur pour remorquer les acteurs politiques et de la Société Civile véreux dans sa sale besogne de subtiliser et de partager les  fonds qu’il aura collectés  auprès de la Diaspora sous couvert de la Société Civile.

Après un an et demi, les errements du CNARED ont des conséquences qui s’avèrent dramatiques pour toute la nation burundaise. Plutôt que de continuer à nous enfoncer dans une voie sans issue, il est temps de repenser de fond en comble nos stratégies et réajuster nos actions politico-militaires afin de  déboulonner rapidement le système dictatorial de NKURUNZIZA pour le remplacer par un véritable Etat de droit auquel aspire légitimement le peuple burundais.

A bon entendeur, salut.

18 novembre 2016, SHAKISHA Théopiste pour la Rédaction

Une réflexion sur “Un CNARED étouffant et sans issue (analyse de la rédaction)

  1. Ah bon cette histoire du CNARED existe toujours ? Personnellement je pensais que , compte tenu des echecs cuisant consecutifs a l’erreur commise par ses membres lorsqu’ils ont porte leurs choix suicidaires sur deux larrons cupids a savoir le charlatan docteur Jean MINANI et le voyou de Bernard BUSOKOZA , le CNARED n’appartenait plus qu’a l’histoire et de triste memoire ,
    Finalement ca serait un autre miracle de resurrection et je n’ai rien contre !
    Seulement je voudrais rafraichir la memoire de ces epaves politiques du CNARED que le rendez-vous d’Helsinki les a fatalement compromis et que ca leur coutera tres cher pour encore une fois inspirer confiance au peuple burundais .
    Tout simplement je leur rappellerais qu’ils n’ont aucun droit de continuer a prendre les burundais en grippe et je peux affirmer sans risqué de me tromper que nous avons reellement vu le veritable visage de notre probleme ,
    Ce n’est ni les partis politiques ni les ethnies ni les regions d’origine ou les croyances religieuses , notre probleme est un systeme politique qui ne vise pas l’interet superieur du people burundais mais celui de quelques bandits criminels qui parviennent a se hisser a la magistrature supreme toujours sous le pretexte fallacieux de la democratie ou de l’unite nationale comme si elle-ci etait confondu a un programme politique . Le major putschiste multirecidiviste et genocidaire Pierre BUYOYA alias Gustave le croco a fait 13 ans au pouvoir en hypnotisant tout un people et des discours rocambolesques et tonitruants de reconcilier un peuple que lui meme venait de diviser pour mieux les croquer comme ses maitres a penser les imperialists occidentaux .

    TWARABAHINYUYE NIBATWARE BATAMENA !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s