Commissaire Désiré Uwamahoro: Un long CV d’exactions et violations graves des droits de l’homme impunies

commissaire-desire-uwamahoroLe Commissaire Désiré Uwamahoro incarcéré au service national des renseignements a été remplacé à son poste de Commandant de la Brigade anti émeute ce vendredi 4 novembre 2016, moins d’une semaine après son arrestation. Uwamahoro a été arrêté samedi dernier à l’aéroport de Bujumbura alors qu’il tentait d’escroquer plusieurs millions de dollars à des magnats Jordaniens, leur promettant de l’or qu’il ne possédait pas. L’ancien Commandant de la BAE a toujours bénéficié de l’impunité dans plusieurs affaires de violations graves des droits de l’homme au cours de sa carrière.

Le commissaire de police Désiré Uwamahoro serait né tout près de la rivière Ninga du village 4 de la commune Gihanga en Province Bubanza. Des sources concordantes disent qu’il n’aurait pas dépassé l’école primaire comme niveau d’étude. Désiré Uwamahoro est entré dans la police burundaise comme officier subalterne après les accords de cessez-le- feu entre les mouvements politico-militaires armés et le gouvernement de transition du Burundi pré-électorale de 2005.

Dans le chapitre des abus commis par Désiré Uwamahoro, il y a son passage dans la Province Muramvya. Entre 2006 et 2007, Uwamahoro est accusé de violations graves des Droits de l’Homme à l’endroit des citoyens de Rutegama et de Mushikamo de la commune Kiganda. Ceux-ci  étaient accusés d’être de mèche avec le mouvement palipehutu-Fnl alors encore au maquis.

Désiré Uwamahoro a été condamné par le Tribunal de Grande Instance de Muramvya à une peine de servitude pénale de 5 ans et d’une amande. Cette peine ne sera pourtant pas purgée. En 2008, Désiré Uwamahoro monte de grade et devient Officier supérieur et par conséquent, le Tribunal de Grande Instance perd la compétence de pouvoir le poursuivre.

Cet officier est également cité dans l’assassinat d’Ernest Manirumva, ex vice-Président de l’OLUCOME en Avril 2009.

Commandant du Groupement Mobile d’Intervention Rapide (GMIR) de la zone sud de la capitale burundaise à Kanyosha, Désiré Uwamahoro est cité dans les violations des droits de l’homme et asssassinats des opposants du CNDD-FDD, principalement les membres du FNL pro-Rwasa Agathon, dans l’opération dénomé safisha.

Cet officier a également été cité dans la préparation et la mise en exécution des massacres de Gatumba qui ont couté la vie à 39 personnes dans un Bar connu sous le nom de « Les Amis »,  c’était le soir du 18 Septembre 2011.

En 2013, Désiré Uwamahoro a été incarcéré pendant 2 Semaines au Service National des Renseignements Burundais, pour avoir détourné l’argent de l’or de Butihinda, argent destiné à une personne dénommée « MUTAMA ». Après de longs bras de fer sur ce dossier, il a été relâché et muté à la Direction Générale de la Police. Pendant cette période, il s’affiche régulièrement aux rallyes sportifs car il est amateur de courses automobiles.

Il ne reviendra sur  le devant de la scène qu’en avril 2015, avec une nouvelle casquette. Désiré Uwamahoro est cité parmi les policiers les plus durs du système qui ont tiré à balles réelles sur la foule qui manifestait contre le 3ème mandat du Président Pierre Nkurunziza.

Après l’assassinat du redoutable Lieutenant-Général Adolphe Nshimirimana, chef des services de sécurité et orchestre de la répression sanglante des manifestations, le Commissaire de Police Alain Guillaume Bunyoni, Ministre de la Sécurité Publique, crée une unité de Police dénommée Brigade Anti-Emeute (BAE) sous le commandement de Désiré wamahoro.

Le 31 octobre 2015, ce commandant a conduit une attaque contre un convoi funéraire a balles réelles et en usant de roquette RPG7. Plusieurs personnes ont été tuées sur place, et les rescapés ont été achevés par les imbonerakure de Buringa à Gihanga et ceux de Maramvya à Mutimbuzi.

Après les attaques sur les camps militaires le 11 Décembre 2015, Désiré Uwamahoro est cité dans les massacres perpétrés sur des civils dans les quartiers de Jabe et Nyakabiga.

Curieusement, cet officier n’a jamais été inquiété pour les abus et les violations dans lesquelles il a été cité. Des sources crédibles disent qu’il exécuterait des ordres du sommet de la République.

Désiré Uwamahoro sera arrêté le 29 Octobre 2016 par la police présidentielle à l’Aéroport de Bujumbura en fragrant délit de cambriolage de magnats jordaniens dans l’espace international de l’Aéroport en violation de la convention de Yamoussoukro.

samedi, 05 novembre 2016 13:15, http://www.rpa.bi

3 réflexions sur “Commissaire Désiré Uwamahoro: Un long CV d’exactions et violations graves des droits de l’homme impunies

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s