Taire les armes sans pouvoir taire des revendications populaire (Analyse de Ndimurwanko I.)

permanance-nationale-du-cndd-fddTAIRE LES ARMES SANS POUVOIR TAIRE DES REVENDICATIONS POPULAIRES

Le CNDD-FDD navigue à contre-courant ces derniers temps, d’abord, il y a une menace contre la paix et la sécurité du pays. Ensuite, il y a une menace économique et l’isolement sur la scène internationale. Absence totale du président dans les réunions, conférences et colloques avec des chefs d’État. Depuis que le Burundi est devenu un pays indépendant, c’est la première fois de son histoire que le chef d’État s’isole au point où aucune sortie diplomatique, de celui-ci, soit enregistrée depuis près deux ans.

Qu’est ce qui se passe à l’intérieur du pays au moment où au niveau international est une désolation?

Le constat est amer et décevant. Sans trop parler de l’insécurité et ses corollaires on enregistre des décisions impopulaires prise par le pouvoir illégal et illégitime. Lorsque le pouvoir demande aux communes de payer des enseignants il oublie que ceux-ci font partie de la fonction publique. Ils sont les employés de l’État réagis par des lois de la fonction publique. Alors comment vont ils abandonner leur employeur qui est l’État pour travailler pour les communes ? Des entités non indépendantes. Personnellement, je me demande, entre l’État et les communes, qui va leur payer la pension de vieillesse?

Disons que ma question n’a pas de fondement, mais il faut regarder si toutes les communes peuvent payer ces enseignants. Qu’arrive-t-il aux communes pauvres qui ne payent pas leurs employés à temps ? Est-ce que ces communes seront considérées comme des entités juridiquement indépendantes afin qu’elles aient la pleine autonomie ? Je souhaite un éclaircissement sur mes questions et inquiétudes. De comment celles-ci vont fonctionner ?

Notre population vit des moments d’angoisse et de désespoir. Si le citoyen n’est pas arrêté tué ou torturé il est forcé de contribuer régulièrement pour soutenir le parti en manque de liquidité. « Trop d’impôt tue l’impôt », le fait que le gouvernement demande arbitrairement à la population de contribuer à ses projets bidon ceci appauvrit des ménagers qui vivent déjà dans la pauvreté épouvantable. Très récemment, le pouvoir CNDD-FDD a illégalement obligé tous les citoyens de payer 1000 BIF par ménager sans être informés pourquoi ils doivent obligatoirement donner cette somme. Malheureusement il continue de le faire. La population maugrée contre le pouvoir dd et elle préconise prendre la voie d’exil.

En début de cette semaine, le maire de la ville de Bujumbura a annonce aux médias locaux que les stationnements de la ville deviennent payants pour toute locomotive de transport d’exploitation commerciale. Il faut se poser des questions, y-a-t-il des règlements déjà arrêtés à cette fin ? La ville doit se doter des règlements contraignant les contrevenants et de ce fait même ces usagers peuvent évoquer ces règlements une fois lésés. La vie du pays est en danger, car les étudiants n’ont plus de bourses et ne sont plus nourris. Ils ont adressé des lettres au gouvernement, mais il demeure sourd. La chute d’une régime est proche, trop c’est trop, car des universitaires c’est l’arme à double tranchant.

Les décisions prises par ce pouvoir, ces derniers temps, sont le fruit du hasard, aucune étude n’est faite pour évaluer l’impact desdites décisions sur le gouvernement à court-moyen et à long terme. En début de cette semaine le vice-président, Gaston Sindimwo, demande à l’Assemblée de se pencher sur la question concernant le contingent burundais engagé à l’Amison, afin d’étudier la possibilité de se retirer ou rester en mission. Ce n’est pas la première fois que de tels propos sortent de la bouche des dirigeants du pays, Pierre Nkurunziza l’a fait en juillet 2015. Ils trompent qui ? Est-ce qu’ils veulent réellement se retirer ou c’est parce qu’il n’y a plus d’autres choix?

Dans les dires de P.N., on voyait une sorte de chantage contre la communauté internationale qui condamnait sa décision de se représenter à un mandat anti-constitution. Cette fois-ci, c’est pour anticiper la décision défavorable, en cours, de l’union européenne susceptible de désengager de l’Amison les troupes burundaises. Le gouvernement veut devancer la décision de ceux paient cette force afin de montrer au monde que lui aussi voulait que ses troupes rentrent.

Si on analyse toutes ces décisions l’une après l’autre, on constaterait qu’elles n’émanent pas de la rationalité optimale. Les décideurs choisissent la première idée qui vient en tête sans évaluer le coût et bénéfice. Les conséquences sont que le pays est toujours stagné dans la pauvreté. Ce tâtonnement hérité des régimes précédents nul n’a fait des choix raisonnés porteurs de fruit. La plupart du temps les décisions ne sont pas prises en fonction du besoin du citoyen, mais aux intérêts de la classe dirigeante voire mêmes à ceux d’un seul individu.

La jeunesse imbonerakure qui fait la pluie et le beau temps agit dans l’illégalité. Elle est attribuée d’une mission qui demande du professionnalisme, dédiée à la police et à l’armée. La sécurité d’un pays est régit par des règles connues et promulguées. C’est peut-être la raison pour laquelle ils perturbent la paix et la sécurité de notre pays, car elle fait le travail qui n’est pas le leur. Le pouvoir CNDD-FDD est comme l’homme de l’état de nature qui se levait en dessous d’un arbre sans aucune idée de qu’est ce qu’il va finir pendant sa journée. Les ddistes oublient que nous sommes dans un monde d’agenda, de projets et de projection. Ils sont toujours frustrés et s’en prennent à tort à tous ceux qui critiquent leur façon de faire. Ils pratiquent des méthodes alcaïques qui ne s’inscrivent pas dans la logique du monde de savoir-faire.

Analyse de Ndimurwanko I.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s