mazina-04112016-203707

La crise identitaire au Burundi: L’arbre mémoire de Teddy Mazina

mazina-04112016-203707Le Burundi d’aujourd’hui regorge de beaucoup d’histoires cachées, volontairement ou par omission. Toutefois, à travers les siècles on a pu observer que quand naissent des conflits entre des groupes sociaux, ceux qui se renient commettent plus d’atrocités envers leur vrai groupe social originel, vont jusqu’aux extrêmes de la violence envers ses semblables comme une sorte d’exorcisme pouvant expier les gènes hérités de ses ancêtres jugés indignes de sa condition sociale du moment, acquise au travers d’un rituel de passage vers un déracinement mental, psychique, affectif et le rejet total de sa filiation.

D’après certaines sources au Burundi, Mr Ntukamazina Athanase le Père de Mr Teddy Mazina fut le dernier burundais connu pour avoir suivi, subi et réussi le rite de « Kwihutura », puis se maria avec une Rwandaise afin d’effacer toute trace de ses origines Hutu pour lui et pour ses descendants mais également, vu le contexte de l’époque, accéder facilement à la haute société. Mr Teddy Mazina est l’héritier de cette ascension sociale.

Depuis 2015, cette constante est criante parmi les agitateurs qui s’étaient donnés comme mission de mettre le Burundi à feu et à sang n’eut été le Bon Dieu qui a protégé les siens. Aujourd’hui, ça serait intéressant de faire une analyse sociologique systématiquement, de ces va-t-en guerre pour tente via cette nouvelle approche, de comprendre le pourquoi de leur indifférence aux souffrances qu’ils vouent aux Burundais car il est incompréhensible de voir à travers leurs déclarations qu’ils appellent aux meurtres, aux destructions de biens publics et privés, au désordre généralisé et à la désobéissance civile. Bref à la destruction de l’Etat burundais.

Les quelques cas déjà épinglés dans les réseaux sociaux et sur la toile constituent d’ores et déjà des indications fortes qu’éventuellement le Burundi est victime aussi de personnes à identité perturbée agissant de façon irresponsable parce qu’ils sont socialement déracinés.

Le cas de Mr Teddy Mazina vient enrichir ce registre.

Ruvyogo Michel, 1er novembre 2016 à 10h57min, http://www.burundi-forum.link/

4 réflexions sur “La crise identitaire au Burundi: L’arbre mémoire de Teddy Mazina

    1. Akenshi biterwa n’Inda ndende. Niba abazungu baraduhenze, none ko bagiye tujahe tukavahe?En 1972 avant la guerre twese twari Bamugabo umwe. Abahutu barahenzwe n’ababanyi hakurya ya KANYARU ngo tweho twariganzuye Umututsi, ngo hitana inkota n’umuriro ngo muce mufata igihugu. Abatwara u Burundi ico gihe baca barihenda gusumba, aho guhana no gucira urubanza abasotoye intambara, baca bacira kubuhomba n’abataco bazira, nkuko Mu Mabanda, Rumonge Nyanza-lac abanyagihugu baguwe giturumbuka n’inyeshamba zibatemagura None ndabaza? Turi ubusimbirahamwe? Ntamugabo akiri mugihu? Duherutse gushingura Intwari Bagaza niwe yari yashoboye kuriwe ntamaraso yasesetse. Va ibuzimu muje ibuntu, twubake Uburundi Bwatuvyaye, Koresha ubutungane, mureke abanyagihu basinzire. Nayo kuguma mu Bujuju bwo kwihorana hagaca hazamwo umunoho n’inyota y’ifaranga. Abatutsikazi bapfakaye en 1972 ni bangahe? Abahutu n’abatutsi ntaco bapfa gusa habuze Abagabo n’intwari zibona kure ngo dushobore kubangurukana. Bwangwe, Bangwe twese tuva amaraso. .

      J'aime

  1. Je suis resté sur ma faim. Je souhaite que l’auteur nous en parle plus. La question d’identité est très cruciale dans ce pays. Svp, voudriez-vous creuser davantage?

    J'aime

  2. Que faire ? Quelle solution ?
    Voici ma proposition:
    Que le Gouvernement burundais, l’Assemblée nationale, le Sénat, la Commission Vérité et Réconciliation, le Dialogue inter-burundais étudient un moyen d’enterrer définitivement ce qui a causé notre malheur: les histoires des Hutu et Tutsi. Protéger les générations futures par un signal fort en détruisant ces montages ethniques qui n’ont aucun sens. Les personnes étrangères qui ont acquis la nationalité burundaise sont-elles des Hutu ou des Tutsi ? D’après les Belges Hutu= agriculteur et Tutsi= éleveur. Peut-on faire un recensement aujourd’hui sur la base de ces critères ? On nous a crée des ethnies sur la base des activités socio-économiques. Or chacun peut changer d’activité (Kwihutura).
    Une sensibilisation générale du peuple , un monument , un jour férié,etc. seraient nécessaires pour casser le mur de Berlin burundais.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s