Le président du parti RADDES demande asile en Belgique pour cause de « génocide au Burundi »

media_xll_7961360C’est une information exceptionnelle qu’a obtenu @Ikiriho ce week-end: le président du parti RADDES, à Bruxelles depuis le 13 septembre 2016 pour une conférence du CNARED sur invitation du Centre pour le Dialogue Humanitaire, y demande asile.

Dans les motifs avancés par Dismas Nditabiriye pour se réfugier en Belgique, où il a effectué d’ailleurs des études en Chimie et Biotechnologie de 1978 à 1984, le Président du RADDES explique que “le pouvoir de Bujumbura projette de l’éliminer”.

La raison est qu’il a été un collaborateur dans la rédaction du Rapport EINUB rejeté par le gouvernement, avant finalement de servir de base pour la création d’une Commission Internationale d’enquête sur les violations des Droits de l’Homme au Burundi.

Cette information lui aurait été transmise par le Commissaire du Renseignement Intérieur, Alexis N., “via un membre hutu du RADDES” précise Dismas Nditabiriye aux autorités  belges.

Il continue: “Je suis de l’ethnie tutsi, qui est visée par les tueries massives en cours au Burundi comparables à un génocide.

Cette demande d’asile montre clairement le schéma pris par les détracteurs de Bujumbura pour faire monter la psychose sur un génocide (inexistant) au Burundi:

– premièrement, les faits sur terrain montrent que les Tutsi ne sont pas visés au Burundi par une chasse comme ment Dismas Nditabiriye. Il n’y a pas de tueries massives dans le pays. Même ceux qui sont accusés d’atteinte à la Sécurité du pays sont présentés devant la justice, lors de procès réguliers.
– deuxièmement, le RADDES annonce “un génocide des Tutsis” depuis 1993. L’entendre le répéter alors que le Burundi est dirigé par un parti à majorité hutu est plutôt chose normale
– ensuite, ce discours anti-Hutu n’est pas nouveau dans la bouche du RADDES. C’est même sa marque de fabrique: le parti RADDES est connu de triste mémoire à Bujumbura comme le soutien des jeunes SOGEDEM et sans-échecs tutsi qui ont tué tant de Hutus dans la capitale durant les années 1994-1996. L’un des meurtres les plus emblématiques, celui du ministre Kabushemeye, a été opéré en pleine journée par des jeunes extrémistes cachés dans la permanence du RADDES.
D’ailleurs, le président du parti de cette époque, Joseph Nzeyimana, fondateur du RADDES et connu pour son extrémisme, promettait aux Hutu “un traitement adéquat dans le cadre de la lutte pour la survie“, tout en qualifiant le président Ntibantunganya “d’incarner le mal burundais”
– enfin, l’hypocrisie de Dismas Nditabiriye comme un anti 3ème mandat “au nom du Respect des Accords d’Arusha” est scandaleuse: le RADDES était farouchement opposé au Processus de Paix d’Arusha au motif que Nyerere, puis Mandela, voulaient y associer les Hutus, décrit comme des tribalo-génocidaires hutu. Et jusqu’à la veille de la signature du texte, le RADDES répétera qu’il n’est pas partie prenante d’Arusha

Voilà donc le type de sources que les experts onusiens utilisent pour décrire rédiger leurs Rapports sur le Burundi.

Voilà les sources que les rapports des organismes internationaux et le Conseil des Droits de l’Homme endossent, répétant mot pour mot ce qu’elles disent sans savoir que les Burundais n’oublient pas que bien de politiciens actuels cachent leur extrémisme ethnique sous les casquettes bien financées de “défenseurs de droits de l’homme“.

Ceux qui sont malheureux sont les descendants des victimes hutu des sans- échecs à Bujumbura, qui vont croiser à Bruxelles un président d’un parti qui soutenait la mise à mort de leurs parents, et qui les accuse implicitement de vouloir “perpétuer le projet parental d’extermination…”

Le Burundi a besoin de la CVR de toute urgence.

6 réflexions sur “Le président du parti RADDES demande asile en Belgique pour cause de « génocide au Burundi »

  1. ico mukora abarundi murasimba ama etape kweri , kuihorahorana vyarabaye ngaha mu Burundi , aba ba raddes nimba ri batutsi bishe benewabo babahutu sibo babitanguye bifise iyo vyatanguriye ,mutavyirengangije vyatanguje amabiligi nyene baducanamwo , , haragez ko dukanguka gato intwaro mbi zikatuvanamwo ivyo bintu sinon bizokwamaho gushika gushika , twese turazi ingwara dufise rek tuyivurire hamwe twese kuko ntanumwe azokira wenyene mugabo dushobora gukiratwese hamwe , gira mahoro .

    J'aime

  2. none uyo Dismas niwe wambere asavye ubuhungiro, mbe ko nzi abo ba nyamitwe bari kubutegetsi ko abagore babo bari mububiligi, mu ka ndandaye ntiyasavye ubuhungiro kuko yari amerewe nabi none Dismas ko abusavye ninka yuriye inzu nimureke kuraba ibitabaraba kuko ntanumwe atifuza gukuma iwabo none ko nziko bose babuze iyo baja bogenda none ko birigwa baricwa nabobakingiye none bagire iki ? uwufise iyo aja aragenda nyene !!!

    J'aime

  3. Ce qui est dit du RADDES et Ndabitoreye D. est vrai. Je soutiens cela. Concernant les arrestations et autres, hutus et tutsis en sont des cibles s’ils sont fautifs (individuellement).

    J'aime

  4. Thanks Gabriel and Emmanuel,
    These people, Nzeyimana and all members, i mean the human butcher men hidden under the umbrella of a stinky party called RADDES and others, should not continue to think that we have forgotten what they did for this nation and in the region. Belgium shall know than it is no longer a secret that it is hiding, protecting and supporting criminals who were supposed to be paying for all kinds of genocides they committed in the Great Lakes region in general and particularly in Burundi. Why are all these criminals running away from their shadows? One day even Belgium will be too small to hide them. Wait and see.

    J'aime

  5. « Il n’y a pas des tueries massives dans le pays » extrait de cet article dont l’auteur pro gouvernemental laisse sous entendre qu’il y ait tout de même des tueries dans le pays! Kamwe kamwe! Les victimes avaient des noms, des familles, toutes sont répertoriées ainsi que leurs bourreaux. Ne pas rendre justice aux disparus, c’est leur assassiner pour une fois!

    J'aime

  6. Thank you Mr. Irakoze Emmanuel. And I hope Belgium shall continue to host all those human butchers because Belgium is the Master mind of all the massacres that have happened in Burundi trying to protect its interests on Nickel and any other Minerals present in the Burundi underground. I can easily call it ‘Nickel Havocs’. Since Belgium entered Burundi that was the beginning of massive blood shed. Any Leadership who tried to put his hands on the Nickel business was killed or chased away from Power. From the King , Bagaza, Ndadaye and now Nkurunziza. The only thing which maintain Nkurunziza in Power is the army and people of Burundi solidarity learnt from those historical events. Otherwise Belgium government wish to restore the same cursed, stupid, and useless Hima in Power .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s