Le Burundi regrette les tentatives d’ingérence étrangère permanentes

ctmvrmawyaawvwlS’exprimant devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le Ministre des relations extérieures du Burundi, Alain Aimé Nyamitwe, a regretté samedi les tentatives d’ingérence étrangères permanentes dans les affaires intérieures burundaises.

M. Nyamitwe a rappelé que le Burundi était un pays souverain depuis 1er juin 1962 et que les trois groupes ethniques qui le composent y vivent en toute égalité.

Le Ministre a affirmé que la situation dans son pays s’améliorait, soulignant que 90.000 réfugiés burundais étaient rentrés au Burundi au cours des quatre derniers mois. Il a assuré que le gouvernement rejetait la violence et garantissait les droits de l’homme.

Il a demandé aux pays voisins de faciliter le rapatriement volontaire de tous les réfugiés burundais. Il a précisé que le dernier rapport du groupe d’experts des Nations Unies sur la République démocratique du Congo (RDC) ne laissait aucun doute sur les activités de groupes violents qui s’attaquent au Burundi.

Le Ministre burundais a affirmé la volonté de son gouvernement de dialoguer en précisant que son pays avait participé à toutes les réunions organisées par la Communauté d’Afrique de l’Est. Il a précisé que le 8 septembre dernier, l’ancien Président tanzanien Benjamin Mkapa avait présenté un rapport sur le processus en cours, en notant que les pays d’Afrique de l’Est réunis dans le cadre d’un sommet extraordinaire de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) décideraient de la marche à suivre dans les semaines et mois à venir.

En revanche, M. Nyamitwe s’est dit stupéfait par le manque de consensus qui a marqué l’adoption de la résolution 2303 (2016) du Conseil de sécurité qui a autorisé le déploiement de 228 policiers des Nations Unies avec pour mandat de rendre compte de la situation sécuritaire et des violations des droits de l’homme au Burundi.

Le rapport final de l’Enquête indépendante des Nations Unies sur le Burundi (EINUB) publié mardi décrit d’abondantes preuves de violations graves des droits de l’homme par le gouvernement burundais et des personnes qui lui sont associées, violations qui pourraient constituer des crimes contre l’humanité.

Au vu de leurs enquêtes qui « suggèrent des schémas de violations généralisées et systémiques », de l’histoire de violence inter-ethnique et d’impunité du pays et du danger d’une spirale de violence à grande échelle, les experts ont exhorté le gouvernement du Burundi, l’Union africaine, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, le Conseil de sécurité et d’autres acteurs internationaux à prendre une série de mesures robustes afin de préserver les réalisations obtenues dans le cadre des Accords d’Arusha et de la Constitution de 2005, qui ont conduit à la plus longue période de paix que le Burundi ait connue depuis son indépendance.

24 septembre 2016, http://www.un.org

2 réflexions sur “Le Burundi regrette les tentatives d’ingérence étrangère permanentes

  1. Il est INHUMAIN quand on ose declarer à haute et intelligible voix que la situation s’améliore au Burundi alors que les gens meurent tout doucement mais très sûrement chaque jour! Nos autorités remportent la médaille et d’argent DANS UN MENSONGE PUREMENT SATANIQUE! Comme on dit, « l’erreur est humaine mais persévérer EST DIABOLIQUE » Nivyo abo bategetsi bose bakora! Ubwo NKURUNZIZA ararahira akarengwa ngo NTIYICA! Mu bwicanyi ARINDWA UMUBI comme on dit! IL EST SANS CONCURRENT sur planète Terre aujourd’hui! ARATEMA ATONGORA kabisa!!! None siwe yivugiye ko abadashaka ikiringo ca gatatu bazohera NK’IFU YIMIJIRA!!! None se sivyo ariko arakora? NKURUNZIZA a été sans equivoque dans son langage! Si bimwe bagira ngo « SAKIRIMI YATANZE UMUROZI GUPFA! » Oyaye, apana kabisa! IVYO YAVUZE AONGERA AKEMANGA amaze igihe kitari gito ABISHIRA MU NGIRO!!! Nayo épuration ethnique nayo nyene arayikora TOUT A FAIT malgré qu’il conitnue à le nier! La réaction du monde entier à son égard HAS NOTHING TO DO with some kind of CONSPIRANCY AGAINST HIM and his ILLEGAL government! HIS ACTIONS SPEAK LOUDER THAN WORDS! Qu’il tue ou qu’il commandite les assassinats , par ailleurs TRES CIBLÉS, cela n’a aucune espèce d’importance! Tout ce qui arrive au Burundi, IL EST LE PREMIER RESPONSABLE ! Ashatse yoba aritegurira kuzonka agashimwe kamukwiriye ku vyo akora vyose! Sije nohahera!

    J'aime

  2. Plus longue période de paix???Monsieur le ministre rêve debout,quand on sait que les burundais viennent de passer plus d’une année à pleurer les leurs sans même pouvoir les enterrer dans la dignité,il pense s’adresser à une population sourde-muette.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s