Le mobile de l’assassinat de Hafsa Mossi

Afsa MOSSIHAFSA MOSSI ASSASSINE POUR UNE HISTOIRE DE MARCHE PUBLIC

 

L’assassinat de Hafsa Mossi a secoué la classe politique burundaise, surtout les militants du CNDD-FDD. Après son assassinat, tous les regards ont convergé vers une seule personne. Bunyoni était cité. Beaucoup de journaux, de réseaux sociaux ont expliqué le motif de son assassinat. Il s’agirait des larmes versées au Rwanda dans un camp des réfugiés. Ce motif a suffi pour que le mobile du crime soit « trouvé ». Pour tout enquêteur, le mobile trop simple est souvent faux. Sans un mobile fort, le coupable peut passer entre les mailles du filet. Ce mobile de larmes semblait une fausse piste même si l’auteur du crime reste le même. Burundinews a enquêté en raison des doutes.

Les doutes

La visite au Rwanda de Hafsa Mossi avec les députés de l’East Africa a été effectuée le 04 juin 2015. Les larmes ont été versées à cette date. Elle a séjourné depuis cette date plusieurs fois au Burundi et elle n’a pas été inquiétée. Bunyoni n’aurait pas attendu plus d’un an pour l’assassiner du seul fait qu’elle a lâché des larmes. Bunyoni sait bien qu’une maman est toujours sensible à la vie plus qu’un homme.

En plus, les médias ont relayé ces larmes mais il y avait surtout sa veste. Hafsa Mossi a donné sa veste pour qu’elle soit utilisée pour accueillir un enfant qui venait de naître à Mahama sans aucun tissu pour la recevoir. C’est en ce moment qu’elle a pleuré en voyant une dame accoucher en plein air sans aucun pagne pour mettre son bébé.

Le marché des pièces d’identité, le mobile du crime

Bunyoni a une société de fabrication des passeports burundais dont ses associés sont des Indiens. Il croyait qu’il avait le monopole de fabrication de tout ce qui tourne autour des identités et passeports. Il a oublié que Hafsa Mossi avait ses entrées directes chez Nkurunziza.

Un marché public des cartes d’identités a créé des inimitiés. Hafsa Mossi a présenté à Nkurunziza son associé ou protégé, un Libanais qui fabrique les pièces d’identités. Nkurunziza a cédé et a attribué le marché au Libanais ami de Hafsa Mossi. Or, Nkurunziza avait promis le marché à Bunyoni. Nkurunziza a informé Bunyoni qu’il n’aura pas ce marché et qu’il sera attribué à un Libanais proche de Hafsa Mossi. D’habitude, tous les marchés sont attribués à quelques généraux DD ou à leurs protégés. Hafsa Mossi devenait un obstacle et Bunyoni se demandait jusqu’où elle ira.

Bunyoni a convoqué Hafsa Mossi pour la menacer. Des menaces de morts ont été aussi lancées à Hafsa s’elle n’abandonne pas ce marché. Elle n’a pas voulu cédé. Bunyoni a fait des montages pour l’accuser d’espionnage au profit d’un pays voisin. Cela n’a pas tenu. Il a décidé alors de passer à la vitesse supérieure en décidant de l’assassiner et en mettant en exécution la menace le 12 juillet à 10 hrs 30.

Nkurunziza n’ a rien dit car Bunyoni et Nkurunziza sont deux amis qui se haïssent à mort. Le premier qui bouge est mort. Chacun rassemble ses troupes et compte ses alliés. Nkurunziza ne pouvait qu’assister à l’assassinat de Hafsa Mossi car il ne peut pas s’en prendre à Bunyoni avant de l’affaiblir.

Par Gratien Rukindikiza, Burundi news, le 30/08/2016

3 réflexions sur “Le mobile de l’assassinat de Hafsa Mossi

  1. Ça c’est pas une enquête,c’est plutôt une entête du mensonge suivant le principe de diviser pour régner!Pauvre journalisme,pauvre médias qui publient de telles infos!

    J'aime

  2. Minable comme enquête ! Nkurunziza et Bunyoni se haïssent à mort? Ou bien il s’agit d’une stratégie visant à dresser l’un contre l’autre ? Si c’est de cette manière que vous les combattez, vous êtes plutôt perdu! Je m’incline avec respect devant la mémoire de Hafsa Mossi et regrette ces histoires rocambolesques de marchés avec des Libanais. Je sais qu’il existe des mafieux autour de Nkurunziza et qui s’enrichissent au détriment du pays et du peuple. Eux savent aussi graisser la patte des faucons du régime. Aucun d’entre eux n’a été inquiété. La pauvre Hafsa est salie encore dans sa tombe. C’est ignoble!

    J'aime

  3. Cher Monsieur Gratien Rukindikiza, je viens de lire ton enquete et je dois avouer que tant comme le premier mobile que vous voulez ecarter, le second aussi ressemble a une rumeur car depourvu de toute preuve. On peut vous accorder le benefice de doute si vous pourriez un jour prouver que Bunyoni est l’instigataire du meurtre, et si vous pourriez etablir la veracite du mobile du crime.

    Fraternellement

    Billy Nzitonda

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s